Mercredi 21 Août 2019
Paroles de Práctico
Vendredi, 28 Juin 2019

cdv26wz

Christophe De Vos... Des toros, des mots et un Práctico !!!

 Ou quand un aficionado práctico se lance dans une autre faena, celle de l'écriture...

L’envie de toréer

L’envie de toréer... mais aussi de transmettre chez Christophe De Vos, cet aficionado práctico qui outre le fait d’assouvir sa passion, son aficion, au sein de l’AFAP, exerce à Nîmes la profession de professeur des écoles. Conséquence de sa volonté d’expliquer ce qui l’a poussé à fréquenter le monde des toros et ce qu’est son ressenti par rapport à la pratique du toreo, un livre vient de voir le jour, édité par les éditions « Au Diable Vauvert » de Marion Mazauric…

 cdv27k

Au fond, qu’est-ce qui différencie le práctico du simple aficionado ? L’un est simple spectateur, un état dans lequel il met plus ou moins de passion, l’autre a eu un jour ou l’autre l’intention de passer à l’acte, un impérieux besoin qui le ronge jusqu’à franchir « amant donné » le pas en y consacrant son temps libre pour, à sa façon, se sentir aussi torero.

getimg5

Rencontré aux pieds des arènes de Nîmes, un amphithéâtre où à l’époque, il avait effectué ses premiers entrainements pour apprendre les rudiments du toreo, j’ai voulu en savoir un peu plus sur la trajectoire de Christophe car depuis, il est passé à l’étage supérieur et il lui arrive de lidier du bétail, en privé comme en public. Bref, tout en restant à la marge, il est évident que dans les gênes du Nîmois, le toro tient une large place…

cdv28a

« Je suis Nîmois et j’ai vu ma première corrida à l’âge de huit ans avec mon père. Quand je suis sorti des arènes, j’avais envie de faire pareil que ce que je venais de voir. Très tôt, j’ai joué au toro avec ma sœur, et ensuite, j’aurais souhaité être inscrit à une école taurine, ce qui n’a pas été possible de suite. On était alors en 1983, j’étais  encore trop jeune, mais mes parents m’ont proposé de le faire lorsque j’aurais treize ans. Entre temps, ma cousine était inscrite, elle s’entrainait alors dans les arènes de Nîmes et j’allais la voir évoluer. C’est d’ailleurs là que pour la première fois, j’ai touché un capote et une muleta !

cdv28b

Mais d’école taurine, il n’y eut point car vers douze ans, quand j’allais dans des ferrades, je participais aux activités taurines, et une fois, une vache m’a mis une grosse rouste, avec évacuation vers l’hôpital ! Du coup, mes parents n’ont plus vu les choses de la même façon ! Première conséquence, pour m’éloigner de tout ce qui avait une connotation espagnole, ils m’ont inscrit… en section allemand ! 

cdv28c

En fait, ce qui m’a permis de passer à l’acte, c’est plus tard, en 2009, quand j’ai rencontré les responsables de l’Association Française des Aficionados Prácticos (AFAP) dirigée par Hervé Galtier. Entre temps, j’étais parti loin des toros, avec mes études à Lyon puis un départ au Québec, mais quand je le pouvais, je venais quand-même assister à des corridas en tant qu’aficionado. Ensuite, je suis revenu sur Nîmes, et avec cette association, j’ai pu enfin vivre ma passion. Le gusanillo était toujours vivace et quand j’ai rencontré Hervé lors d’une becerrada, je me suis inscrit à l’association. Six mois plus tard, j’affrontais ma première vache, sans grande technique, sans les rudiments, mais avec une grosse envie…

cdv28d

Se mettre devant du bétail, c’était pour moi la finalité, en allant progressivement vers des toros représentant une opposition respectable. Pour cela, je me suis entrainé sérieusement afin de parvenir à un certain niveau me permettant d’atteindre mon but, sans que ce soit pour autant ma profession, dans le respect de ce qui sépare un amateur d’un professionnel. Mais il reste toujours agréable de se sentir progresser et quelque part reconnu…

cdv28e

Comment m’est venue l’idée d’écrire un livre ? Je le dois en fait à Jacques Teissier qui avait écrit « La corrida, effraction salutaire » et qui m’avait demandé mon avis. De nos discussions, ça m’a donné à mon tour l’envie d’écrire, de transmettre ce que j’avais à dire à partir des pistes que ça m’avait ouvert. Il faut dire que suite à un sérieux problème de ligaments croisés, j’ai été au repos forcé pendant plus de six mois, ce qui m’a libéré pas mal de temps ! Je l’aurais fait quand-même, mais il est évident que cette coupure m’a permis de le faire. On va dire que c’était pour moi le bon moment…

cdv28f

Au fil des pages, j’ai voulu faire partager ma vision de la tauromachie, de la corrida, de la part de quelqu’un qui s’y est investi, en rappelant ses valeurs, un certain état d’esprit, une philosophie, une approche du combat, le tout étant éloigné d’idées toutes faites dont on nous rebat les oreilles. A partir de mon approche, de mon vécu et de mes activités au sein de l’association… Pour le moment, j’ai eu des retombées plutôt positives, notamment de la part de professionnels qui ont trouvé intéressant d’avoir le point de vue de quelqu’un venant d’un secteur différent dans son ressenti par rapport au toro et sa façon de l’affronter, avec la volonté de l’écrire, de le mettre en forme. On en parle souvent de façon informelle, mais ce qui a notamment intéressé Marion Mazauric, c’est justement d’avoir eu la volonté d’aller au bout des choses en le mettant noir sur blanc.

afap21w

Par rapport aux professionnels, je n’ai pas pour but de me comparer à eux, mais plutôt de m’en inspirer. Là où on peut se rejoindre, c’est dans la capacité à analyser les difficultés les réponses appropriées. Ça permet aussi d’être parfois davantage indulgent par rapport aux toreros qui sont critiqués alors qu’il n’y a pas lieu d’être. Par exemple, certains aficionados leur demandent toujours de se croiser, ce qui n’est pas forcément possible ou ne serait-ce qu’adéquat. Tout dépend du toro, de son comportement et des intentions du torero. Il y a aussi des maestros qui rendent les choses faciles alors qu’elles ne sont pas évidentes, c’est ce qui fait toute la différence et qui parfois peut tromper un public non averti. Tout est affaire de concept, de jugement, d’analyse, et j’ai voulu évoquer aussi ce sujet, car la tauromachie ne peut s’appréhender que dans sa globalité.

cdv28x

Bref, pour revenir à nos moutons, ou plutôt à nos toros, pourquoi ai-je voulu toréer ? Pour  d’abord connaitre mes propres limites ! C’est le fameux « connais-toi toi-même » de Socrate… C’est-à-dire que le toro ne ment pas et qu’il vous montre jusqu’où vous êtes capable d’aller ! C’est cette recherche d’authenticité qui m’a plu dans la tauromachie et comme disent les professionnels, ce sont les toros qui remettent chacun à sa place ! Par conséquent, chacun sait où est sa limite, ce qui doit impliquer une bonne connaissance de soi… »

80 pages - 7€ -Editions Au Diable Vauvert

Signature aussi dans le cadre des manifestations des 30 ans de l’AFAP ce week-end à Franquevaux…

Vente notamment aux librairies suivantes :

Jean Colomina, Les passionnés 19 rue des Suisses, 13200 Arles                                                                                                                        

Lydie BAILLIE, Aux lettres de mon Moulin 12 bd A. Daudet , 30000 Nîmes                                                                                          

Cathy BERAK, Librairie Catygor 43 rue de la République, 30640 Aigues-Mortes

Delphine CAMBET, Librairie AB 26, place Fruiterie, 34400 Lunel  

Hélène CARDONA, Librairie OMBRES BLANCHES, 50 rue Gambetta, 31000 Toulouse                                                               

Françoise CORBEL, Librairie/Papeterie CORBEL 10 place de la Liberté, 32800 Eauze                                                                                                           

Roger COSTE, Librairie TORCATIS 10 rue Mailly, 66000 Perpignan                                                                

André DARRIGADE, Librairie Darrigade 2 Rue Gardères, 64200 Biarritz

Véronique DUCHER, LIBRAIRIE LACOSTE 65 rue Augustin Lesbazeilles, 40000 MONT DE MARSAN

Marianne FERRER, LE GRENIER D'ABONDANCE 38 RUE du Moutin, 13300 SALON DE PROVENCE

Marie Cécile GOYARD, Librairie Goyard 32 Boulevard Victor Hugo, 30000 Nîmes  

Aurélie JEAN, Médiathèque Pays de Lunel 520 avenue des Abrivados, 34400 Lunel                 

Christophe Lepine, Librairie la Provence, 31 Cours Mirabeau, 13100 Aix-en-Provence

Olivier MAGNAN, Librairie Actes Sud 43 rue du docteur Fanton, 13633 Arles                                                 

Jean-Simon Mandeau , Librairie Voyage au bout de la nuit 4 rue Carnot, 13210 St-Rémy-de-Provence

Daïdrée Aguilar, Librairie Siloë 23 rue Amiral Courbet, 30000 Nîmes

Alain NUNEZ, Librairie Diderot Rue Emile Jamais, 30000 Nîmes      

Jean-luc Pelissonn Librairie le Cheval dans l'arbre 20, Bd Maréchal Joffre, 66400 Céret         

Isabelle Perez, Hall de la presse 18 rue Alsace-Lorraine, 30240 Grau du roi

Jean Pichinoty, Librairie La Soupe de l'Espace 9 avenue des Iles d'Or, 83400 Hyères                                                                              

Sarah Ponzo, Librairie Page et Plume15 rue Eugène Sue, 87100 Limoges                                                                                                               

Roberta Pouget, Sauramps Alès 2 Place Saint-Jean, 30100 Alès

Vincent & Pierre TEISSIER, Librairie Teissier 11 rue Régale, 30000 Nîmes                          

Jean-Marc VIDAL, Librairie Papeterie LEGHOR 21 rue Marcelin Albert, 34130 Mauguio

Patricia, Librairie Campus 10 rue du Mirailh, 40100 Dax                                                                                              

Sophie, Librairie L'échapée belle 7 rue Gambetta, 34200 Sète

Editions Au Diable Vauvert - Voir  ICI

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 arl11aff

 nim vend25aff