Dimanche 05 Décembre 2021
PATRICE
Vendredi, 08 Octobre 2021
miura08ph
 
Dans le ciel de Morante… La corne droite de “Cuajadito”…
 
Un Miura.
 
N° quarante-cinq.
Negro bragao meano.
565 kg.
Né en février deux mille dix-sept.
 
Lavado de cara.
Anovillado.
De escaso trapío.
Le faltó cuajo à “Cuajadito”.
 
Crochets.
Et zigzageo
Un peu nigauds.
Au capote.
 
Fijeza.
De race obtuse.
Et de bravoure empesée sur la première.
 
“Cuajadito”.
En presque couard.
Subit la seconde pique.
 
Trois courses.
Avec la classe.
D’un train de phosphates.
 
Pour trois paires harponnées.
De catalogue.
 
A la muleta.
Une corne gauche un peu compliquée.
“Cuajadito ».
N’aime pas la rectitude.
 
Mais.
 
Une dextre qui sert.
 
Dans une franchise molle.
D’une durée répétitive de long métrage.
Au rythme lourd d’une valse de bastringue.
 
En allers-retours d’un presque ennui.
Un épanchement borné à prendre la muleta.
Et une noblesse courtoise de bon ton.
 
Obéissance soumise.
D’un toro bon élève.
Qui récite sa leçon.
 
En rabâchant des passes.
 
Un faux semblant.
Une contorsion.
Une grimace.
De l’aristocratie ganadera.
 
Devant le parterre.
Des salons moelleux.
D’un Orient-Express sévillan.
 
Qui enfin se réjouit.
De cette douce gourmandise
Après un siècle de privation.
 
Une exaltation d’enfant.
Qui applaudit.
Un cookie.
 
Une épée prise dans la loi.
“Cuajadito” courbant la tête.
Pour ne pas faire mal.
 
Un Miura.
De Zahariche.
A Séville.
 
Et une corne.
En flonflons.
D’un dimanche au bord de l’eau.
 
Pas de tour.
Autour du cercle.
Pour le bon élève droitier.
De La Campana.
 
Mais, le prix du meilleur toro.
De la Feria de San Miguel.
A “Cuajadito”.
 
Dont l’histoire retiendra peut-être.
Que Manuel Escribano qui a fait le travail.
Comme «Battling Joe» faisait le sien.
 
A coupé les oreilles
En terminant le taf avec.
Sur le visage.
Du sang pas vraiment bleu.
 
miu08h
 
Incidencias 
 
Pause pour un week-end de faena montalbanaise. Avant reprise de la livraison lundi 11 octobre…
 
Patrice Quiot
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels