Lundi 19 Avril 2021
PATRICE
Jeudi, 04 Mars 2021

cap03ph

En six actes : Le capote noir de Joselito...

Año de confección: 1919

Sastrería: Uriarte

Composición: Seda negra bordada con azabaches

Perteneció a José Gómez Ortega “Joselito El Gallo”, Bernardo Muñoz “Carnicerito de Málaga”, Rafael de Paula, Antonio Ordóñez y Antonio Bienvenida.

Propiedad de: Paloma Mejías Gutiérrez

Acte 1 :

A la mort de sa mère, la « señá » Gabriela (Ortega) le 25 janvier 1919, José Gómez Ortega « Joselito » commanda un capote de paseo qu’il voulut à la hauteur de son chagrin.

Le capote sera en soie noire brodée de noir jais.

Il est réalisé par la sastrería de José Uriarte, sise plaza de Santa Ana de Madrid, où travaillait déjà la mère et où plus tard apprit son métier Isabel Natividad García Frutos (Maestra Nati).

Cette année-là, José Gómez Ortega «Joselito» toréa exclusivement vêtu de noir.

101 fois !

Acte 2 :

José Gómez Ortega « Joselito »  avait promis de donner l’alternative à Bernardo Muñoz, «Carnicerito de Málaga ».                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

L’acto devait se dérouler en août 1920, mais le 16 mai  de cette année-là, il y eut «Bailador».

«Bailador» qui appartenait à la veuve Ortega était le fils du  toro « Canastillo » du Duc de Veragua et de la vache « Bailaora » du Marquis de Santa Coloma.   Il était noir, avait cinq ans, portait le n°7, pesait 260 kg en canal, était mal fait, court de cornes et paraissait avoir un problème de vision.

Il tua Joselito.

Ce fut donc Rafael Gímez Ortega «El Gallo», le frère de Joselito, qui, tenant la promesse de son frère, donna l’alternative à Bernardo Muñoz, «Carniceríto de Málaga», le 1er août 1920.

Et comme il était d’usage à cette époque d’offrir quelque chose à l’impétrant, Rafael offrit à Bernardo le capote noir de José.

Acte 3 :

Le temps passe...

«Carnicerito» devint banderillero et figura dans les cuadrillas d’Ignacio Sánchez Mejías, de Juanito Belmonte, plus tard dans celle de Manolete et encore plus tard dans celle d’Álvaro Domecq.

« Carnicerito » se maria et eut une fille qu’il appela Marina et qui épousa Rafael Soto Moreno, plus connu sous le nom de Rafael de Paula qui devint ainsi le gendre de « Carnicerito ».

S’entendant parfaitement avec son beau-fils qu’un moment il apodera, « Carnicerito », qui avait remarqué l’attention particulière que le gitan de Jerez portait à la relique, offrit le capote de « Joselito » à Rafael.

Qui  le remercia  de sa générosité, mais lui demanda de garder la chose chez lui « que mejor sería que lo guarde usted, que aquí está bien, para qué moverlo, no vaya a ser. »

Ce que fit  « Carnicerito ».

Acte 4 :

Le temps passe...

Nous sommes au tout début des années soixante et les affaires de «Carnicerito» vont  mal.

Très mal.

Aussi, Antonio Ordóñez, se proposa d’organiser un festival caritatif à son intention à la « Malagueta », la plaza de toros de Málaga, d’où était originaire l’ami « Carnicerito ».

Le festival eut lieu le 1er avril 1962.

Et pour remercier Antonio de sa générosité, «Carnicerito» lui offrit le capote en soie noire brodée de noir jais qui appartenait à de Paula (cf. acte 3).

Or, Antonio Bienvenida, qui avait répondu présent pour toréer le festival caritatif, fit comprendre à Ordóñez que l’attribution de ce même capote à sa personne lui semblerait être une marque de reconnaissance qu’il apprécierait particulièrement.

Et Ordóñez donna le vestido à Angel Luis Bienvenida, le frère d’Antonio.

Il est cependant utile de préciser qu’ALB était l’apoderado d’Ordóñez !

Ainsi, le capote se retrouve dans la famille Bienvenida.

Acte 5 :

Le temps passe...

Nous sommes le 5 octobre 1974 dans les arènes de Carabanchel/Vista Alegre.

Au cartel : Antonio Bienvenida, Curro Romero, Rafael de Paula ; toros de Juan-Mari Pérez-Tabernero.

Antonio Bienvenida, en ce jour de sa  despedida, porte le capote en soie noire brodée de noir jais.

Au patio de caballos, Rafaé dit à Antonio : « Maestro, ese capote lo conozco. ¡Es mío! »

Ce à quoi Antonio répondit en un sourire : « Lo era; ahora es mío". 

Antonio Bienvenida mourut exactement un an et deux jours après.

Acte 6 :

Le temps passe...

Nous sommes le 6 juin 2007 à Las Ventas.

Ce jour-là, Morante de la Puebla lors de son seul contre six à Madrid, fait le paseo avec le capote en soie noire brodée de noir jais de « Joselito ».   Personnages :

-   Gabriela Ortega Feria : 30/07/1862/Cadiz- 25/01/1919/Gelvés.

-  José Gómez Ortega «Joselito» : 8/05/1895/Gelvés- 16/05/1920/Talavera de la Reina.

-  Rafael Gómez Ortega «El Gallo» : 18/07/1882/Madrid – 25/05/1960/Séville.

-  Bernardo Muñoz, «Carniceríto de Málaga». : 6/04/1892/Málaga – 17/09/1969/Jerez.

-   Rafael Soto Moreno « Rafael de Paula » : 11/02/1940/Jerez.

- Antonio Ordóñez Araujo : 16/02/1932/Ronda – 19/12/1998/Séville.

-    Antonio Mejías Jiménez «Bienvenida» : 25/06/1922/Caracas – 7/10/1975/Madrid

-   Ángel Luis Mejías Jiménez «Bienvenida» : 2/08/1924/Séville – 3/02/2007/Madrid.

- Francisco López Romero «Curro Romero» : 1/12/1933/Camas/Séville.

-  José Antonio Morante Camacho «Morante de la Puebla» : 2/10/1979/La Puebla del Río/Séville.

Patrice Quiot

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 valv23aff

 arl03aff

 ist03aff feria