Samedi 07 Décembre 2019
Villeneuve, Châteaurenard, Béziers, Olsina, Signes…
Mercredi, 07 Août 2019
rp06wz
Triomphe de Rubén Pinar qui a coupé les deux oreilles d’un toro de Dos Hermanas…
No hay billetes, ciel couvert. Six toros de Patrick Laugier, tous de Dos Hermanas sauf un sobrero sorti en 1 bis, de Piedras Rojas, le titulaire souffrant d’une patte. Un ensemble noble, mais juste de forces, monopiqué, meilleur le 2. A l’issue du paseo, une minute d’applaudissements a salué la mémoire de Georges Dumond, premier président du CTV.
dc06f
Dorian Canton (silence aux deux) est venu prendre l’alternative dans cette arène, suite à l’annulation d’un sacre prévu à l’origine à Bayonne. Bonne réception capotera du toro de la cérémonie qui mit les reins sur l’unique assaut. Par la suite ankylosé, il a été prié de regagner les vestiaires… ce qu’il ne fit pas en définitive, un banderillero le puntillant depuis le burladero.
dc06k
Bonnes véroniques de réception avec le sobrero puis après la cérémonie d’usage, brindis à son père d’une faena suave dans son entame face à un bicho qu’il fallait cuidée, sa noblesse étant altérée par une charge réduite, faute de forces pour transmettre davantage. Suite encimista avant échec aux aciers. Avec l’ultime, Dorian ne put réussir le desquite. Capoteo énergique par larga, rodillazos, véroniques…  puis vuelta de campana après la monopique.  Brindis à un conclave tout acquis à sa cause, début à genoux avant que le bicho ne se mettre à envoyer un testud que Dorian eut quelque peine à discipliner. Rien ne s’arrangea par la suite car après quelques échanges appliqués, le toro s’affaissa avant de le laisser sans options après avoir été relevé. Pinchazo profond.
rp06k
Rubén Pinar (deux oreilles et saluts) prit en premier lieu le meilleur de l’envoi, notamment par sa mobilité à la muleta. Capoteo stylé puis pique a minima et vuelta de campana après deux paires. Reprise des trastos puis brindis à l’assemblée d’une faena essentiellement droitière bien construite, notamment par redondos profonds. Entière au deuxième envoi qui fit tomber deux mouchoirs du palo… Le quatrième exerça une légère poussée au cheval et après un bon second tercio, l’Albaceteño se montra appliqué en début d’une faena par la suite plutôt marginale, le tout allant a menos faute de transmission dans les échanges. Entière caída. 
td06k
Thomas Dufau (silence aux deux) se distingua sur une réception par véroniques/chicuelinas/rebolera de son premier et après un picotillo, il brinda au ciel une faena décidée, donnant ensuite la distance lors de séquences volontaires qui hélas, ont eu quelque mal  à vraiment passer la rampe, faute d’émotion, toujours pour les mêmes raisons. Bajonazo au second envoi. Bon capoteo de réception du quinto, bien contenu ensuite sur une piqûrette. Début de faena par deux cambios au centre, Thomas s’efforçant par la suite d’enchainer les muletazos avec plus ou moins de bonheur, un exercice limité à cause des médiocres dispositions de son opposant dont il se défit par demie puis trois descabellos.
CHÂTEAURENARD
Demi-arène, beau temps. Six toros de La Quinta maniables la plupart. Le troisième a eu les honneurs de la vuelta posthume.
