Lundi 27 Juin 2022
ISTRES
Dimanche, 19 Juin 2022
ist19ph
 
Triomphe de Leo Valadez et Antonio Ferrera face aux Victoriano del Río pour le final mexicain, et d’Adrien Salenc et Rafi avec les Fernay en matinée…
 
Dimanche 19 juin a-m. 3/4 d’arène environ, beau temps avec un peu d’air qui n’était pas du luxe !
 
charros19h
 
Fidèles à la tradition, les cavaliers charros ont animé le Palio avant le paseo, accompagnés par les Mariachis qui sont ensuite intervenus à plusieurs reprises…
 
Toros de Victoriano del Río (le 1 de Toros de Cortés, 2ème fer) bien présentés, inégaux de comportement mais offrant une opposition intéressante, plus en retrait le lot de Rufo. Les 1 et 5 ont été honorés de la vuelta posthume. Le ganadero a fait la vuelta au 5 en compagnie de Valadez.
 
Antonio Ferrera : deux oreilles puis silence.
 
Leo Valadez : deux oreilles puis deux oreilles et la queue.
 
Tomás Rufo : saluts aux deux.
 
af19h
 
Corrida entretenue avec la touche charra créant une ambiance quelque peu différente et allègre. Les bons moments n’ont pas manqué, à commencer par la prestation de Ferrera à son premier qui dans le corte d’un bon professionnel s’est imposé lors d’une faena brindée à Bernard Marsella. L’affrontement s’avéra plus délicat avec son second client, un burraco qui comme au premier partit de loin lors d’un tercio de piques avant de se montrer plus compliqué lors d’une faena dédiée à l’assistance sans grand éclat, sauf sur quelques détails, puis mal conclue.
 
lv19h
 
Leo Valadez a été incontestablement le grand vainqueur de l’étape, le Mexicain remplissant son esportón grâce à deux faenas relevées et une attitude qui passa bien sur les étagères, y compris au second tercio. Il brinda son premier trasteo à Ferrera, exécutant plusieurs tandas qui ont transmis avant de conclure par un coup de canon. Avec le quinto, qui justifia l’adage, l’Aztèque chauffa encore les gradins, étant également acclamé aux banderilles après une vuelta de campana du bicho suivie d’un superbe quite par zapopinas. Après un brindis au directeur des arènes, il fit rapidement stopper l’orchestre pour souhaiter être accompagné par les Mariachis, composant ensuite des enchainements ayant l’agrément du conclave jusqu’à un nouvel estoconazo. Aujourd’hui, Leo a marqué des points dans l’estime des aficionados présents au terme de sa prestation aboutie, relevée par une entrega de tous les instants.
 
tr19h
 
On attendait beaucoup Tomás Rufo et la vérité oblige à écrire que s’il n’a pas démérité, le public est tout de même resté quelque peu sur sa faim. Il faut dire qu’il arrivait précédé d’une flatteuse réputation si l’on tient compte de tous ses succès récents dans des plazas importantes. Mais ce jour, un sorteo qui n’avait rien à voir avec le ticket gagnant a visiblement écorné l’impact de sa prestation, le Toledano restant toutefois digne, d’autant plus que sur plusieurs séquences, on voyait bien que son potentiel peut lui faire espérer encore bien des lendemains qui chantent. …
 
Matin. Demi-arène environ, temps chaud. Six toros de Fernay inégaux de présentation et de jeu, peu piqués.
 
as19h
Adrien Salenc : oreille, saluts et deux oreilles.
 
rafi19h
El Rafi : oreille, silence et deux oreilles.
 
Sobresaliente : Jérémy Banti.
 
Adrian Salenc démarra avec un cornicorto, il construisit une faena brindée au respectable marquée par son dynamisme et son entrega, ce qui lui valut d’ouvrir son compteur. Son second s’attaqua violemment aux planches et après un brindis à Bernard Marsella, un fait assez insolite se produisit car alors que les choses avaient tendance à ronronner, une bombe prévenant à l’extérieur du départ de l’abrivado sembla réveiller tout le monde, la suite s’avérant dès lors plus relevée. Un bel effort de la part d’Adrien qui resta cependant sans grand écho sur les gradins. Mais avec le quinto qu’il banderilla lui-même alors que le vent s’avérait plus soutenu, Adrien ne ménagea pas sa peine et au terme d’une faena somme toute dynamique et décidée, il récolta deux trophées, l’ensemble de sa prestation lui valant plus tard de remporter le capote de paseo de la Maestra Nati sur décision du jury.
 
El Rafi se fit remarquer au capote avec son premier, notamment sur un quite par zapopinas, avant de brinder à l’assistance un trasteo aux contours esthétiques bien soutenus par l’orphéon. Peu à peu, les choses eurent toutefois tendance à stagner alors que l’on pouvait s’attendre à un final plus enlevé. Il dédia ensuite son second à Clément Moras pour une faena de pinceladas qui n’a jamais vraiment trouvé son rythme de croisière face à un adversaire de peu d’options. Mais avec l’ultime, on aurait dit que le combat était en train de changer d’âme. En effet, Rafi, signa de bons passages au capote avant de prendre à son tour les palos puis de brinder une nouvelle fois au public une faena débutée genoux en terre. Il se lança alors dans des séries templées terminées par luquecinas avant entière au second envoi.
 
nati19h
 
3 à 3, un score qui peut paraitre flatteur mais quoi qu’il en soit, il fallait bien désigner un vainqueur car si l’on peut partager un prix en espèces, on ne peut pas couper en deux un capote de paseo ! Le jury a tranché en faveur d’Adrien, chacun a eu ses mérites à un moment ou à un autre, dans deux cortes différents. Permettez-moi de les englober tous les deux dans mes félicitations, avec tout de même un regret, c’est celui de n’avoir pas senti durant ce mano a mano une volonté commune de donner ensemble plus de relief à cette course, avec davantage de competencia, par exemple aux quites ou aux banderilles. Mais bon, le métier rentre peu à peu et ce que l’on peut leur souhaiter, c’est d’avoir suffisamment de dates pour entretenir leur passion et aller encore plus de l’avant…
 
rafi adrien19h
 
(Dans la journée de lundi, retour sur plusieurs événements qui ont marqué ce week-end, avec notamment des félicitations pour Dorian Canton, Christian Parejo et Nino…)
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 

stsev04aff

cer16aff

bay20aff

arl14b_-_aff.jpg