Mercredi 21 Août 2019
Céret, Pamplona, Plaisance, Saintes...
Lundi, 15 Juillet 2019

ms14wa

Triomphe de Maxime Solera qui a coupé les deux oreilles d’un sobrero d’Urcola...

Trois quarts d’arène. Novillos de Monteviejo, deuxième fer de Victorino Martín, plus un sobrero d’Urcola (3bis), troisième fer maison, qui s’est avéré le meilleur de l’envoi.

Juan Carlos Carballo : silence et saluts.

Aquilino Girón : saluts et silence.

Maxime Solera : deux oreilles et vuelta.

Matinée relevée par la prestation de Maxime, toujours aussi décidé et partant pour donner le meilleur face à du bétail de respect, une attitude bien en phase avec les attentes d’un public cérétan qui est en passe d’en faire sa nouvelle coqueluche...

Malgré plusieurs accrochages, notamment sur des réceptions a portagayola de son premier puis du sobrero, le novillero de Fos enfila le bleu de chauffe pour relever le défi d’un Urcola qui après trois rencontres, aura un bon comportement à la muleta sur des tandas exécutées avec application, en donnant la distance et affichant sa rage de vaincre jusque dans la suerte suprême donnée en bondissant après avoir jeté la muleta. Un geste qui compta aussi dans l’obtention des deux trophées après deux coups de descabellos. Par la suite, avec son Monteviejo, il se montra encore plein de détermination pour en tirer le maximum avant de conclure a recibir...

Tarde. Arènes pleines. Toros de Saltillo compliqués la plupart, dangereux, demandant les papiers.

Fernando Robleño : saluts et sifflets.

Javier Cortés : saluts et silence.

Gómez del Pilar : saluts aux deux.

Tarde marquée par l’âpreté des combats, avec la palme pour Gómez del Pilar qui séduisit le public par son entrega, sa détermination et son aguante. Avec mention à sa cuadrilla pour une première faena qui aurait pu être récompensée si les aciers... Son second cherchait sa mère, ne laissant aucune chance à son combattant de réussir le desquite. Mais au final, bonne impression laissée par le Madrilène...

(Photo : Christian Lamoulie)

PAMPLONA

Corrida de clôture pour des Miura au tonnage conséquent, avec les armures qui vont avec, affichant sérieux, caractère et complications.

Tarde marquée par la blessure de pronostic grave de Rafaelillo à son second après saluts à son premier. Durement secoué aux planches, le Murciano souffre notamment de plusieurs fractures de côtes et d’un hémothorax gauche avec emphysème sous-cutané. Soigné dans un premier temps dans l’infirmerie, il a été ensuite transféré vers l’hôpital...

jl14k

L’autre fait du jour a été la prestation de Juan Leal (vuelta et silence) qui, sans pouvoir totalement triompher, a fait grosse impression. Recevant son premier a portagayola, il se montra par la suite très entreprenant, mettant en évidence son courage, son envie et un toreo engagé, le tout étant hélas dévalué par le maniement des aciers, ce qui sera aussi le cas à son second.

Silence aux deux pour Octavio Chacón.

Le matin, l’encierro de Miura a été caractérisé par sa vitesse, cinq toro entrant dans les arènes en 2’ seulement, mais aussi par la course d’un colorado, « Rabanero », qui est resté à la traine depuis Estafeta, blessant plusieurs mozos et rallongeant le chrono jusqu’à 2’42...

Trois blessés par corne, le premier à la cuisse gauche, un autre à l’aisselle et un troisième au bras droit.

Voir la vidéo en cliquant ICI

PLAISANCE

Grosse demi-arène. Trois erales de l’Astarac (1, 5 et 6) et les trois autres de Camino de Santiago variés de forces et de comportement.

 cs14k

Le quinto, « San Salvador », a eu les honneurs de la vuelta posthume.

 cp14k

Cristian Parejo (saluts et oreille) s’est distingué au capote pour la réception de son premier, puis a subi une voltereta au sortir d’un quite par tafalleras. Brindée au public et donnée à un bicho juste de forces qui ne s’employa guère, sa faena comprendra une autre voltereta très spectaculaire, le bicho le promenant suspendu aux cornes sur un long trajet, heureusement sans mal. Cristian se reprit bien et conclut d’une entière au second envoi. Il brinda sa deuxième faena à l’organisateur Henri Michel, dessinant quelques mouvements ajustés et subissant une nouvelle voltereta avant de placer une lame concluante qui libéra un trophée.

mp14k

Miguel Polope (silence et vuelta), venu suppléer Leandro Gutiérrez, prit en premier lieu un Camino charpenté applaudi à sa sortie. Il brinda à l’assistance un trasteo alluré dans son entame, le Valencian soignant le geste sur les deux ailes, tout en restant un peu académique. Echec avec la ferraille et passage à l’infirmerie où il sera soigné d’une coupure à la main et d’un varetazo, puis reviendra lidier son second. Après un début un poil hésitant, Miguel prit bien le rythme du quinto qui s’avéra par la suite repetidor dans la flanelle. S’ensuivit une faena de bonne transmission, au gout du public et du ganadero qui retrouvait le sourire. Final par luquecinas, mais hélas pour Polope, les aciers sont venus gâcher un labeur qui aurait mérité mieux qu’une vuelta si...

sol14k

Solalito (oreille et silence), tout auréolé de son succès sévillan, se fit remarquer par la réception véroniques/rebolera de son premier. Applaudi avec les palos, il brinda sa faena à l’assemblée, se montrant appliqué dès l’entame face à un adversaire dont les forces n’étaient pas l’atout majeur, mais qui prenait bien le leurre. Solal construisit quelques séquences de bon goût puis plaça une entière contraire qui fit tomber un mouchoir. Bon capoteo face à l’ultime, ovation aux banderilles, notamment pour une troisième paire au quiebro, puis brindis à Pascal Bonnaud, organisateur de Maubourguet, d’une faena comprenant quelques passages ajustés, notamment à tribord. Néanmoins, le bicho ne l’a pas vraiment aidé et Solal a fait quasiment le boulot tout seul, les aciers venant lever tout espoir de grande porte.

En matinée, face à trois vaches de Jean-Louis Darré de comportement divers, Marc Serrano et Thomas Cerqueira, avec Laurent Langlois sur le cheval, ont assuré le tentadero, ponctué par des interventions au micro de Norman Dumon qui a éclairé le public sur les subtilités de l’exercice. On y reviendra...

 SAINTES

Donnée devant une demi-arène environ, le Centaure d’or est allé à Rui Fernandes qui a coupé trois oreilles aux toros de Gallon frères, une puis deux.

Silence aux deux pour Sergio Galán et silence puis saluts pour Óscar Borja.

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 arl11aff

 nim vend25aff