Dimanche 05 Décembre 2021
PATRICE
Mardi, 05 Octobre 2021
edj05ph
 
Emilio l’Extremeño…
 
Torrejoncillo.
 
Au Nord : Coria.
Au Sud : Portezuelo.
A l’Est : Valdencín.
A l’Ouest : Portaje.
 
Madrid à 281 km.
Séville à 317.
Salamanque à 174.
Loin de tout.
 
L’Estramadure d’Emilio.
 
Le pays de Francisco.
Et Hernando Pizarro.
D’Hernán Cortés.
De Vasco de Balboa.
 
Celui des conquistadores.
 
Et, avec près de quarante pour cent.
De sa population sous le seuil de pauvreté.
Une des régions.
Les plus pauvres d’Espagne.
 
Collines.
Et roche.
Ciel bleu.
Et fermes abandonnées.
 
edj05f
 
Le toreo d’Emilio.
Y puise sa source.
Et y fonde ses racines.
Les pieds tanqués à sa terre.
 
Capoteo de bure.
Et de chêne vert.
Assoiffé d’eau.
Sans concession.
 
Muleteo de faim.
Et de puchero.
Brûlant.
Sans serviette.
 
Estoqueo.
D’égorgeur de poules.
Définitif.
Sans indulgence.
 
Capoteo sauvage.
A servir aux sangliers.
 
Muleteo farouche.
Pour vaincre les cerfs grands dix cors.
 
Estoqueo.
Enseigné par les rapaces.
 
La main droite qui oblige
La gauche qui impose.
Les deux.
Pour donner éternité.
 
A celui.
Qui.
Il y a peu.
N’était rien.
 
Toreo.
De conquête.
Creusant des sillons.
Longs et profonds.
 
Pour, à côté.
Des restes des Morisques d’Hirnachos.
Y enfouir.
Des trophées.
 
Dont.
Les deux oreilles.
Prises à «Portezolano», Victorino de Séville.
Le vingt-trois septembre 2021.
 
Et les deux autres.
Arrachées.
De la tête de « Boticarillo », Domingo Hernández de Madrid.
Le deux octobre de la même année.
 
edj05g
 
Ainsi que les trois.
Enlevées trois mois avant.
Aux deux grands Victorianos de Madrid.
Le dimanche quatre juillet.
 
Emilio l’extremeño.
Qui, du presque néant, renaquit.
Des mains françaises de Ludovic.
En juillet 2016.
 
A Orthez.
Devant les Hoyos de la Gitana.
Et trois mois après.
A Mont de Marsan.
Avec les Victorinos.
 
Emilio l’Extremeño.
Dans un immense moment.
Et pour la meilleure temporada.
De sa vie.
 
Dans le vol.
Et le claquement.
Du bec.
Des cigognes de Torrejoncillo.
 
edj05h
 
Datos :
 
Emilio Elías Serrano Justo, «Emilio de Justo».
 
Torrejoncillo (Cáceres), el 16 de febrero de 1983
 
Presentación en público: Valdecín, el 18 de julio de 1998.
 
Debut de luces: Cáceres, el 16 de abril de 2000.
 
Debut en la Real Maestranza: En la tarde del 5 de julio de 2001.
 
Debut como matador en la Real Maestranza: la tarde del 4 de mayo de 2019.
 
Alternativa: en Cáceres la tarde del 26 de mayo de 2007. Padrino: Alejandro Talavante, Testigo: Cayetano Rivera Ordóñez. Toro de Jandilla.
 
Confirmación de alternativa en Las Ventas: la tarde del 29 de junio de 2008, con toros de Juan Luis Fraile en presencia de Aníbal Ruiz y Sergio Martínez.
 
Escalafón au 3/10/2021 : 2ème / 33 corridas ; 67 oreilles ; 2 queues.
 
Cuadrilla :
 
Picadores : Juan Bernal et Germán González.
 
Banderilleros : Manuel Gómez, Morenito d’Arles et José Manuel Pérez Valcarce.
 
Mozo de espadas : Francisco López ‘Perico’.
 
Ayuda : Armando López ‘Azuquita’.
 
Apoderado : Alberto García.
 
(Photos : Plaza1)
 
Patrice Quiot
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels