Mardi 17 Septembre 2019
Boujan
Lundi, 01 Juillet 2019

cr30wz

Cristóbal Reyes a remporté le trophée au terme d'une novillada souvent frustrante...

Trois quarts environ, beau temps, chaud mais supportable (il est vrai que j’étais à l’ombre !)...

vt30k

Six toros de Veiga Teixera bien présentés, charpentés, souvent mal piqués, et certainement relation de cause à effet, baissant pied la plupart à la muleta, provoquant ainsi la frustration chez les aficionados.

ar30k

Abel Robles  (silence aux deux) ouvrit les débats avec un toro qui prit trois piques désordonnées, sortie fermée la première, trasera la suivante et depuis le centre, rectifiée la dernière. Brindée à Claude San Nicolas, la faena a été appliquée dans son entame, comprenant quelques derechazos templés, l’autre côté s’avérant plus délicat à aborder. Demie et descabello. Ce fut plus évident au quatrième avec un adversaire qui fit grosse impression à sa sortie pour son tamaño. Après capoteo applaudi, premier assaut poussé en deux temps et bien pris au second. Brindis à Victor Mendes d’une faena agréable comprenant plusieurs mouvements essentiellement droitiers qui ont transmis, mais par la suite, Abel a mangé hélas la feuille avec la ferraille. Dommage.

ms30k

Maxime Solera (silence aux deux) tomba d’abord sur un opposant long à s’employer de salida avant deux rencontres rectifiées. Faena brindée à Mendes donnée à un toro qui réduisit trop vite ses charges, Maxime insistant sans toutefois réussir à inverser la tendance, malgré sa volonté. Echec aux aciers. Le quinto ne lui permettra pas de réussir le desquite, s’avérant manso sous le fer à trois reprises. Après un gros susto pour un banderillero qui se fit ouvrir la taleguilla pour avoir bronché aux pieds du fauve, brindis à l’assemblée d’une faena qui comprendra quelques séquences biens menées au début, mais sans aller jusqu’à vraiment transmettre. En effet, le toro alla très vite « a menos » et Maxime, malgré toute son abnégation, ne put qu’en rester au stade des bonnes intentions. Entière d’impact discutable.

cr30k

Cristóbal Reyes (silence aux deux) reçut son premier par larga de rodillas avant une vuelta de campana puis deux puyazos, le second, rectifié, en partant de loin. Après un tercio de banderilles dynamique mais d’impacts inégaux, le Jerezano soigna le geste à la muleta, mais dut ensuite se contenter d’égrener les muletazos un par un, tout ligazón devenant impossible à cause d’un autre bicho trop rapidement parado. Entière tombée au troisième envoi. Avec l’ultime, de forte corpulence, les choses allaient prendre une tout autre tournure dès une dynamique réception capotera. Deux piques sans style, puis ovation aux banderilles pour notamment un quiebro à la dernière paire. Brindis à l’assistance puis début décidé par mouvements harmonieux sur les deux flancs qui auraient pu valoir une récompense à un Cristóbal en verve... s’il n’avait hélas terni son labeur par la conclusion, ce qui a incontestablement été, avec le tercio de varas, le talon d’Achille de cette novillada.

A l’issue de la course, il reçut en piste le prix au meilleur novillero remis par Victor Mendes et Bernard Mula, président des clubs taurins du Biterrois.

Celui au meilleur picador a été déclaré desierto, on comprend facilement pourquoi !

A noter hélas, une nouvelle fois, le problème récurrent, à mon avis mal pris en compte par la plupart des empresas, car ça dépasse de loin la seule arène de Boujan, de la fâcheuse habitude de faire débuter les courses avec un quart d’heure de retard. Pour moi, il s’agit d’un manque de respect pour les aficionados arrivés en temps voulu à qui l’on inflige une attente supplémentaire pour que les retardataires puissent venir tranquillement s’installer. Et qu’on ne fasse pas toujours référence à des mesures de sécurité que tout le monde connait bien, à chacun à prendre en compte cette contrainte... Si une arène s’honorait de commencer toujours à l’heure dite, ce qui a été pendant longtemps le propre de la corrida, je suis persuadé qu’il y aurait beaucoup moins de retardataires ! D'ailleurs, quand je vais à la gare, si j’arrive un quart d’heure en retard, je ne suis pas sûr que le train m’attende...

En matinée, dans une fournaise, non piquée avec des erales de Concha y Sierra et un de Fernay... sur laquelle nous reviendrons ce soir, avec les principales actualités de ce week-end.  

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 nim vend25aff