Mardi 23 Octobre 2018
Saint-Martin, Aire, Madrid, Espartaco, Fourmigo, Toro Mag, AFAP…
Mardi, 01 Mai 2018

jg01wz

L’ultime oreille pour Joaquín Galdós face au meilleur Pedrés d’un lot inégal…

Passée la fête, passé le Saint ! Un dicton bien d’actualité en ce mardi 1er mai, pour une fête du travail qui d’ailleurs porte bien mal son nom puisque c’est certainement le jour de l’année où une grosse majorité n’en fout pas une rame !!! En effet, pour cause de mauvaise météo, chacun a encore en tête le report de dimanche et relation de cause à effet, l’affluence s’en est ressentie car pour diverses raisons, on ne peut pas dire que ça se bousculait au portillon. Disons qu’il y avait une demi-arène pour une affiche qui sur le papier méritait mieux, et que par leur investissement, les responsables de la Unica auraient pu s’attendre à être davantage suivis, voire soutenus…

Après avoir connu quelques succès, notamment dans le Sud-Ouest, les toros de Pedrés étaient très attendus par l’aficion torista. La vérité oblige toutefois à écrire qu’ils étaient inégaux en tout, présentation, forces et comportement, le 3 ressortant du lot.

tj01k

Thomas Joubert (saluts aux deux) a débuté avec un toro applaudi à sa sortie pour son tamaño. Il prit deux piques à charge de Matias, la deuxième en s’arranquant de plus loin, et après une entame appliquée, Thomas eut du mal à lier à cause des réponses molles et réfléchies d’un opposant dont les jarrets n’étaient pas trempés dans le meilleur acier. Il se distingua notamment sur des naturelles exécutées une par une, et pour cause, puis sur plusieurs séries engagées, encore essentiellement à bâbord, avant manoletinas, pecho et desplante. Entière au second envoi. Le quatrième a été piqué en carioca avant une demande de changement refusée, d’où un second assaut avec belle arrancada, mais sans trop appuyer. Brindis au public et bonne entame gauchère, la suite par redondos templés au centre puis à gauche pour des muletazos plus inégaux. Thomas raccourcit ensuite les distances, traça plusieurs redondos inversés, reprit la gauche, mais gâcha l’impact de son trasteo, au demeurant méritoire, à cause d’un emploi défectueux du verduguillo après un tiers de lame.

jda01k

Juan del Álamo (saluts aux deux) se signala au capote en recevant son premier qui prit deux piques avant un bon second tercio puis un brindis à l’assemblée. Juan trouva rapidement la bonne cadence sur plusieurs séries de derechazos avant un changement d’aile face à un bicho qui eut tendance à devenir gazapón en fin d’exercice. Un tiers, puis trois quarts… Le quinto était une cathédrale et l’on eut parfois l’impression d’assister à une lidia par le torero masqué, tant il était difficile d’apercevoir le Salmantino derrière cette montagne ! Deux bons puyazos puis début de faena par redondos au centre avant alternance sur les deux bords, avec des réponses nobles bien qu’un poil trop molles du Pedrés dont la surcharge pondérale expliquait certainement le manque d’allant. Final par dosantinas, estocade au second essai.

jg01k

Joaquín Galdós (oreille et saluts) a eu la chance de tomber sur le toro de l’envoi avec « Macareño », un troisième âgé de cinq ans et demie, reçu par capoteo alluré. Le piquero, frère du Fundi, probablement surpris, se retrouva au tapis sur le premier assaut, avant de bien se reprendre sur le second. Brindant à l’assistance, le Péruvien ne tarda pas à trouver le bon tempo, donnant la distance, le Pedrés partant de loin avant de s’engouffrer dans le leurre. Galdós varia les suertes en soignant le geste avant de placer une entière et de conclure par descabello. Avec l’ultime, capoteo énergique, mais Joaquín dut rapidement se rendre à l’évidence, son adversaire était très limité de forces et il aurait à le cuider. Le Pedrés ne prit d’ailleurs qu’une pique, au demeurant peu appuyée, et après un brindis à Ángel Gómez Escorial, Galdós s’efforça de transmettre pour aller chercher l’oreille de la grande porte, l’ensemble manquant toutefois de dominio. En définitive, la mayonnaise ne prit pas complètement dans un final très rapproché conclu par entière et descabello.

