Mercredi 23 Septembre 2020
CAPTIEUX
Lundi, 14 Septembre 2020

cap14ph

Mobilisation de l’aficion girondine qui a manifesté son attachement à la tauromachie...

 

Cette Fiesta Campera avec trois toreros girondins, un éleveur girondin, organisée par l’ensemble des clubs taurins du département a été une totale réussite. Tout d’abord concernant le public, il ne restait plus un seul billet, dans la limite des places disponibles en raison du coronavirus. Les aficionados se mobilisèrent attirés non seulement par l’affiche, mais aussi pour manifester leur adhésion à la tauromachie et aux valeurs qu’elle véhicule.

Taurinement parlant, ce fut une très belle matinale avec un lot de novillos de La Espera bien présentés et d’une noblesse fantastique. Pour se régaler. Deux d’entre eux furent récompensés d’un tour de piste, mais les quatre excellèrent. Une seule  critique, ils manquèrent parfois de force, mais le fond de bravoure que détient cet élevage finit toujours par s’imposer.

Côté toreros, la prestation la plus aboutie fut celle de Clemente, le matador du Bouscat. Il y eut de très beaux passages, avec ce sentimiento, cette esthétique aux accents sévillans de ce torero qui ne revenait plus sur ses terres depuis son alternative de 2016 à Zamora. Incroyable et injuste car il a une énorme personnalité, avec une créativité toujours en ébullition qui  ne demande qu’à toréer davantage pour s’affirmer définitivement techniquement. Il excella dans quelques séries de la main droite, dessina des passes de trinchera parfumées, on se souviendra aussi de ses passes aidées par le haut d’une grande torería, mais il tua mal. Par contre, le quatrième, que se partagèrent les trois toreros à l’affiche, il l’estoqua superbement. Devant ce toro, il toréa à la cape al alimón avec Julien Lescarret, ce qui enthousiasma le public. Un toro sensationnel, d’une noblesse infinie qui permit même au fils du peintre Loren de s’essayer comme espontaneo. Un moment très sympathique. Sympathiques aussi furent les retrouvailles avec Lescarret qu’on n’avait plus revu depuis ses adieux. Le torero de Pessac prouva qu’il garde une facilité innée pour affronter les toros, mais il manqua à sa faena au premier plus de relâchement, de se laisser porter par cette douceur que lui offrait le novillo de La Espera. Le troisième girondin à l’affiche, le novillero Clément Hargous, de Villenave d’Ornon, montra de l’enthousiasme, banderilla correctement, mais il est encore beaucoup trop limité techniquement. Il torée souvent loin, trop vite et n’a pas pesé sur un novillo de tour de piste qui ne demandait qu’à le suivre. Tout comme les matadors qui l’avaient précédé, il ne fut pas brillant à la mise à mort.

Quoi qu’il en soit, la Fête fut au rendez-vous pour le plus grand bonheur des Girondins qui en avaient bien besoin.

Antonio Arévalo

Captieux. Dimanche 13 septembre. Fiesta campera matinale avec un très beau temps. Plus un seul billet à vendre des 432 de la taquilla. 4 novillos de La Espera, extrêmement nobles, juste un peu faibles. Second et quatrième firent un tour de piste.

jl14h

Julien Lescarret : saluts.

clem14h

Clemente : saluts.

ch14h

Clément Hargous : saluts.

(Photos Nicolas Couffignal- source corridasi)

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 nimes27aff

 stm11aff

 jl21aff