Samedi 22 Septembre 2018
Arles, Aignan, Madrid, Séville, Soustons, Ovation...
Lundi, 02 Avril 2018

arl01zw

Indulto d’un toro de Jandilla par Andy Younes qui est sorti a hombros en compagnie de Miguel Ángel Perera et le mayoral…

Devant environ 3/5 d’arène et par beau temps, en tout cas bien moins frisquet que la veille, la corrida de Jandilla a été entretenue, avec deux très bons toros, les 1 et 6, et d’autres qui dans leurs exigences, étaient aussi bien toréables. La palme est à mettre au crédit de l’ultime, « Lastimoso », qui a été indulté par Andy Younes, ce qui comme souvent a provoqué des mouvements divers.

map01k

Miguel Ángel Perera (deux oreilles et saluts) a ouvert la séance de la meilleure façon possible, se faisant d’abord un peu remuer au capote, avant d’être l’auteur d’un grand quite entre les deux puyazos, le premier sur l’épaule et le second pour la forme. Brindis à Jean-Baptiste, début par deux cambios et la suite pieds joints dans la « boca de riego », prologue d’une magistrale séance de bon toreo à base de séries templées et profondes sur les deux flancs, grâce, il faut le préciser, à la bonne charge et la grande noblesse de son adversaire. Entière. Le quatrième lui permit de se distinguer au capote, y compris par un superbe quite entre les deux assauts, le premier bien contenu par le cavalier et le second pour faire le nombre. Saluts de Javier Ambel, toujours aussi performant, au second tercio, puis brindis à l’assistance précédant de suaves enchainements, certes valeureux, mais manquant de chispa. Final rapproché qui a trouvé un écho sur les gradins avant demi-lame.

gm01k

Ginés Marín (vuelta et oreille) a lui aussi laissé une bonne impression. Son premier client, au demeurant fuyard, ne lui a pas facilité la tâche en se montrant quelque peu « despistao ». Brindis à l’assemblée puis exercice technique pour montrer au cornu la marche à suivre, le Jerezano parvenant progressivement à tirer quelques séquences valeureuses avant d’en terminer après une série de bernardinas à la limite de l’accrochage par une épée tendida suivie d’un coup de descabello. Le cinquième s’en prit violemment à la monture et désarma le cavalier sur le premier assaut avant une seconde rencontre sans insister. Après un quite alluré puis un brindis à Jean-Baptiste, Ginés étala ses bonnes manières dès l’entame sur statuaires et trinchera et poursuivit par un gestuelle suave et bien cadencée face à un bicho certes noble, mais aux forces limitées. La suite par séries variées, toujours dans la justesse et la bonne distance, finissant par naturelles de face. Demie recibiendo puis entière.

ay01k

Andy Younes (saluts et deux oreilles symboliques) se signala au capote avant deux piques puis un brindis à Jean-Baptiste suivi d’un début droitier appliqué. La suite sera plus inégale, avec des naturelles égrenées une par une, Andy faisant un bel effort pour tenter de faire grimper la température, mission rendue difficile par les réponses plutôt mièvres de son opposant qui toutefois, sur une violente réaction, lui infligea une spectaculaire rouste. Après avoir repris ses esprits, il remonta courageusement au front pour une ultime série à tribord avant entière d’effet rapide.

ay01x

Avec l’ultime, Andy brilla de nouveau capote en mains et après les deux piques, il brinda au public une faena débutée par deux cambios au centre poursuivis par enchainement alluré qui déclencha l’Opera Flamenca. A partir de là, la température se mit à monter par derechazos bien dans le tempo, Andy profitant de la bonne charge du Jandilla et se mettant à tutoyer les anges en variant les suertes avec temple, relâchement et entrega. Après avoir fait mine de monter l’épée, quelques cris de pétition d’indulto divisèrent dès lors les étagères avant que ne tombe du palco le mouchoir orange. Un bon toro de Jandilla venait de gagner le droit de revoir ses verts pâturages. Il s’appelait « Lastimoso »... Comme quoi, parfois, il ne faut pas se fier au nom !!!

