Mercredi 25 Novembre 2020
ÚBEDA
Samedi, 03 Octobre 2020

ji03ph

L’unique oreille pour Isiegas lors d’une tarde où le bétail n’a pas laissé un souvenir impérissable...

Beau temps revenu, soleil après la pluie de la veille qui avait endommagé le ruedo et entrainé le report de la course à ce samedi. Pour rappel, la première corrida à Úbeda avait vu le triomphe d’Álvaro Lorenzo...

Une minute de silence a été observée à la mémoire des victimes de la pandémie avant que ne retentisse l’hymne espagnol.

Sobresaliente : David Saleri.

Six toros de Daniel Ruiz de présentation moyenne et inégaux de forces et de comportement, la plupart manquant d’allant.

Paco Ureña (silence et saluts) a débuté face à un castaño qui contraria d’emblée ses capotazos par son attitude défensive et violente, ce qui ne s’est guère arrangé par la suite malgré les bonnes intentions du Lorqueño qui a beaucoup tenté, sans grand succès toutefois, si ce n’est sur quelques détails ajustés. Avec la ferraille, Paco a passé « las de Caín »... jusqu’à éviter de peu la sonnerie du troisième avis ! Sifflets à l’arrastre. Avec son second, Ureña se confia au capote avant un batacazo au monopuyazo, puis un brindis aux Lozano d’une faena bien débutée des deux côtés face à un toro noble, mais manquant de puissance. Face à lui, il s’efforça de maintenir le rythme, mais voyant que les choses se diluaient quelque peu, il termina par un numéro plus rapproché, se faisant accrocher sans mal avant de pincher à plusieurs reprises, ce qui finit par ternir le tableau.

ub03h

Jorge Isiegas (oreille et silence) s’est fait applaudir à son premier sur ses véroniques de réception, puis puyazo rectifié et bon second tercio. A la muleta, après un brindis à l’auditoire, il s’attacha à ne pas lâcher prise face aux piètres dispositions de son adversaire, lui tirant tout ce qu’il pouvait, certes sans grandes possibilités de lier les muletazos, mais sa détermination et une entière rapidement efficace ont décidé le palco à lui octroyer un trophée, l’unique de la tarde. Face à l’ultime, l’Aragonais ne put pas faire grand-chose, le Ruiz affichant bien peu de qualités, mais le peu qu’il put en tirer, il le fit avec une volonté méritoire. Echec aux aciers. De cette corrida qui ne passera pas à la postérité, c’est évidemment son premier trasteo que l’on retiendra...

Prochaines diffusions le 8 octobre à Antequera, toros de García Jiménez pour El Fandi et Alberto López Simón.

Le lendemain, vendredi 9, toujours à Antequera, toros de Zalduendo pour Finito de Córdoba, appelé à remplacer Sébastien Castella, et Luis Bolívar.

(Photo Isiegas : Mundotoro)

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels