Mercredi 25 Avril 2018
Bayonne, Séville, Mundillo, La Algaba, AFAP, Jardinier, Flamenco…
Samedi, 14 Avril 2018

bay14wz

Les ganaderías pour la temporada de Bayonne 2018…

Lag30kt

Dimanche 29 juillet : corrida de rejón, toros du Laget.

ab02b

Mercredi 15 août : corrida goyesque, toros d’Antonio Bañuelos (NSP le matin).

Feria de l’Atlantique

garc01h

Vendredi 31 août : corrida de Garcigrande.

rm08t

Samedi 1er septembre : corrida de Robert Margé (finale des NSP le matin).

lm22d

Dimanche 2 : novillada de Los Maños le matin et corrida de La Quinta pour la clôture.

lq29d

Les cartels seront présentés le samedi 26 mai...

Le quotidien Sud Ouest a publié un dossier complet avec possibilité de découvrir photos et vidéos concernant le bétail retenu en 2018 pour être combattu à Lachepaillet. Pour en prendre connaissance, cliquez ICI

SÉVILLE

Dans une Maestranza totalement remplie, les toros de Victorino Martín, au demeurant bien présentés, n’ont pas convaincu les aficionados, et pour tout dire, ont eu pour la plupart un comportement décevant, s’avérant justes de forces et de moteur limité à la muleta.

 me14k

Le plus en vue a été Manuel Escribano qui a reçu ses deux adversaires a portagayola et qui a fait preuve d’une belle entrega tout au long de la tarde, y compris ave les palos où il a été notamment l’auteur d’un grand quiebro sur son second toro. Saluts et vuelta.

af14k

Antonio Ferrera, son chef de lidia, est resté sans options à son premier et guère plus à son second, l’Extremeño se distinguant essentiellement au capote. Silence aux deux.

dl14k

Daniel Luque donna le change en particulier sur le côté droit les deux fois, signant de beaux détails sans toutefois pouvoir totalement s’imposer. Applaudissements et saluts.

MUNDILLO

Compte tenu du temps, le IXème Grand Gala Taurin organisé aux arènes de Béziers par le CTPR El Mundillo - en hommage aux arènes de Barcelone - est finalement reporté du 8 avril au DIMANCHE 27 MAI 2018, seule date restant disponible sur le calendrier taurin 2018 et devant permettre la présence de toutes et tous.

À 15h30, les matadors Serafín Marín, Medhi Savalli, Jérémy Banti et Cayetano Ortiz se mesureront à quatre toros des Frères Gallon, puis le novillero Maxime Solera* sera face à un toro de la ganadería du Scamandre, suivi des novilleros Carlos Olsina** et Manuel de Reyes avec 2 toros de Bruno Blohorn. La cavalerie sera celle d’Alain Bonijol.

Le matin, à 11h, aux côtés du Maestro Richard Milian, lors d’une tienta de 3 vaches de Robert Margé, des élèves des écoles taurines d'Adour Aficion, de Béziers Méditerranée, du Centre de tauromachie Nîmes/Catalogne et de Rhône Aficion montreront leur savoir faire.

* trophée du meilleur novillero du Sud-Est (UCTPR)

** Meilleur novillero de la feria de Béziers 2017

mund14k

TARIFS : journée complète avec repas 39€ - limitée à 400 places, les 100 premières réservations sur présentation d’une pièce d’identité pourront donner droit à une contre-piste.

Tienta de 11h : 10€ - après-midi à 15h30 : 25€ (7toros7) - gratuit pour les moins de 12ans.

Réservations : 06 19 51 47 97 - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. – Bar Le Plaza, 29 bis av. Claparède 34500 BÉZIERS. Les billets du 8 avril seront naturellement valables pour le 27 mai.

Les personnes ayant déjà réglé, si elles n’arrivent pas à placer leurs billets à des amis, peuvent demander leur remboursement.

(Communiqué)

LA ALGABA

L’édition 2018 du fameux festival à caractère bénéfique en faveur de la « Fundación Padre León » de Séville aura lieu le mardi 1er mai avec au cartel Finito de Córdoba, Manuel Escribano, Manuel Carbonell, Pablo Aguado et le novillero Ángel Jiménez.

alg14k

Le sixième poste reste à désigner et le bétail proviendra de divers élevages…

AFAP

Première sortie au "Campo" pour les quartiers Nîmois...

L'AFAP a maintenu ce samedi 14 avril, malgré le temps incertain, la première sortie au "Campo" pour les quartiers nîmois, dans le cadre de l'action de découverte de la culture régionale et de la tauromachie de la ville de Nîmes.

Une trentaine de personnes - enfants et adultes - de Valdegour se sont donc rendues à la ganadería François André à partir de 11h, le quartier du Chemin Bas d'Avignon ayant préféré, à cause du temps, reporter la sortie plus tard dans la saison.

afap14k

Au menu, une tienta - deux vaches nobles et encastées - pour Hervé et Christophe, et ensuite visite des "Toros et Taureaux ainsi que des chevaux", l'ensemble entrecoupé par des séquences de Toreo de Salon dirigées par les membres de l'AFAP.

Vif succès pour les enfants du quartier de Valdegour encadrés par Patrick Manco, ainsi que pour les personnes du secteur famille du même quartier qui découvrirent pour la première fois le "campo".

Une autre journée sera d'ailleurs programmée après le 15 Juin au vu de la demande de l'ensemble des personnes.

(Communiqué - Photos : Emilio Dorléans)

DIALOGUE AVEC MON JARDINIER

jl14f

Film de Jean Becker (2007), titre éponyme du roman d'Henri Cueco.

Le scénario est basé sur un mano a mano entre un peintre parisien, Monsieur Dupinceau (Daniel Auteuil), habitué à des dialogues du type : « J'aime bien vos tableaux période noir foncé, beaucoup plus que celle des noirs clairs... ».

Et un jardinier, Monsieur Dujardin (Jean Pierre Darroussin), qui énonce lui : « Pour faire pousser les radis, il faut des graines, du soleil, de l'eau, et de la terre ».

Franchise, simplicité du regard posé sur le Monde, que j'essaye d'adapter à la cause taurine.

Pour faire des veaux (braves), il faut un toro (semental) et une vache (dite de ventre), plus tard du lait, de l'herbe, du pienso, du terrain (finca). Bien sûr un chef d'orchestre (le ganadero) et son second (mayoral, bayle gardian).

Ce binôme s'occupe, traite, observe et gère le troupeau (gestion pastorale). Cette équipe détermine, également l'avenir de l'élevage, dans le cadre d'essai (tienta, tienta de macho), à travers les lignées (reatas), le morphotype, les familles pour déterminer reproducteurs et reproductrices.

Si un mâle se retrouve dans un lot pour être lidié officiellement et qu'il sauve sa vie ! C'est une exception, voire une faute professionnelle (erreur) de la part de l'éleveur.

Le Pardon de la vie (indulto) n'est permis par le règlement taurin (article 83) (1), que lors d'une corrida concours et seulement en arènes de première ou deuxième catégorie.

Seulement en Amérique latine « l'indultite chronique » se concevait pour permettre un rafraîchissement du sang local (avant l'avènement des techniques d’insémination et transport de la semence).

Pour cause de course à Aignan, j'étais absent du dernier indulto dominical dans la plaza rhodanienne.

La seule polémique étant le président de course, ce jour là. Membre éminent de la Société Taurine La Muleta, fraction torista, canal historique (expression corse patentée).

Il rejoint le trio des présidents « indultistes » arlésiens. Monsieur Ferrier (Toro Invincible, ganadería Zalduendo 2001), Monsieur Louis (Toro Pasion, Garcigrande 2011), Monsieur Louis (Velero, Domingo Hernández 2013), Monsieur Mas (Lastimoso, Jandilla 2018).

El Juli a indulté les trois premiers, le quatrième est l'apanage d’Andy Younes.

En France de 1991 à 2001 : quatre indultos.

De 1992 à 2017 : quarante indultos, dont 20 fois en 2004, tout spectacle taurin confondu. Les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Quelles sont les origines de cette banalisation ? Un aspect trop figé de la « Fiesta Brava » entraîne le phénomène de grâce, il se veut sociologique, voire émotionnellement correct.

Un simple coup de pub, pour les différents acteurs du mundillo ?

Une flatterie d'égo, pour certains.., ?

Un acte de rédemption, un « sacrifice » bienséant par rapport aux animalistes : « Vous Voyez, on ne les tue pas tous, et pas toujours ».

Un jocker, porte d'entrée vers une corrida « light » dite à la Portuguaise (qualification des antis).

Une vision idyllique et fausse, un tribut à payer au correct...

La corrida est tragique d'essence même, c'est la vision d'un combat où la mort est toujours la conclusion, pour l'un ou pour l'autre des combattants.

Elle ne doit pas être galvaudée, sur l'autel d'un humanisme pseudo-progressiste, car elle deviendrait la négation de son existence et sa fin programmée.

Monsieur Dujardin le jardiner, dirait dans son dialogue avec l'Aficionado : « Quand on va à la mise à mort (2), le toro est tué ».

El Perdon Naranja doit rester exceptionnel, voire rarissime.

jl14g

Je persiste et signe.

Jacques Lanfranchi « El Kallista »

samedi 14 avril 2018

Je brinde ce modeste texte à

        - Jacques Higelin, pour son œuvre et sa chanson « Tombé du ciel », comme la grâce de Lastimoso à Arles.

– Monsieur René Bujo, un des membres fondateurs du Club Taurin Vicois, un ruedo qui n'a jamais vu une grâce à ce jour...

Notes

 1) Devant l'excellente présentation, et l'excellent comportement d'un toro, dans toutes les phases du combat, à la demande conjointe du torero, du public, et avec l'acceptation de l'éleveur, le président peut assurer la vie sauve à l'animal, dans le but de préserver la Race.

2) Appellation ancienne pour faire le distinguo entre la course libre et la corrida, où on allait voir mourir la Bête.

Photo 1 : Acrylique sur toile Olivier Suire Verley « les radis » 2005 peinture réalisée pour le film « Dialogue avec mon jardinier » Photo 2 : droits réservés

(Communiqué)

FLAMENCO

Le XXXe Festival « Arte Flamenco » de Mont-de-Marsan se déroulera du 2 au 7 juillet.

fla14k

Tous les détails de programmation, d’animations et de réservations en cliquant ICI

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 

 vm06aff

 stm07k

 nim18pent aff

vic25aff

is07k

 mdm24aff