as01w

En matinée, devant environ 2/5 d’arène et par beau temps, c’est Adrien Salenc (oreille et vuelta avec pétition) qui  été le plus en vue. Il ouvrit le bal avec un jabonero de Concha y Sierra à la noblesse indiscutable toutefois ternie par des forces quelque peu défaillantes. Du coup, après un gros susto pour Rafael Cañada puis un brindis à l’assistance, Adrien choisit la bonne méthode pour s’entendre avec le novillo de Jean-Luc Couturier, à savoir le toréer à mi-hauteur sans le brusquer. Toréant avec temple et aisance, Adrien finit par séquences plus rapprochées avant entière au second envoi, le tout lui valant logiquement un trophée. Il prit ensuite le Pagès-Mailhan qu’il reçut par véroniques bien sculptées avant deux rencontres a minima. Brindis à Jean-Baptiste avant de le mener avec douceur jusqu’au centre. Le bicho s’avéra exigeant, mais Adrien fit un bel effort et ne lâcha pas l’affaire, tirant aux forceps de valeureux muletazos un par un avant de placer une demi-lame suivie d’un coup de verdugo. Pour sa reprise officielle, Adrien a incontestablement rassuré et son entrega a été aujourd’hui de bon augure pour la suite…

ad01k

El Adoureño (saluts puis bronca) a pris d’abord un Los Galos qui avait beaucoup de tête, mais qui s’avéra limité en bravoure. Brindée à Jean-Baptiste, la faena résulta inégale, puis en finissant rajado, il ne permit guère à Yannis, après un final rapproché, qu’un salut après entière caída. Avec le novillo de Callet très charpenté, la course allait prendre une autre tournure. En effet, après une première pique protestée et la suivante applaudie, puis un second tercio médiocre, il brinda au conclave une faena de tanteo qui allait tourner court, au grand dam de l’assistance qui le lui fit vertement savoir lorsqu’il plia prématurément les gaules et envoya le bicho ad patres d’une entière. Sur la lancée, le président sortit le mouchoir bleu, sans que l’on n’ait pu bien juger ce novillo qui certes avait des qualités, mais qui resta quelque peu inédit, et pour cause…

rafi01k

El Rafi (saluts et silence) débuta en piquée avec un Laget charpenté accueilli par une larga puis un bon enchainement par véroniques et chicuelinas. Deux rencontres, sans s’attarder la seconde, puis tercio de banderilles que Rafi assuma pour un résultat inégal avant de brinder au ciel et de se lancer dans un trasteo aux contours irréguliers, marqués par plus de volonté que d’aboutissement, la conclusion s’avérant médiocre. Avec l’ultime, de Blohorn, il exécuta de dynamiques véroniques avant deux rencontres puis de nouveau un second tercio à sa charge qui connut des hauts et des bas. Brindis à l’auditoire d’un trasteo volontaire face à un bicho tardo et exigeant auquel il ne put servir que des muletazos pour la plupart isolés. En définitive, le Nîmois afficha une nouvelle fois son désir de bien faire, mais il connut lors de la conclusion quelques soucis avec le descabello.

nov01k

Le prix de la CTEM au meilleur novillo est allé à l'exemplaire de Callet et celui de la Jeunesse Taurine a été attribué à Adrien Salenc.

Voir le résumé vidéo de cette corrida en cliquant ICI

AIGNAN

Trois toros de Concha y Sierra (1, 2, 3) et du Curé de Valverde (4,  5, 6) très bien présentés mais justes de force et manquant de fond.

Octavio Chacón : un avis et salut au tiers, une oreille.

Pepe Moral : salut au tiers, silence.

Manolo Vanegas : une oreille, silence

Dix sept piques, une chute - Cavalerie Bonijol.

Ovation au picador Juan Melgar Jiménez qui a été ovationné et a salué après la lidia du quatrième toro.

Président : Guy Tanguy - 9/10èmes d'arène, météo enfin clémente.

Superbement présentés, les toros de Jean-Luc Couturier, grâce à la bonne volonté des piqueros, ont offert aux nombreux aficionados présents à Aignan des premiers tiers intéressants. Ils étaient certes, pour la plupart, mansos sous le fer, mais ils avaient de la puissance et ont mis de l'émotion en piste lors de leurs peleas face au cheval. Par la suite, la mansedumbre a pris le dessus et ils se sont montré compliqués, faibles, avec des charges courtes et sont allés à menos.

ach01k

Octavio Chacón a montré son sens de la lidia face à son Concha y Sierra en l'obligeant et l'améliorant sur la corne droite avant que le bicho n'aille à menos. Face à son Valverde, intéressant au premier tiers, mais compliqué et de peu de charge au troisième, il a fait preuve de courage et d'application et a coupé une oreille grâce à une épée engagée et rapide d'effet.

 pm01w

Pepe Moral, le plus mal servi au sorteo en particulier avec un Valverde dépourvu de charge, il est passé sans peine ni gloire.

ms10k

Face à un Concha y Sierra de six ans, compliqué et dangereux, Manolo Vanegas a fait preuve de courage et d'une maturité technique étonnante chez un torero en début de carrière. Il a coupé, lui aussi, une oreille grâce à une épée engagée et efficace.

Il s'est appliqué, mais il n'y avait pas grand chose à faire avec le dernier Valverde.

Matin. Quatre erales du Camino de Santiago bien présentés et donnant du jeu.

Dorian Canton (despedida en non piquée) : une oreille, une oreille.

Yon Lamothe : salut, un avis et silence.

Vuelta au quatrième eral.

Président : Pascal Bouneau-Lavedan (Maubourguet).

Prix des organisateurs du Sud-Ouest : Dorian Canton.

Prix du club taurin d'Aignan : Yon Lamothe.

Sept cents spectateurs, le beau temps est de retour.

Pour sa dernière non piquée, Dorian Canton a construit deux faenas appliquées, bien conclues à la mort qui lui ont valu de couper deux fois une oreille et de sortir en triomphe. On retiendra de la première faena, face à un très bon eral noble, de bonnes séries de derechazos. Face au troisième, moins intéressant, Dorian s'applique, mais l'ensemble manque d'émotion car le bicho ne transmet pas grand chose.

Yon Lamothe est un bon lidiador. Il pèse sur son premier adversaire et l'améliore sur la corne gauche. Face au noble quatrième, il réussit une faena dominatrice, malheureusement très mal conclue, comme la première, à l'épée.

(RT - Photos : Corridasi)

SÉVILLE

Avec un no hay billetes  et face à cinq toros de Victoriano del Río et un de Toros de Cortés (5-même maison), seul Andrés Roca Rey a coupé une oreille à son premier, avec applaudissements à l’autre.

Saluts et vuelta pour Antonio Ferrera et saluts et silence pour Manzanares, sévèrement accroché par son premier en début de faena, heureusement sans mal.

MADRID

Devant un tiers d’arène et face aux toros de’El Torero, le vainqueur du jour a été Álvaro Lorenzo qui a coupé trois oreilles, une puis deux.

al01k

Sortie par la Grande Porte de Las Ventas.

dm01k

David Mora : applaudissements et vuelta.

dl01k

Daniel Luque : silence aux deux.

Voir le résumé de cette corrida en cliquant ICI

SOUSTONS

Journée taurine 100% française…

sous01k

OVATION

 Le quotidien régional "La Marseillaise" a remis ses trophées en prélude à la Feria d’Arles dans les salons de l’hôtel Atria. Après une minute de silence à la mémoire de Luc Jalabert, le raseteur Vincent Félix et le manadier Henri Laurent ont été honorés pour la course camarguaise, avant que Maxime Solera et l'Association des Eleveurs Français de Taureaux de Race Espagnole, représentée par son président Patrick Laugier et Virgile Alexandre, ne le soient pour la corrida.

ov01k

Dominique Perron, le président de l’UCTPRicard, a honoré de sa présence cette réception et l’apéritif plus que convivial en partenariat avec cette entité s’est prolongé tard dans la soirée...

(Texte et photo : Torería)

 

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 

 sc222aff

 dax18tys aff

 arl25aff

nim18vend aff