Dimanche 05 Décembre 2021
PATRICE
Lundi, 18 Octobre 2021
pamp18ph
 
Encierros de Pamplona : Chiffres, parcours et anecdotes… (1)
 
Malgré son caractère festif, il est un fait que l’«encierro» de Pampelune n’est pas exempt de danger. Courir devant les toros qui vont être combattus l’après-midi comporte un risque grave.
 
Depuis 1924, date de la première victime documentée de l’histoire, 14 coureurs sont morts, douze de coups de corne et les deux autres suite aux coups de corne reçus ou piétinés.
 
Les statistiques montrent que les morts se produisent sur tous les tronçons du parcours :
 
2 à Santo Domingo, 2 Plaza del Ayuntamiento, 1 à Mercaderes, 1 rue Estafeta, 4 dans la zone de Telefónica-callejón et 4 dans l’arène.
 
Il faut cependant admettre que l’on est paradoxalement plus « sûr » en pleine course qu’à l’arrêt sur les côtés, puisque onze des tués étaient arrêtés ou tombés.
 
Outre les décès, l’«encierro» provoque également de nombreux blessés. 
 
On estime qu’un coureur sur 70 s’en sort avec des blessures légères, qui n’exigent pas d’hospitalisation - contusions, érosions, entorses, etc. - ; 1 sur 800 reçoit des coups et est atteint de traumatismes sérieux - à la tête principalement -, qui impliquent son évacuation à l’hôpital ; 1 coureur sur 2.500 est encorné et 1 sur 100.000 meurt.
 
Autrement dit, et pour démystifier la sombre légende qui entoure l’«encierro», il faut signaler que 95% des blessures sont légères et que 90% de ces blessures sont causées par les coureurs eux-mêmes, sans l’intervention des toros ou des cabestros.
 
Inutile de dire que se laisser poursuivre par six toros de combat et huit cabestros déchaînés dans une rue étroite bondée de gens est certes très dangereux. 
 
On ne peut cependant que constater que le nombre de morts et de blessés est bien inférieur à ce que l’on pourrait imaginer en toute logique.
 
Puisque, ces 100 dernières années, 5.000 toros ont couru durant 50 heures dans les rues de Pampelune, soit une distance totale de 650 kilomètres, entourés d’un million de personnes.
 
Or, le bilan de morts et de blessés est objectivement peu élevé.
 
Le parcours de l’ «encierro» de Pampelune, de 850 mètres de long, suit le tortueux tracé médiéval du Vieux Quartier de la ville. 
 
L’urbanisme complexe de cette zone de Pampelune, fruit de plusieurs siècles de constructions diverses, fait que le trajet de la course arpente des rues escarpées, comporte des virages à angle droit, emprunte d’étroites et sombres ruelles, descende des pentes et pénètre dans un tunnel sous les gradins des arènes. Un parcours varié et spectaculaire, qui semble avoir été tout spécialement conçu pour la course, mais qui, loin de là, est tout simplement dû à l’emplacement des anciens remparts, des portes médiévales de la ville et des arènes.
 
Santo Domingo 
 
280 mètres. Pente abrupte de jusqu’à 10% de dénivellement, en partie coincée entre de hauts murs de pierre et premier tronçon de l’«encierro». Les toros sortent de l’enclos situé dans l’un des anciens bastions de la citadelle. C’est l’endroit où ils courent le plus vite.
 
Plaza del Ayuntamiento-Mercaderes
 
Deuxième tronçon, sur terrain plat et plus lumineux que le précédent, de 100 mètres de long et 9 mètres de large. Les toros et bœufs, encore très rapides, doivent tourner légèrement à gauche, au début de la rue Mercaderes.
 
Estafeta
 
La rue la plus célèbre de l’« encierro», longue de 300 mètres, sombre et légèrement ascendante (2% de dénivellement). Le début est spectaculaire, avec un virage à droite de 90º, ce qui provoque le dérapage des toros qui, emportés par la force centrifuge, heurtent la palissade, tombent et se dispersent.
 
Telefónica-callejón-Plaza de toros
 
Dernier tronçon de l’«encierro», le plus lumineux et le seul en légère pente descendante. Les toros, fatigués, ralentissent leur course. 
Ce tronçon, de 120 mètres de long et 9 mètres de large au début, se termine en entonnoir pour s’engouffrer dans les 3,5 mètres du « callejón » de 25 mètres de long, qui s’étend sous les gradins et débouche sur les 50 derniers mètres du sable de l’arène.
 
Certaines courses de Sanfermines se sont toutefois distinguées de ce que l’on pourrait appeler l’« encierro standard »…
 
A suivre…
 
Patrice Quiot
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels