Mardi 24 Novembre 2020
ARLES
Lundi, 14 Septembre 2020

arl13ph

Clôture triomphale avec les sorties a hombros de Diego Ventura et d’Antonio Ferrera. Vuelta pour un Zalduendo et un La Quinta...

5000 personnes environ, toujours grand beau temps. Deux toros de Los Espartales et un de Prieto de la Cal pour le rejón et deux Zalduendo et un La Quinta pour Ferrera.

arl13f

Le La Quinta et le deuxième Zalduendo ont été remplacés respectivement par des exemplaires du même fer pour problèmes de motricité. Ces deux sobreros ont tous les deux été crédités de la vuelta posthume, comme quoi !

dv13h

Diego Ventura (oreille, saluts et deux oreilles) a débuté face à un adversaire qu’il eut quelque difficulté à mettre en place avant deux farpas, la deuxième sans grand éclat. Ensuite, les choses se sont arrangées et plusieurs poses de banderilles, administrées au son de Nerva, ont eu l’agrément du conclave, notamment avec Ilusión pour des poses au quiebro, puis sur trois poses de courtes avec Guadiana, avant de conclure d’un rejón d’effet rapide. Sortit ensuite avec fougue un splendide jabonero de Prieto avec lequel le centaure de La Puebla éprouva quelques difficultés à faire prendre la mayonnaise, d’autant plus que le comportement prometteur de son opposant ne dura guère. Grâce à son métier, Ventura donna tout de même le change sur plusieurs passages spectaculaires avant de tuer en deux temps. Les choses allaient prendre une tout autre tournure avec son bon Los Espartales sorti en cinquième position, en particulier monté sur Lío pour une suerte de banderilles qui fit grimper le thermomètre, puis après avoir enlevé la bride de Capote, avant trois roses avec Guadiana et un rejón d’effet immédiat venu à point nommé pour parachever son retentissant triomphe.

af13h

Antonio Ferrera (oreille, deux oreilles et légers applaudissements) a débuté avec un Zalduendo qui le désarma après d’énergiques  capotazos de réception. Deux rencontres qui mirent en évidence l’application de l’Extremeño dans ses mises en suerte, le public lui demandant en vain de prendre les palos, mais en vain. Il en sera d’ailleurs de même avec l’ultime, mais il faut savoir que Ferrera a d’énormes problèmes avec une épaule, d’où le fait de ne plus assurer le second tercio comme il a pu le faire auparavant. A la muleta, il se montra décidé, quieto et inspiré, faisant monter la pression jusqu’à un placement lointain pour exécuter la suerte suprême, mais le bicho eut du mal à se décider à foncer. La seconde fois, pour placer l’estocade, c’est lui qui dut s’avancer au pas vers le toro pour un espadazo qui libéra un trophée. Le La Quinta sorti en quatrième position alla rapidement taper fort contre un burladero pour en ressortir groggy et avec une motricité visiblement défectueuse. Mouchoir vert. Sortit alors un exemplaire du même fer qui se fit acclamer pour trois belles arrancadas en partant de loin. En revanche, l’actuation du piquero n’a pas été vraiment du goût des étagères. Faena débutée par doblones allurés puis au son d’Opéra Flamenca, Antonio se relâcha  et offrit un récital en se montrant « a gusto », templant les muletazos sur les deux ailes avant de le replacer encore une fois très loin pour s’en défaire, ce qu’il fit à nouveau en deux temps. Vuelta au toro et les deux oreilles du triomphe pour un « Zébulon » certes plus discipliné qu’à une époque, peut-être moins monté sur ressorts, mais avec une tauromachie qui a gagné en profondeur. L’ultime alla à son tour réintégrer les chiqueros pour laisser la place à un de ses frères qui joua du chef au cheval avant un second tercio applaudi, à charge de Fernando Sánchez et Marc Antoine Romero. A la muleta, le Zalduendo termina rajado après toutefois quelques échanges valeureux, mais qui n’avaient rien à voir avec l’exercice précédent.

En fin de compte, une tarde agréable dans sa variété qui a compris de bons moments, avec de bonnes réactions dans le public et un final a hombros qui a conclu de la meilleure façon possible cette feria... inespérée !

arl13z

En matinée, novillada mixte donnée par temps ensoleillé face à un public clairsemé (environ 1500 personnes). Deux novillos de Yonnet et deux autres de Fernay pour Adam et Tristán et deux  erales de Jalabert frères pour Fabien. La plupart ont donné une bonne réplique, avec toutefois leurs exigences.

as13h

Adam Samira (oreille et saluts) brinda sa première faena à Jean-Baptiste Jalabert après deux rencontres. Il se montra très décidé muleta en mains au cours d’un trasteo qui le vit déterminé pour surmonter les difficultés d’un Yonnet exigeant, réalisant plusieurs passages droitiers de bon niveau avec bonnes réponses de son adversaire. Adam fit ensuite admirer sa sincérité au moment de porter l’estocade, plaçant un estocodón en se jetant dans le berceau, se faisant violemment cueillir et projeter au sol où l’eral le reprit, heureusement sans trop de dégâts apparents. Face au Fernay remarquablement armé, il servit de belles véroniques de réception avant deux rencontres puis un brindis à l’assistance suivi rapidement d’une spectaculaire voltereta. Adam fit front et par la suite, traçant quelques valeureux muletazos rematés par manoletinas, se faisant notamment remarquer par son entrega et  ses ganas, le tout étant hélas un poil terni par un pinchazo puis une entière avant deux descabellos. L’Arlésien perdit ainsi l’oreille qui lui aurait ouvert la grande porte, mais pas l’estime et le soutien d’un public peu avare de ses encouragements. Une sortie somme toute réussie pour l’Arlésien.

trist13h

Tristán (saluts aux deux) démarrait dans la catégorie des piquées. Après quelques capotazos de réception applaudis, bon travail de Puchano, l’ancien picador de Juan Bautista, en trois épisodes, le lancier sortant sous l’ovation. Bon second tercio avec saluts de Mehdi Savallli et Gomez, puis brindis à l’assemblée d’une faena appliquée dans son entame, mais inégale au fur et à mesure de l’avancement des travaux face à un Yonnet non dépourvu de caste. Entière au troisième envoi. Bonne réception ensuite d’un Fernay aux hechuras remarquables qui prit deux piques de différente intensité, la deuxième pour la forme. Tristán brinda ensuite au public une faena davantage maitrisée à droite. Il se fit surprendre sans grandes conséquences et eut du mal à trouver une cadence soutenue malgré quelques muletazos de bon son. Entière au second envoi.

fc13h

Fabien Castellani (oreille et saluts) attaqua son premier client par véroniques puis chicuelinas qui lui valurent l’approbation des travées. Par la suite, il brinda au respectable une faena démarrée de la part du becerro par une vuelta de campana, avant de bien se livrer ensuite en plusieurs séries méritoires, bien que d’inégale intensité. Il s’attacha à donner la distance mais subit deux désarmés lors d’un final moins abouti. Entière et oreille provoquant des avis partagés. Avec son second Jalabert, reçu « a portagyola », Fabien fit preuve par la suite de décision, lors d’une faena brindée au nouveau maire, Patrice De Carolis. L’ensemble s’est avéré inégal, comprenant quelques gestes soutenus, mais aussi quelques scories. Entière.

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels