Mercredi 19 Juin 2019
Nîmes, Vic, Madrid, Albacete, Riscle, Mugron…
Lundi, 10 Juin 2019

nim09wz

En matinée, sortie a hombros par la Porte des Consuls pour Paco Ureña et par celle des cuadrillas pour Pablo Aguado. Le soir, déception ganadera avec des Juan Pedro Domecq manquant de forces et d’alegría…

Demi-arène, ciel menaçant, vent parfois gênant. Six toros de Victoriano del Río correctement présentés, donnant un jeu inégal. A l’issue du paseo, les trois diestros ont été appelés à saluer.

du09k

Diego Urdiales (silence aux deux) affronta en premier lieu un adversaire qui prit deux piques, sortie fermée la première et anodine l’autre, Ureña devant ensuite abréger son quite. Après retour de protocole pour la confirmation d’Aguado, le Riojano dut nous gratifier d’un combat à l’ancienne face à un animal rétif et violent dans ses brusques retours, avant d’abréger la séance par entière au second envoi, suivie d’un descabello. Le quatrième prit deux piques, sans style la première et sans insister la suivante, et après avoir brindé au public, Urdiales dut essuyer plusieurs coups de testut qui l’incitaient à la méfiance. Il distilla quelques muletazos valeureux sans pour autant réellement dominer les débats au cours d’un trasteo en demi-teinte qui résulta en deçà de l’attente… Entière puis coup de verdugo.

pu09k

Paco Ureña (oreille et deux oreilles) est reparti a hombros par la Porte des Consuls grâce notamment à un second combat supérieur. Auparavant, il eut en partage un premier client qui s’employa lors de la première rencontre avec la pièce montée, avant une deuxième pour faire le compte règlementaire. Brindis à l’assistance et entame décidée, Paco cherchant un aléatoire abri du vent puis tirant une excellente série de naturelles qui  déclencha la musique. La suite par mouvements aboutis, se faisant remarquer par la fluidité de ses gestes grâce à un poignet guidant une muleta à la fois suave et assurée. Final rapproché avant entière au second envoi. Mais c’est avec un bon quinto que le Lorqueño allait se surpasser et faire chavirer le cirque car après une sortie au pas et un tercio de varas limité à sa plus simple expression, le bicho alla a más dans une flanelle templée autant sur la gauche que sur des redondos sans fin. Ureña exprima tout au long de son trasteo une joie de toréer qui faisait plaisir à voir, lui qui a payé un si lourd tribut à sa passion, transmettant sur les travées avant l’entière qui en libérant deux trophées ajoutés à un premier au tour précédent, lui ouvraient une Porte des Consuls si convoitée…

pa09k

Pablo Aguado (silence puis deux oreilles) était venu confirmer, précédé d’une flatteuse réputation après notamment ses quatre oreilles sévillanes. Fortement contrarié par le vent , il réalisa entre les deux rencontres un quite appliqué par chicuelinas, avant une bonne réplique d’Urdiales après la seconde.

pa09f

Début tout en douceur par derechazos suaves, puis la suite à l’unisson au son de la « Concha Flamenca », avec toutefois quelques vides dans la partition d’un Aguado visiblement désireux de convaincre. Entière après pinchazo. Excellent capoteo de réception de l’ultime qui s’enfuit en bondissant au premier assaut, avant d’y retourner sans prendre pour autant le puyazo du siècle ! Mais le manso allait par la suite révéler un fonds de caste dans une muleta tenue magistralement par le Sévillan qui au son de « Caridad del Guadalquivir » allait composer une œuvre majeure, autant par les sentiments dégagés que par sa maitrise d’une gestuelle inspirée. Entière pour deux oreilles récompensant une brillante prestation qui à elle seule lui valut une sortie a hombros par la porte des cuadrillas. Pour une première dans cet amphithéâtre, c’était plus qu’une confirmation. Bel et bien un début de consécration !

Voir la vidéo ICI

Tarde. No hay billetes. Et dire qu'on entend souvent que la corrida n'intéresse plus personne !

nim09k

Six toros de Juan Pedro Domecq justes de forces et relation de cause à effet, donnant un jeu souvent limité.