sfm06k
Venu pallier l’absence d’Enrique Ponce, Stéphane Fernandez Meca (palmas et vuelta) s’est rappelé au bon souvenir des afcionados… après trente ans d’alternative. Le Nîmois a montré en diverses séquences, notamment au tercio de piques de son second, qu’il n’avait rien perdu de son sens de la lidia…
jc06k
Pour Javier Conde (silence aux deux) les années aussi ont passé, reste un sens artistique jamais démenti, mais qui n’a pas pour autant suffi pour embraser le cirque comme il le faisait jadis…
rp06z
Roman Pérez (deux oreilles et oreille) a été le grand vainqueur de cette tarde avec trois pavillons dans son escarcelle obtenus sur ses points forts, à commencer par son entrega qui l’a fait se surpasser lors de ses deux trasteos. Au dernier, avant sa sortie a hombros, il a fait la vuelta en compagnie du mayoral…
(Photos : Daniel Chicot)
BÉZIERS
Voir le compte rendu de la contre-manifestation taurine de Béziers : http://lotaureroge.canalblog.com/
bez06k 
 
OLSINA

L'année s'annonçait déjà belle et avait débuté sous les meilleurs auspices. Deux sorties en France pleines de promesses au mois de juin où Charles avait pu faire valoir ses qualités et les progrès réalisés pendant l'intersaison.
Comme tous ceux qui l'ont vu l'ont remarqué, son travail hivernal sous la houlette avisée de son apoderado Manuel Espinosa et l'œil protecteur de Manuel Escribano, lui a donné de la profondeur dans son toreo... plus d'aguante aussi. Une saison sérieuse démarrait avec Béziers, Saint-Gilles, Carcassonne, puis tous les « pueblos de verdad » autour de Madrid et Séville en septembre, régions où Charles a triomphé l'an dernier et où l'aficion Espagnole vient détecter les futurs grands.
Ses triomphes de la temporada passée et ses prestations à Arles et Istres ne sont pas passés inaperçus, puisqu'en début de semaine dernière, la nouvelle tombait : Carlos est au cartel madrilène le 11 août.
Cette annonce ne doit rien au hasard car elle vient confirmer qu'il est de manière certaine l'un des espoirs les plus prometteurs de sa génération et que la qualité et l'importance du travail de son apoderado n'est plus à démontrer.
co06k
Face aux novillos de « La Guadamilla », Carlos va vivre un des moments les plus forts de sa jeune carrière.
Ses adversaires, comme tout ce qui touche à Madrid, forcent le respect. Ils sont issus d'une ganadería d'Ávila, créée en 1903, présentée en 1920 et d'encaste Juan Pedro Domecq.
Faire le paseillo à Madrid à l'orée d'un avenir plein de promesses n'est pas une chose anodine, tout autant que d'avoir fait celui de Séville en non piquée il y a quelques années... Il y a peu de hasards finalement. Ce n'est aucunement une fin en soi ou un aboutissement, mais plutôt un tremplin formidable qui s'inscrit dans le parcours consciencieux qu'il trace patiemment jours après jours…
Il tient là une opportunité de pouvoir exprimer tout ce qu'il a en lui, sans pression particulière car son travail et son talent l'ont préparé à ce genre de rendez-vous. L'expérience venant, il canalise mieux sa fougue, pose son toreo, affirme son poder et conserve sa lucidité dans les moments difficiles.
Béziers devait être son rendez-vous le plus important du mois d'août avant Saint-Gilles et les Miura de Carcassonne. Madrid vient à point nommé quelques jours avant changer la hiérarchie, comme pour signifier l'importance et la qualité de sa temporada.
Trois novilleros français étaient aux cartels espagnols en même temps il y a quelques jours... Le fait était suffisamment remarquable pour être souligné... Deux novilleros seront à Madrid au mois d'août et il y a de quoi se réjouir d'une telle abondance.
Charles aura à cœur de marquer Madrid et Béziers de son empreinte et d'affirmer qu'il faudra compter avec lui dans les semaines à venir.
Il sait que beaucoup d'entre vous sont attentifs à sa carrière. Toutes les marques d'encouragements, de sympathie et d'affection qu'il reçoit de vous tous directement ou par l'intermédiaire de sa peña, le soutiennent et sont pour lui une source de motivation supplémentaire. Soyez-en tous remerciés.
Alors le dimanche 11 août à 19h, poussons tous derrière lui afin que son rêve devienne réalité et que cette réalité nous fasse rêver.
PM             
Communiqué de la Peña Carlos Olsina
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
SIGNES
Sommaire des deux prochaines émissions de « Signes du Toro »…
 sign06f
 sign06g
 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels