Mercredi 29 Juin 2022
PATRICE
Mercredi, 22 Juin 2022
cs22ph
 
La Reine Cristina…
 
Le père de Greta Garbo était balayeur de rue à Stockholm. Greta, elle, quitte l'école en 1920 pour des raisons financières et devient savonneuse chez un barbier, puis vendeuse dans un grand magasin. 
 
Elle naît en 1905 au 32 de la rue Blekingegatan à Stockholm, dans un quartier ouvrier.
 
Elle est la benjamine de Karl Alfred Gustafsson, ouvrier journalier, et d'Anna de Lovisa Johansson, couturière.
 
La reine Christine a elle aussi grandi dans une banlieue modeste.
 
De Madrid.
 
Fille d'un pompier, Cristina Sánchez entre à l'École taurine de Madrid à l'âge de 12 ans. Longtemps snobée par ses collègues matadors, elle a reçu dès ses débuts le soutien inconditionnel d’El Cordobés (Manuel Díaz González) auquel elle fait souvent référence dans l'autobiographie rédigée par Dulce Chacón et Patrick Forestier : « Manolo Cordobés s'est battu seul, en cela, nous nous ressemblons. Son appui inconditionnel m'a ouvert un chemin pour pouvoir toréer avec d'autres matadors de premier rang. Ils ont compris que toréer avec une femme n'ôtait rien à leur intégrité. Je suis entrée dans le cercle Ponce, Finito de Córdoba, Emilio Muñoz. Certains sont difficiles à convaincre. Il y en a d'autres que je ne convaincrai jamais. »
 
Le plus difficile à convaincre fut Jesulín de Ubrique qui refuse énergiquement de toréer avec elle jusqu'au 14 mars 1997, date d'un mémorable mano a mano à Castellón de la Plana où, dès leur entrée en piste, le matador se fit huer par le public pour avoir tenu des propos désobligeants sur Cristina.
 
Ils sortiront tous deux a hombros.
 
Après un parcours de 121 novilladas, elle prend triomphalement l'alternative à Nîmes le 25 mai 1996 des mains de Curro Romero, avec pour témoin « Manzanares » devant un taureau de la ganadería Alcurrucén.
 
Elle coupe deux oreilles au premier toro et deux au second.
 
La même année, elle se présente ensuite en Espagne en compagnie d'Óscar Higares et de Javier Conde dans la province de Madrid, à Getafe, face à un taureau de Bernardino Piriz.
 
En Amérique latine, elle fait ses débuts le 27 octobre 1996 à Caracas (Venezuela) avec Ortega Cano et Luis Pietri, mais la corrida est suspendue à cause des pluies. Elle confirme son alternative à Mexico le 12 janvier 1997 avec pour parrain Armillita Chico et pour témoin Alejandro Silveti.
 
Le 20 août 2016, elle réapparaît le temps d'une corrida lors de la Feria de San Julián de Cuenca. Elle est accompagnée d’Enrique Ponce et El Juli face à des toros de Daniel Ruiz et choisit de donner ses honoraires à un hôpital madrilène luttant contre le cancer infantile. Elle combat en seconde place Lechón, de 486 kilogrammes, marqué avec le numéro 63, qu'elle brinde au public puis à ses deux fils, auquel elle réalise une grande faena ainsi qu'une grande estocade qui lui valent les deux oreilles. Elle estoque en cinquième place Juguetón, de 495 kilogrammes et marqué avec le numéro 14, qu'elle brinde à RTVCM (chaîne régionale de télévision publique de Castille-La Manche) ; elle réalise une faena de torería gâchée à l'épée. 
 
Elle sort en triomphe aux côtés de El Juli, portée par l'un de ses deux fils.
 
Au cours de sa carrière, elle a coupé 316 oreilles.
 
Elle s'est retirée de la profession en 1999 et s'est mariée avec le banderillero portugais Alejandro da Silva en 2000.
 
En conclusion de sa biographie, elle affirme « Nous vivons dans une société dominée par les hommes. J'espère qu'à travers mon histoire les femmes comprendront qu'aucune activité, aucune, n'est hors de leur portée. »
 
 Son exemple a fait des émules.
 
Comme «La Divine».
 
cs22k
 
Datos 
 
Cristina Sánchez : 
 
Distrito de Villaverde (Madrid) el 20 de febrero de 1972.
 
Debut en público: Torrejón de Ardoz (Madrid), el 17.6.86.
 
Debutó con picadores: Valdemorillo (Madrid) el 13.2.93 (después de torear 129 novilladas sin caballos) en corrida mixta con los matadores de toros Luis Seseña y Francisco Javier Martínez Paquiro, con ganado de Fernando Peña.
 
Debut en Las Ventas: 8 de julio de 1995 se presenta en Madrid para matar novillos de Carmen Lorenzo, con Pepe Luis Gallego y Carlos Pacheco, que también debutaba. Novillos de la ganadería de Carmen Lorenzo. El novillo del debut se llamó “Capuchino”. Vistió de nazareno y oro. Cortó una oreja a cada uno de sus novillos saliendo a hombros por la puerta grande.
 
A hombros en Sevilla: El 3 de septiembre de 1995 sale a hombros de la Maestranza sevillana tras cortar oreja a sus dos novillos de Hermanos Sampedro, alternando con El Andujano y Rafaelillo.
 
Presentación en la México: El 24 de septiembre de 1995 se presenta en la Monumental Plaza México, con novillos de Santa Isabel, alternando con Alfonso Ramírez “ El Calesa “y Diego Martín ” Rubito ”. Curiosamente, la madre de este último es la primera mexicana que tomó la alternativa, Raquel Martínez.
 
Alternativa: Nîmes, el 25 de mayo de 1996. Padrino: Curro Romero, con José María Dols Manzanares de testigo, con el toro Pocabarba, de Alcurrucén. (Curro Romero al entregarle los trastos: “El toreo es acariciar y eso las mujeres lo haceis mejor”).
 
Confirmación en México: El 12 de enero de 1997 confirma su alternativa en la Monumental Plaza México llevando como padrino a Miguel Espinosa “Armillita Chico” y de testigo a Alejandro Silveti, con “Duende” de De Santiago.
 
Confirmación en Madrid: La confirmó en Las Ventas de Madrid, el 12 de mayo de 1998, por Curro Vázquez y David Luguillano. El toro se llamaba: “Gironero” de Lourdes Martín de Pérez Tabernero.
 
Hecho histórico: El 6 de octubre de 1996 torea mano a mano con Manuel Díaz El Cordobés en la Maestranza de Sevilla la corrida de la Prensa. Tres toros de Guardiola, dos de Manolo González y uno de Espartaco. Se convierte así en la primera y única mujer que hace el paseíllo en la plaza de Sevilla en toda su historia como matadora de toros.
 
Otros datos: hija del torero Antonio Sánchez (fallecido en febrero de 2022), que le enseñó, llegó a apoderarle y hasta formó parte de su cuadrilla como banderillero. Conforme llegó al escalafón superior la torera fue encontrado vetos más o menos descarados de algunos de sus compañeros. Las grandes figuras como Curro Romero o José María Dols Manzanares la apoyaron e incluso le dieron la alternativa. Algunos se negaron a actuar con ella más abiertamente como Jesulín de Ubrique y Francisco Rivera Ordóñez.
 
Trabajo en Radio Nacional de España entre los años 2001 y 2004 en el Programa “Lo que es la Vida” dirigido por Nieves Herrero.
 
Entre los años 2004 y 2017 trabajó en el canal de televisión de Castilla-La Mancha, como comentarista en las retransmisiones de las corridas de toros.
 
Empezó a trabajar en Canal Toros de Movistar Plus en 2017.
 
cs22f
 
Elle apodère Antonio Ferrera et Raquel Martín.
 
BIBLIOGAPHIE : « MATADORA : La increíble aventura de la primera mujer matadora de toros de España. »
 
199 pp. 23x15,4. Rústica ilustrada. Ilustraciones en color fuera de texto procedentes del archivo de Cristina Sánchez. Prefacio de Cristina Sánchez y Dulce Chacón.
 
Editorial Planeta. Barcelona, 1998.
 
Cristina Sánchez cuenta en estas páginas cómo nació su sueño de convertirse en torero. Muestra la batalla que ha tenido que librar, dentro y fuera del ruedo, para conquistar un lugar que la tradición reservaba a los hombres. El camino no ha sido fácil, y la pasión exige desolaciones.
 
- La Reine Christine (Queen Christina) est un film américain réalisé par Rouben Mamoulian, sorti en 1933.
 
La jeune reine Christine de Suède est promise en mariage à son cousin, mais celle-ci est amoureuse d'un émissaire espagnol. Dernière de sa lignée, elle décide pourtant d'abdiquer pour pouvoir épouser celui qu'elle aime.
 
 Greta Garbo en est l’actrice principale.
 
Patrice Quiot
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 

stsev04aff

cer16aff

bay20aff

arl14b_-_aff.jpg