Lundi 27 Juin 2022
PATRICE
Lundi, 20 Juin 2022
eh19ph
 
Lettre envoyée par Ernest Hemingway à Francis Scott Fitzgerald...
 
« Cher Scott,
 
Nous partons demain pour Pampelune.
 
Avons pêché la truite ici. 
 
Comment vas-tu ? Et comment va Zelda ? 
 
Jamais je ne me suis senti aussi bien - n’ai bu que du vin depuis que j’ai quitté Paris.
 
Bon Dieu, quel merveilleux pays. Mais tu as horreur de la campagne. 
 
D’accord, j’omets la description de paysage.
 
Je me demande quelle pourrait être ton idée du paradis ; un splendide vide plein de riches monogames, tous puissants et membres des meilleures familles se saoulant tous à mort ?
 
Et l’enfer serait probablement un affreux vide plein de pauvres polygames incapables de se procurer de la gnôle ou atteints d’affections gastriques chroniques qu’ils appelleraient chagrins secrets.
 
Pour moi, le paradis devrait être une vaste arène avec moi occupant deux places de barrera et une rivière à truites à l’extérieur de ladite arène dans laquelle personne d’autre n’aurait le droit de pêche et deux jolies maisons en ville ; l’une où j’aurais ma femme et mes enfants et serais monogame et les aimerais fidèlement et bien et l’autre où j’aurais mes neuf ravissantes maîtresses chacune à l’un des 9 étages et l’une des maisons serait pourvue d’exemplaires spéciaux du « Dial » imprimés sur du kleenex et répartis dans les WC de chaque étage, et dans l’autre maison nous utiliserions l’ «  American Mercury » et la « New Republic ».
 
Il y aurait une belle église comme à Pampelune où je pourrais aller me confesser en allant d’une maison à l’autre et j’enfourcherais mon cheval pour aller avec mon fils à ma ganadería nommée Hacienda Hadley et jetterais des pièces de monnaie à tous mes enfants illégitimes habitant le long de la route.
 
J’écrirais un mot à l’Hacienda et enverrais mon fils verrouiller les ceintures de chasteté de mes maîtresses parce que quelqu’un viendrait juste d’arriver au galop porteur de la nouvelle qu’un monogame notoire nommé Fitzgerald avait été vu se dirigeant à cheval vers la ville à la tête d’une compagnie de buveurs ambulants.
 
Allons, de toute manière nous partons pour Pampelune demain matin de bonne heure.
 
Écris-moi à l’hôtel Quintana, Pampelune - Espagne. 
 
Ou est-ce que tu n’aimes pas écrire des lettres ?
 
Moi si, parce que c’est une si chouette manière de vous empêcher de travailler et d’avoir néanmoins le sentiment qu’on a fait quelque chose.
 
À bientôt et nos amitiés à tous les deux pour Zelda.
 
Ernest »
 
(Lettre datée du 1er juillet 1925).
 
Datos 
 
Quand F. Scott Fitzgerald débarque en 1924 au Havre, la nouvelle est annoncée en pleine page dans l’édition parisienne du New York Herald Tribune. À 28 ans, le jeune écrivain est déjà une célébrité. Plein aux as, il vient mener avec sa femme Zelda une vie de fête dans les hôtels luxueux de la capitale et les villas cossues de la Côte d’Azur.
 
Depuis 1921, avec Hadley, sa première épouse, c’est dans un petit appartement de la rive gauche qu’Ernest Hemingway, 25 ans, fait quant à lui son apprentissage des lettres et de la dèche. Correspondant pour plusieurs journaux, notamment le Toronto Star, le jeune journaliste, qui rêve d’un destin d’écrivain, s’attelle à l’écriture de nouvelles. En 1925, comme Hemingway le racontera dans Paris est une fête (1964), les deux hommes se rencontrent au Dingo American Bar, un bar-restaurant du quartier Montparnasse où se retrouvent artistes et expatriés désargentés.
 
Pendant quinze ans, jusqu’à la mort de Fitzgerald en 1940, tous deux vont entretenir une importante correspondance ; une cinquantaine de lettres ont été conservées.
 
Ernest Hemingway arrive à Pampelune en 1923, à l’âge de 24 ans. Il vient en tant que reporter du quotidien Toronto Star, en quête de matériel pour ses reportages journalistiques. Grâce à son caractère passionné, à son attitude ouverte et à une nette prédisposition à s’impliquer dans l’ambiance, il n’a pas de mal à connecter avec les gens, ce qui facilite son intégration totale dans la fête. 
 
Ainsi commence l’idylle entre Pampelune, les Fêtes de San Fermín et l’écrivain. Trois ans après sa première visite à Pampelune où il séjourna à neuf occasions pour les sanfermines, il publie ce qui devient son premier roman à succès, « The sun  also rises », traduit en espagnol par « Fiesta » (et en français par « Le soleil se lève aussi »).
 
 A l'hôtel La Perla, sa chambre n°217 est restée intacte, telle qu'il y dormait dans les années 1950.
 
 Quelques jours avant son suicide, le 2 juillet 1961, Hemingway avait décommandé sa réservation…
 
Patrice Quiot
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 

stsev04aff

cer16aff

bay20aff

arl14b_-_aff.jpg