Mardi 22 Juin 2021
Istres, Aire, Madrid, San Isidro, Roquetas...

ist16wz

Clôture triomphale avec la sortie a hombros de la terna : Juli, Castella, Luis David...

No hay billetes, beau temps avec léger vent, plaza décorée par de superbes motifs, sur les planches comme au sol. Six toros de Victoriano del Río plus un sobrero de regalo monopiqués,  donnant un jeu divers, meilleur ce dernier qui a eu les honneurs de la vuelta posthume.

vdr16k

Avant le paseo, superbe évolution charra, avec en particulier un maniement du lasso du plus bel effet, le tout accompagné au son d’un groupe de mariachis...

Après le paseo, un souvenir a été remis aux trois maestros, puis Hector Gutierrez est venu en piste recevoir son trophée remporté le matin.

elj16k

El Juli (deux oreilles et oreilles) lança le débat par bon capoteo avant un monopuyazo en mode « tournez manège » ! Bon quite par chicuelinas puis début de faena par le haut, Juli alternant les échanges sur les deux bords en toréant à sa main avant de conclure par entière techniquement habile. Son second lui compliqua davantage l’existence et il ne put proposer le plus souvent que quelques mouvements de différente intensité applaudis après les échanges, avant épée de gendarme.

sc16k

Sébastien Castella (saluts, silence puis deux oreilles et la queue) signa un bon capoteo de réception avant une pique poussée puis de beaux doblones de en se fendant. La faena comprit ensuite quelques mouvements méritoires, mais sans grande transmission face à un toro à l’ardeur vite déclinante. Entière au troisième envoi. Le quinto prit une piqûrette pour la forme et après un bon quite varié puis un second tercio applaudi, Sébastien brinda au public une faena faite de mouvements soignés, mais sans grand écho sur les tendidos, à cause de réponses mièvres de la part de son opposant. Entière au second coup. Plus tard, alors que Luis David allait réaliser sa seconde faena, une annonce au micro nous apprit que comme il est de coutume au Mexique - et voyant ses deux compañeros arithmétiquement autorisés à sortir par la grande porte -, le Biterrois lidierait en septième position le sobrero de regalo !

sc16z

Sortit alors « Comunero » qui allait s’avérer le meilleur de l’envoi, Sébastien bénéficiant d’applaudissements de soutien et se distinguant au capote au son de Vino Griego ! Bon puyazo poussé puis début de faena par deux cambios au centre sans bouger un orteil. La suite par enchainements bien cadencés sur les deux versants face à un bicho qui répétait à souhait. Entière trasera qui libéra un rabo dans l’alegría générale.

lda16k

Luis David Adame (deux oreilles et vuelta) s’est fait applaudir au capote avant une rencontre poussée puis une vuelta de campana suivie d’un bon quite par chicuelina et rebolera. Brindis à Bernard Marsella d’une faena entreprenante sur les deux rives, le bicho devant être sans cesse ramené vers le centre, lui qui lorgnait sans cesse vers les tablas. Labeur efficace avant un coup de canon a recibir. Après un bon capoteo rematé par serpentina, une rencontre puis un quite par zapopinas, il brinda à l’assemblée un second trasteo effectué en alternance sur les deux pitons, se faisant bousculer sans mal en fin exercice avant une série de manoletinas puis une demie.

nov16k 

En matinée, devant environ une demi-arène, six novillos des frères Jalabert donnant du jeu la plupart, en retrait le dernier.

ms16k

Maxime Solera (oreille) débuta sa faena par deux largas au centre et après une pique puis un brindis à l’assistance, il alla s’agenouiller sur la bouche d’arrosage pour exécuter des derechazos qui déclenchèrent l’orphéon. La suite à l’avenant, Maxime profitant des bonnes conditions de son opposant pour proposer des séries rondement menées devant un public un peu froid, avant entière au second envoi.

cp16k

Cristian Pérez (oreille) reçut son adversaire par une larga avant bon capoteo. Le novillo mit les reins sur l’unique assaut puis bon quite par saltilleras, le bicho venant de loin, puis faena brindée à l’assemblée et au ciel avec départ aux planches, Cristian devant par la suite aguanter quelques retours assassins. Lancé à fond dans la bataille, il fit preuve d’un cran remarquable, essuyant deux violentes volteretas qui malgré la douleur ne l’ont pas empêché de poursuivre jusqu’au coup de canon final qui libéra un pavillon avant qu’il ne regagne l’infirmerie.

co16k

Carlos Olsina (vuelta) aura appris à ses dépens qu’il ne suffit pas de réaliser une bonne faena pour obtenir une récompense, mais qu’il faut aussi réussir l’estocade. Toujours en phase d’apprentissage, c’est un domaine qu’il devra chercher à améliorer, car pour le reste, il a affiché de nets progrès, se montrant notamment davantage posé. Charles nous a gratifiés de séries allurées sur les deux bords, donnant la distance et templant face à un bon novillo, la conclusion par pinchazo, tiers de lame et deux descabellos venant ternir la prestation la plus aboutie de la matinée... jusqu’à l’usage de la ferraille. Malgré ce bémol, son passage à Istres a été encourageant pour la suite, à condition...

hg16k

Héctor Gutiérrez a affronté un bicho qui prit une pique désordonnée en deux temps. Brindis au conclave et début par muletazos suaves et appliqués, ce qui sera le dénominateur commun d’une faena qui aurait pu trouver meilleur écho sur les étagères. Il se fit attraper sans mal apparent avant un final agenouillé puis une entière. Un seul trophée tomba du palco alors que le second aurait été à mon humble avis mérité. Bronca à l’autorité.

ao16k

Alfonso Ortiz (silence) venait tout auréolé de son classement à l’escalafón 2018 dont il finit leader. Au vu de sa prestation istréenne, on se demande bien pourquoi car face à un adversaire qui sortit « con gas », il ne put proposer le plus souvent qu’un trasteo assez plat et marginal, de pases y pases, sans jamais soulever la passion, conclu par bajonazo au second envoi.  

rafi16k

El Rafi a eu la malencontreuse infortune de tomber sur un adversaire à la limite de l’invalidité. Il se montra appliqué dès les premiers capotazos  puis sur un quite par chicuelinas au sortir de la monopique où le bicho subit. Brindis aux étagères, début agenouillé au centre, mais les échanges qui suivirent ont été altérés par la faiblesse de son opposant, ce qui a enlevé toute émotion et vibration malgré les efforts du Nîmois. Entière tombée.

dl16k

A l’issue de la course,  il a été annoncé que Cristian Pérez avait obtenu le trophée à la meilleure estocade, reçu par Denis Loré, et que le prix au triomphateur - un contrat à la Monumental de Mexico - est allé à Héctor Gutiérrez qui est venu le recevoir lors de l’ouverture de la corrida charra de la tarde.

AIRE

Moins de 1/2 arène. Toros de Valdefresno. Vuelta au sixième.

Fernando Robleño : ovation et saluts et oreille.

Octavio Chacón : vuelta al ruedo et oreille.

Daniel Luque : deux oreilles après avis et deux oreilles.

Daniel Luque et le mayoral de Valdefresno sont sortis en Triomphe.

Gros succès artistique de la corrida des fêtes aturines qui a soulevé l’enthousiasme d’un public venu trop peu nombreux une année encore. Pourtant, une fois encore, les absents ont eu tort. La corrida de Valdefresno était légère dans l’ensemble et inégale de trapío, mais armée sérieusement. Elle s’est plus exprimée au troisième tiers que sous la pique où elle a été discrète,  mis à part le sixième, le plus complet. Sous la muleta, la course a montré dans son ensemble une noblesse vibrante, sans fadeur, avec de la mobilité et de la transmission. Il y avait à faire…

fr16k

Fernando Robleño, qui n’est pas souvent à pareille fête, a tenu à montrer qu’il était autre chose qu’un belluaire et que sa capacité à se tirer d’embuscades risquées ne devait pas faire oublier que c’était avant tout un bon torero. On le vit dès son premier passage où il a toréé avec temple, dans un corte classique, peut-être austère, un excellent adversaire qui a manqué cependant un peu de force. Il y eut une pétition, mais minoritaire : il est toujours difficile d’ouvrir le bal. Fernando remit le couvert à son second passage face à un animal avec lequel visiblement il prit du plaisir. Une entière légèrement tombée et une récompense à laquelle il semblait tenir.

