Mardi 25 Septembre 2018
Bautista, Valladolid, Carcassonne, Villaseca, Olsina, Saragosse, Melilla, Albaserrada, JCS Voyages…
Mercredi, 05 Septembre 2018

jb05wx

Juan Bautista évoquera ses vingt ans d’alternative et recevra plusieurs trophées ce samedi à Arles avant la corrida goyesque…

A l’occasion de la fin de la saison taurine 2018, Juan Bautista vous convie à une réception à l’hôtel Jules César au cours de laquelle seront évoqués ses vingt ans d’alternative et où lui seront remis les trophées attribués :

. au Matador de Toros triomphateur de la saison taurine 2017 dans le Sud-Est par l’Association des Critiques Taurins de France

. à l’auteur de la meilleure faena de la Feria de Pâques 2017 par le site ActuToro

. Le Trophée César Girón décerné au triomphateur de la Feria de Pâques 2018 par le Club Taurin Paul Ricard d’Arles.

Cette réception, ouverte à l’ensemble de la presse et au public, aura lieu dans les Jardins de l’Hôtel Jules César situé Boulevard des Lices à Arles le samedi 8 septembre à 11h.

(Communiqué)

VALLADOLID

Toujours à propos de Juan Bautista, il est sorti ce mercredi a hombros en compagnie d’Emilio de Justo…

Chronique de Pierre Vidal - corridasi :   Valladolid, mercredi. 1ère de la féria de la feria de la Virgen de San Lorenzo. Plus de moitié arène.

Toros d’El Pilar. Le cinquième blessé en piste a été remplacé par un toro du même fer.

Juan Bautista : oreille et oreille. Emilio de Justo : oreille et deux oreilles.

Emilio de Justo : oreille et deux oreilles.

Alberto López Simón : oreille et saluts après une faible pétition.

Saluts du banderillero José Manuel Varcarcel au cinquième.

jb05z

Morenito d’Arles dut passer à l’infirmerie après avoir subi une lésion alors qu’il posait la seconde paire de banderilles au deuxième. Diagnostic : rupture des muscles des adducteurs de la jambe droite ». Il faut encore faire des recherches supplémentaires. Il a été transporté à l’Hospital Sagrado Corazón de Valladolid.

Corrida peu harmonieuse du Pilar, du grandón cinquième (sobrero) à l’anovillado sixième, imprésentable dans une arène de cette importance. Elle a néanmoins répondu aux attentes des toreros pour une bonne part et s’est montré spectaculaire et noble. Le lot de Jean-Baptiste, le premier surtout, s’est montré complexe, retors mais encasté. Il est allé de menos à más.

Emilo de Justo a touché le bon lot : un premier toro noble, avec de la classe, mais qui s’est éteint sur la fin et un excellent cinquième humiliant malgré sa taille et répétant.

Alberto López Simón toucha le duo le moins intéressant.

Juan Bautista a montré une fois de plus sa capacité à trouver des solutions aux situations apparaissant compromises. Sa première faena est un modèle du genre, le torero prenant la mesure d’un adversaire complexe, violent, devant lequel beaucoup auraient cédé. Il a fait-là une belle démonstration de son entrega et surtout de son oficio. On a raison d’insister sur sa science car elle est unique. C’est le torero de la rationalité, en ce sens il est bien français…

Exceptionnel Emilio de Justo, bien servi, il est vrai. A la cape d’abord dans des quites d’une facture très classique : véroniques et demies données toujours sur un tempo très lent, comme au ralenti. A la muleta, dans les deux cas, il possède son sujet et il ajoute à cela une personnalité forte bâtie sur une recherche esthétique, trouvant là l’essence même du toreo. Il a débouché le flacon à ses deux passages. Il a semblé le faire avec facilité, avec ce sourire qui malgré la rigueur de ses manières et sa volonté de s’inscrire dans les canons de la tauromachie, porte sur le public. C’est la révélation de l’année et c’est une fierté qu’elle se soit éclose en France et qu’un Français, Luisito, la dirige. Deux espadazos d’école.

Malheureux López Simón, mal servi. Il a tenté de masquer la médiocrité de ses opposants par un toreo superficiel et vulgaire. On retiendra néanmoins les manoletinas ajustées de son premier passage et on mettra à son crédit sa sûreté à l’épée.

CARCASSONNE

S’appuyant sur le rapport de l’apave qui ne s’est pas prononcé sur la solidité de l’arène, la commission de sécurité n’a pas donné son accord pour la tenue de la féria du novillo 2018.

Carcassonne Aficion est l’organisateur de la féria du novillo et n’est en aucun cas responsable du montage des arènes.

A ce jour, grâce à la compréhension des ganaderos, que nous tenons à remercier chaleureusement, les lots de novillos sont repartis  dans leur élevage respectif le samedi 1/09.

Les novilleros et leurs équipes se sont également montrés très compréhensifs en faisant l’impasse sur leurs contrats avec promesse de les contacter prioritairement pour la temporada 2019.

Jusqu’à lundi soir, l’option d’organiser une novillada dans une arène de la région semblait réalisable, notamment à Millas ou Boujan, avant que la décision du retour en Espagne des novillos soit prise.

Malgré notre déception et notre tristesse de n’avoir pu organiser la féria, l’espoir est né du réconfort que nous apportent les clubs taurins, les aficionados et la population de la région.

A ce jour, tous les partenaires restent solidaires de l’association organisatrice.

Comme il est précisé sur notre site https://carcassonneaficion.com/ tous les billets seront intégralement remboursés :                                                                                                                                                                                            

-          Les billets achetés à l’espace culturel de Leclerc seront remboursés sur ce même lieu

-          Les billets achetés au chalet de la place Carnot seront remboursés au siège de l’association 7 rue Pinel.

(Communiqué)

VILLASECA

Première de la Feria « Alfarero de Oro » de Villaseca de la Sagra, demi-arène, novillos de Dolores Aguirre inégaux de présentation et de jeu, meilleurs les 3 et 6.

cr05k

Tarde de silences pour Fernando Flores et Maxime Solera, seul Cristóbal Reyes se montrant le plus en vue, saluant à son premier avant silence à l’autre.

Voir la vidéo en cliquant ICI

(Photo : Joël Buravand – Album : ICI)

OLSINA

Arganda del Rey (Madrid), lundi 3 septembre, ganadería  Dolores Aguirre.

Charles se présentait lundi à la feria d'Argenda Del Rey, fort de ses prestations de Casavieja.

Face à son premier adversaire, un toro lourd, se déplaçant peu, dans le trapío maison, comme tout le lot d'ailleurs, il sert une bonne série de derechazos très templés.

Après un tercio de piques où cavalier et monture mordent la poussière et des palos sans éclat, Carlos attaque par une série vers le centre qui sort le toro de sa querencia, un des angles du ruedo.

co05f

Le toro s'avère réservé, compliqué en particulier à gauche, manso, mais Charles réussit à construire un bon bout de faena méritoire, s'achevant par des bernardinas bienvenues. Un pinchazo suivi d'une entière efficace l'autorisent à saluer un public reconnaissant des efforts fournis.

Ses deux compagnons de cartel ne s'étant pas illustrés, le second laissant même une bonne partie de ses papiers à son second adversaire, Charles aborde le deuxième combat avec aguante, gagnant le centre avec fermeté et déclenchant les applaudissements bien avant le remate. Il se fait bousculer en deux temps lors de la sortie au cheval, ce qui a permis de voir combien sa préparation physique sans faille lui permet de se sortir de bien de situations difficiles.

Carlos demande le changement de tercio à l'issue de la première pique et débute sa faena au centre, par un pecho pour s'ouvrir favorablement l'enchainement à droite. Il délivre de bonnes séries de droitières, choisissant bien ses terrains, le toro se livrant difficilement dès le début de la troisième série. Sous le regard d'un public connaisseur, il doit obliger son adversaire qui répond mal au toque mais qui finit par se soumettre peu à peu. Passant à gauche, il décoche deux naturelles magnifiques au milieu d'une série compliquée par la réserve du toro. Une grande entrée à matar, efficace en quelques secondes conclut cette sortie, le toro mourant sin puntilla .

L'oreille non accordée sans justification, alors que la pétition était totale, vient jeter un peu d'ombre sur ce qui aura été le seul vrai rayon de soleil de la tarde, et déclenche une bronca majuscule envers le palco. Vuelta ovationnée tout au long du ruedo... et jusqu'au coche de cuadrilla !!! (très gentiment prêté pour l'occasion par Manuel Escribano à qui nous souhaitons un prompt rétablissement).

co05x

Charles confirme devant les Dolores Aguirre le niveau auquel il a accédé la semaine dernière à Casavieja devant les Peñajara et les Monteviejo. La qualité de sa lidia aujourd'hui est dans la stricte continuité d'il y a huit jours : ferme, assurée, autoritaire et intelligente.

Avec un curseur de courses toujours sous la barre des dix, son calme, sa lucidité et la justesse de son toreo n'attendent maintenant qu'une chose: la maturité qui viendra à n'en pas douter avec l'expérience acquise.

Dimanche prochain, il est attendu à Laguna del Duero (Valladolid), par les toros de la ganadería « El Cahoso » (Juan Pedro Domecq), et il sera au paseíllo de Mejorada Del Campo (Madrid) face aux Valdefresno le Samedi 15 septembre.

Mention spéciale à David, le mozo de espada, pour sa présence rassurante et ses conseils, ainsi qu'à Annick et André Castella, présents dans les tribunes, qui ont pu apprécier les progrès accomplis et à qui nous envoyons notre amical bonjour.

PM

SARAGOSSE

Cartels de la Feria del Pilar 2018…

sar05k

MELILLA

Donnée sur le continent africain dans l’enclave espagnole de Melilla, dans une arène quasiment pleine, la corrida de Manuel Blázquez s’est soldée par le triomphe de Juan José Padilla, oreille puis deux oreilles et la queue, et de Fortes, deux oreilles à chaque toro.

mel05k

Silence puis oreille pour Cayetano.

Voir la vidéo en cliquant ICI

(Photo : Melilla Toros)

ALBASERRADA

Un Albaserrada à Vieux-Boucau...

alb05k

Voir la vidéo en cliquant ICI

JCS VOYAGES

Vivez les Ferias d’Otoño à Madrid et du Pilar à Saragosse avec JCS Voyages…

mad05k

Programmes et réservations en cliquant ICI

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 

 sc222aff