Salut des deux toreros à l’issue du paseo. Sobresaliente : Jérémy Banti.

sc09k

Sébastien Castella (vuelta, oreille et silence) s’est faire remarquer d’emblée par l’accueil capotero de son premier qui prit deux piques avant un excellent quite par véroniques, puis bonne réplique du Péruvien. Entame assurée au centre d’une faena composée de séquences bien guidées sur les deux bords avant séance de surplace et desplante en jetant la muleta. Pétition appuyée non suivie d’effet. Après un cocasse intermède digne du marché de Brive la Gaillarde, deux aficionadas tentant de se crêper le chignon… sortie d’un superbe toro melocotón qui étala sa pêche sur le premier assaut, avant un second plus furtif !

col09k

Ce tercio a été poursuivi par une surprise que nous réservèrent conjointement les deux diestros sous la forme d’un excellent quite « por colleras » avant un salut au second tercio de José Chacón et Fernando Pérez, puis un brindis à Gérard Jugnot. La suite par superbe entame agenouillée au centre  poursuivie par muletazos relâchés, dominateurs et templés, l’affaire baissant toutefois un peu en intensité, à l’image de son opposant. Entière. Bonne réception du quinto, deux rencontres puis saluts de Rafael Viotti avec les palos. Brindis à l’auditoire, deux cambios au centre avec reprise par redondos, le tout sans bouger un orteil ! Mais son opposant le laissa ensuite sans grande option, s’avérant totalement deslucido et ne générant aucune émotion. Entière pour en finir avec un bicho qui ne confirma pas l’adage…

rr09k

Andrés Roca Rey (silence, oreille puis silence) était lui aussi très attendu après son excellent début de temporada parsemé de nombreux triomphes. Bon accueil par véroniques de son premier qui alla deux fois au cheval pour des rations sans grande histoire. Quite suave de Sébastien puis toro protesté avant une faena proprette, mais dénuée de toute transmission à cause de la faiblesse prononcée de son adversaire. Entière au second coup et dépouille sifflée à l’arrastre. Devant le quatrième, Roca Rey a failli se faire décapiter en exécutant une larga à genoux, le rescapé signant ensuite un bon capoteo avant deux rencontres, la première sur le réserve et la suivant par pur simulacre. Brindis à l’assemblée et démarrage genoux en terre avant étalage de gestes de bon goût, notamment à tribord. Final encimista et entière. Avec l’arrivée de quelques gouttes, Andrés ferma la marche  en brindant à son compañero une faena donnée sous les sunlights des tropiques… qui par la suite attendaient les fans de l’autre côté de la place. En fait, il s’agissait de la lumière blafarde qui éclaire les fins de corridas. Face à un bicho sans grande saveur, à l’image de la plupart de ses frangins, la faena s’éternisa alors que les aficionados commençaient à déserter le cirque au terme d’un mano a mano qui ne passera pas à la postérité. Corrida de expectación…

Voir la vidéo ICI

VIC

Dimanche matin. Troisième de la Feria del Toro. Trois quarts d’entrée.

Corrida concours de ganaderías. Toros de Saltillo, La Quinta, Partido de Resina, Pagès-Mailhan, Flor de Jara et Los Maños.  

raf09k

Rafaelillo : silence et silence.

lch09k

López Chaves : oreille après avis et silence.

al09k

Alberto Lamelas : vuelta al ruedo et saluts.

Viva « Matablanca » !

Nouvelle réussite vicoise pour la corrida concours qui est la plus importante de l’année en France.

Premier toro : « Soriano », cardeño, n°47, de la ganadería de Saltillo. Combattu par Rafaelillo, bien présenté, il prit quatre piques sans s’employer vraiment. Il se laissa faire par la suite sous la muleta « bullidora » du Murciano. Il fut applaudi, on en attendait pas tant de ce fer.

Second toro : « Matablanca », n° 83 cárdeno oscuro, de la ganadería de La Quinta. Il prit trois piques données par Tito Sandoval avec adresse et provoqua deux batacazos successifs. A la muleta, il se montra noble sur la corne droite que sut parfaitement exploiter Domingo López Chavez. Un estoconazo et une oreille unanimement demandée. Le toro fit une vuelta et Tito Sandoval salua. Le grand moment de la matinée et le toro le plus complet.

Troisième toro : « Excitado », n° 17, cárdeno oscuro, de Partido de Resina. Une gravure de mode, le toro le mieux présenté de la matinée. Il  prit trois piques sans s’employer bien que partant de loin. Par la suite, il n’humilia pas, bien que passant sans une grande classe. Toreo classique et efficace d’Alberto Lamelas qui sut profiter de l’opportunité qui ne se limitait pas à être un guerrier.

Quatrième toro : « Judío », n° 566 de Pagès Mailhan, colorado ojo de perdiz. La déception de cette matinée. Toro qui semblait avoir des problèmes d’arrière-train. Il ne s’employa pas sous le fer et se réserva par la suite. Rafaelillo n’insista pas.

Cinquième toro : « Piez de ozo » de « Flor de Jara » n° 46 negro. Il prit trois piques et provoqua un batacazo. Néanmoins, il fut surtout plaisant à la muleta, bien toréé par López Chavez décidément en verve. Il manquait de transmission et la faena, malgré ses qualités, ne monta pas aux gradins.

Sixième toro : « Jorerito » de Los Maños, n° 37, negro entrepelado. Un toro discutable de présentation qui s’exprima peu à la pique qu’il prit à trois reprises, mais qui rompit par la suite et qui fut le plus noble de l’ensemble, avec cette fois de la transmission. Bien, Alberto Lamelas qui aura surpris son monde ce matin. Il réussit à conduire l’animal dans son rythme et la faena eut de l’intérêt. Elle baissa d’intensité et Alberto eut des difficultés aux aciers.

Bien que le résultat officiel ne nous soit pas parvenu, il fait peu de doute que « Matablanca », le toro de la Quinta, ne soit le vainqueur de la matinée. Domingo López fut le meilleur lidiador. On mettra aussi en avant le travail d’Iván García aux ordres du Salmantino qui salua aux banderilles et brilla dans la lidia et de Tito Sandoval très applaudi à la pique.

Une belle matinée…

Dimanche soir, quatrième de féria. Plus de 2/3 d’arène.

Six toros de Dolores Aguirre.

gdp09k

Gómez del Pilar : silence et silence.

jj09k

Javier Jiménez : salut et silence.

map09k

Miguel Ángel Pacheco : silence et une oreille.

Dure, très dure, la corrida de Dolores, bien présentée certes, mais qui n’a donné aucune option aux toreros et ne partit qu’avec réticence sous les picadors où ils ne se sont jamais livrés. En fait, ce fut un ensemble décasté qui a mis beaucoup de danger en piste sans pour autant procurer d’émotions. Les hommes ne sont pas à blâmer car il n’y avait guère d’options possibles.

Un ensemble à oublier s’il n’y avait eu le sixième qui s’est un peu plus livré et surtout que Pacheco a combattu avec une décision remarquable. Début de faena excellent pas doblones, suivi des quelques séries que le toro offrait à droite et à gauche. Réduite au minimum, cette faena minimaliste certes, mais élégante par instants, réveilla les gradins désespérés jusque-là. Les efforts du torero de la Linea de la Concepción furent soutenus avec enthousiasme. Il tua d’un remarquable estoconazo et coupa une oreille fêtée triomphalement.

Les responsables du CTV ont eu le bon goût de lui demander, alors qu’il était encore en piste, de remplacer ce lundi Román, grièvement blessé à Madrid ce lundi. C’était le juste prix de son courage et le jackpot pour un jeune homme qui n’a que très peu toréé jusqu’à ce jour et pour lequel les opportunités sont rares.

(Pierre Vidal – corridasi)

MADRID

Outre le pur bilan taurin, cette corrida de Baltasar Ibán, plus un sobrero de Montealto (1bis), restera surtout gravée dans les mémoires par rapport à la très grave blessure de Román qui a subi un terrible coup de corne alors qu’il estoquait son premier, très menaçant et compliqué. 30 cm dans la cuisse droite avec de nombreux dégâts. Pronostic très grave.

rom09k

Pour Curro Díaz, silence, oreille et silence pour celui lidié à la place de Román, et silence puis sifflets pour Pepe Moral.4/5 d’arène.

ALBACETE

En obtenant un trophée de chacun de ses toros de Las Ramblas, Rubén Pinar a été le triomphateur de la traditionnelle corrida d’ASPRONA à l’issue de laquelle il est sorti a hombros par la grande porte, la septième consécutive pour le maestro local qui a été très durement secoué par son premier, ce qui ne l’a pas empêché de poursuivre le combat.

rp09x

Saluts et oreille pour Miguel Ángel Perera et silence aux deux pour Cayetano…

(Communiqué)

RISCLE

risc09k

MUGRON

Les textes des lauréats du concours des nouvelles taurines, prix Jean-Claude MOUCHES, sont édités.

Vous pouvez vous procurer les recueils en passant votre commande par mail ou par courrier.

Prix unitaire : 14€ + frais de port 3€.

Chèque à l'ordre de la peña taurine mugronnaise…

Peña Taurine Mugronnaise, 2 Place de la Laïcité - 40250 MUGRON.

Tél : 00 33 (0)5 58 97 74 45

E-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Retrouvez nous sur facebook : Pena Taurine Mugronnaise

(Communiqué)

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 cer06aff

 mdm30aff