AIRE

Novillada des fêtes des Arsouillos. 1/3 d'arène. Maxime Solera blessé, le mano à mano s'est transformé en novillada classique avec trois novilleros.

Novillos (dans l'ordre) de Raso de Portillo 1er et 3ème, María Cascón Martín 2ème et 4ème, Palha 5ème et 6ème.

"El Adoureño" : silence après avis et salut.

Baptiste Cissé: salut après avis et oreille après avis.

Dorian Canton: silence et oreille.

Salut des banderilleros "El Santo" et "Miguelito".

Joao Folque de Mendoça, propriétaire de Palha, et son mayoral ont été honorés en piste. Le prix au meilleur picador n'a pas été décerné.

Une minute de silence a été respectée à la mémoire de Christian Cazaux, ancien président de la Junta des Peñas Aturines.

Le souvenir d'Iván Fandiño, blessé mortellement dans cette même arène il ya moins d'un an, planait sur la tarde. Son souvenir fut évoqué avec beaucoup de délicatesse par l'orchestre qui a joué son paso-doble entre le troisième et le quatrième toro. C'était une belle attention...

La course est allée "a más", les trois premiers toros décevants, les trois autres spectaculaires, les deux Palha surtout. Ils étaient tous bien présentés, dans le type de leur origine. On retiendra donc le second toro de María Cascón très sérieux de présentation, noble mais auquel il a manqué un poil de force, et les deux Palha qui ont vraiment séduit, bien qu'ils se soient peu exprimés à la pique. C'est à la muleta qu'on a vu leur vibration, cette agressivité qui demandait à être canalisée. Bref, des toros spectaculaires dans le style de ce que nous avions vu l'année dernière à Vic et qui nous avait réjoui.

El Adoureño n'a jamais passé la rampe. Il semblait ailleurs, peu motivé et sans jamais se livrer vraiment comme un novillero se doit de le faire. Il a été sérieusement accroché par le premier et il est revenu avec courage. Il n'eut pas non plus de réussite à l'épée. C'est une nouvelle sortie à vide pour celui que l'on présentait comme l'étoile de la saison et qui jusqu'à maintenant n'a pas confirmé son statut. Il est vrai que sa temporada est faite et qu'une alternative de luxe l'attend. Est-ce la raison de ce manque d'implication ? Il lui reste de nombreuses occasions pour nous prouver ses qualités.

De l'envie, justement, il y en avait chez les poulains de Richard Milian et pour commencer chez Baptiste Cissé. Cette détermination s'est manifestée à son second passage: il attendit le Palha à puerta gayola, ce qui donnait une idée de ses intentions. Le garçon est racé, élégant et il a le sens du temple. Il y eut donc de belles séquences face à un adversaire brave et il sut imposer sa loi à cet élément qui demandait beaucoup. C'est un torero complet, expérimenté désormais, mais ses ratés à l'épée gâchèrent sa prestation.

dc01k

Très décidé, Dorian Canton a emballé l'assistance par son dynamisme face au meilleur novillo de la tarde: un Palha, vif très exigeant, qui finira très fort. Dorian commença au centre par une série de changées qui donnèrent un ton très combatif à sa faena, en s'engageant un maximum, avec beaucoup d'aguante et des séries longues données par le bas. Il fit ressortir les qualités de son opposant, se gagnant ainsi l'estime des tendidos enthousiastes. Son travail fut limité par une épée défaillante et il coupa une oreille très fêtée. Pour sa troisième sortie, le Béarnais confirme les espoirs mis en lui.

Le trésorier avait le sourire: très belle entrée pour cette novillada du premier mai.