oc16k

Un ton en dessous Octavio Chacón qui n’a pas eu la classe qu’il a d’habitude dans des batailles plus dures, il est vrai. Le Gaditano n’a pas su saisir les opportunités de son premier adversaire. Plutôt que de se cantonner dans ce toreo classique où il excelle, il concéda trop au public, raccourcissant les terrains pour un numéro « encimiste » qui n’était pas du meilleur goût. Sa seconde faena plut cependant et comme il tua d’un estoconazo, il coupa un trophée.

dl16w

Grande soirée de Daniel Luque décidément en veine comme on avait pu le voir lundi dernier à Vic-Fezensac. C’est le torero du moment et c’est une chance car il va se multiplier dans le Sud-Ouest avec un contre six à Bayonne qui s’annonce comme le grand moment de la temporada. Daniel brilla à la cape, surtout au second avec des véroniques superbes, mais aussi dans un quite par chicuelinas posées au cordeau. Il s’illustra dans l’ensemble du combat et enthousiasma le public à la muleta. Sans doute combine-t-il de manière unique la maîtrise de soi et la compréhension de l’animal, mais aussi la recherche esthétique et la variété. Il faut ajouter à cela une sécurité à l’épée qui fait que rien ne lui échappe. Ainsi, il s’est imposé en patron tout au long de l’après-midi faisant taire la musique pour conclure des travaux plutôt classiques jusque-là, sur une note spectaculaire comme ces superbes et interminables redondos qui emportèrent l’adhésion d’un public debout pour l’ovationner. Daniel par son toreo maîtrisé et joyeux donne du bonheur aux gens, c’est tout de même précieux par les temps qui courent… Il doit contribuer lui aussi à ramener du public aux arènes.

aire16k

On ne peut conclure sans rappeler le souvenir d’Ivan Fandiño tombé au combat dans ces arènes Maurice Lauche. L’harmonie aturine joua son paso-doble à l’issue du troisième toro dans un silence recueilli, témoignage de l’émotion collective et du souvenir que ce grand torero a laissé dans les cœurs de l’aficion du sud-ouest.

(Pierre Vidal – corridasi – Photos : Roland Costedoat)

MADRID

Donnée avec le panneau « no hay billetes »  affiché à la taquilla, la corrida de la Presse qui mettait un terme au cycle le plus long de la planète taurine a été marquée à la fois par le bon comportement de la plupart des toros de Santiago Domecq, surtout en première partie, mais surtout par la blessure de Pablo Aguado qui a reçu une cornada de deux trajectoires de 15 et 10 cm dans la cuisse droite au moment de porter l’estocade à son premier. Pronostic grave.

pa16k

El Fandi : silence aux deux premiers puis applaudissements à celui lidié à la place d’Aguado.

Avis partagés puis silence pour Alberto López Simón et saluts puis blessure pour Pablo Aguado.

(Photo : Plaza 1)

SAN ISIDRO

Palmarès de la Feria de San Isidro 2019 :

Triomphateur de la Feria : Paco Ureña

pu16k

Meilleure faena : Antonio Ferrera eu 1er de Zalduendo

Meilleur novillero : Fernando Plaza

Meilleur rejoneador : Pablo Hermoso de Mendoza

Torero révélation : David de Miranda

Meilleure estocade : Román

Meilleur picador : Juan Francisco Peña

Meilleure brega : Iván García

Meilleur banderillero : Fernando Sánchez

Meilleur toro : "Despreciado" de Juan Pedro Domecq

Meilleure ganadería : Adolfo Martín

ROQUETAS

Samedi dernier, à Roquetas de Mar, pour la quatrième sélection du XXVe cycle de novilladas, dans une demi-arène et face à des novillos de Martín Lorca, El Primi, Pablo Maldonado et Rafael León ont coupé une oreille.

roq16k

Vuelta pour Jorge Martínez, saluts pour Álvaro Alfonso et applaudissements pour Manuel Osuna.

(Photo : Joël Buravand - Album )

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 arl10aff

 vic23aff

 cer22aff

 mdm0aff

 stm23aff