(PV – Corridasi – Photo : Eric Encinas)

MADRID

Devant un tiers d’arène environ et face à des novillos de López Gibaja, Pablo Mora et Francisco de Manuel ont obtenu un trophée qui toutefois, n’a pas été au goût de tout le monde…

ar01k

Amor Rodríguez : saluts et silence.

pm01k

Pablo Mora : oreille et applaudissements.

fdm01k

Francisco de Manuel : oreille et vuelta.

(Photos : Joël Buravand - Album : ICI )

ESPARTACO

A Aguascalientes (Mexique), dans une plaza quasiment pleine et face à du bétail de Santa Bárbara, San Pablo, La Estancia, Teófilo Gómez, José Barbachano, San Miguel de Miniahuapam et Begoña, le festival organisé en hommage à Miguel Espinosa Armillitaa été marqué par la performance d’Espartaco qui a indulté « Querido Gordo », un toro encasté de Teófilo Gómez.

esp01k

Vuelta pour Ortega Cano, Fermín Espinosa Armillita et Guillermo Capetillo, saluts pour Pepe Luis Vázquez et applaudissements puis saluts au toro de regalo pour El Zotoluco.

(Si vous êtes un tantinet observateur, vous aurez certainement noté une forte ressemblance entre Espartaco et celui qui le porte sur ses épaules… En effet, ce jeune costalero n’est autre que son propre fils, Juan Ruiz « Espartaco » !!!)

(Photo : NTR Toros – Manolo Briones)

FOURMIGO

Le CTPR LOU FOURMIGO organise le dimanche13 mai pour la Feria D'Alès  une sortie en car pour 75  € : petit-déjeuner en cours de route, novillada à 11h, repas et corrida à 16h.

Départ de la Monumental à 8h. Retour vers les 20/21h. Parking voitures assuré sur le site du Fourmigo.

fourm01k

20 € d'acompte à la réservation.

Renseignements et réservation au 04 90 93 95 58.

(Communiqué)

TORO MAG

tm01k

tm01w

AFAP

L'Association Française des Aficionados Prácticos organisera à Nîmes le 11ème hommage aux "Pionniers de la Tauromachie Française" le jeudi 17 mai à 11h30 au Lavoir du Puits Couchoux située en dessous du réservoir du Mont Margarot.

Cette année le Torero "Jaquito", représenté par Madame Nadine Brunet qui recevra la médaille de l'Association Française des Aficionados Prácticos, sera honoré.

Un trophée sera remis à Robert Blancou qui en compagnie d'Alain Montcouquiol, parrain d'honneur de cette manifestation, évoquera les soixante ans du début du Mont Margarot.

Séance de toreo de salon par les Aficionados Prácticos en présence de nombreux pionniers.

Apéritif de l'U.C.T.P.R au Lavoir du  Puits Couchoux suite à la cérémonie.

afap01w

1) Les "médaillés" de l'AFAP:

2007 : Création de la médaille par l'artiste Nîmois Michel Gilles et le sculpteur Tali (20 médailles de créées)

2008 : Alain Montcouquiol

2009 : Robert Blancou

2010 : Juan Pedro Domecq

2011 : Jean-Paul Fournier - Veuve d’Armand Pellier (octobre 2011)

2012 : Simon Casas - Famille Jalabert ( Janvier 2012 Arles)

2013 : Chinito et Jacques Durand

2014 : Nicole Lutchmaya "La India"

2015 : Club Taurin Chicuelo II

2016 : Roland Massabuau

2017 : Association des Eleveurs Français de Toros de Combat - Patrick Laugier Président

2018 : "Jaquito"

2) Les "Trophées de l'AFAP au fil des années :

Pepe de Montijo - Frédéric Pascal - Jean-Marie Bourret - Michel Bouix - Jean Maler - Kamel Benali / Patrick Manco (pour les actions de quartiers), Emilio Romero Pavón (mayoral Domecq) - Formica , Robert Blancou.

 

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 

 sc222aff