Vendredi 09 Décembre 2022
BOUJAN
Lundi, 04 Juillet 2022
bouj03ph1
 
Les jours se suivent et… ne se ressemblent pas !!! Triomphe de Solalito et Christian Parejo face à un lot très intéressant de Valdefresno…
 
Arènes quasiment pleines. Beau temps avec ciel progressivement voilé, ce qui a quelque peu atténué le ressenti calorifique. Six novillos de Valdefresno de présentation correcte, la plupart donnant du jeu. Le premier de Solal a été honoré de la vuelta posthume.
 
vald03h1
 
Santana Claros : oreille et silence.
 
Solalito : deux oreilles et silence.
 
Christian Parejo : palmas et deux oreilles.
 
sc03k
 
Santana Claros s’est fait une belle frayeur dès le second capotazo en trébuchant face au novillo qui le reprit de plein fouet. Plus de peur que de mal, mais un susto qui lui a valu de poursuivre sans sa chaquetilla, ce qui compte tenu de la température n’était pas négligeable ! La suite en deux rencontres, la seconde pour la forme avant un brindis au public et une faena affirmant d’emblée sa volonté de soigner le geste par des tandas allurées sur les deux versants. Torero fino, mais bon sang, pourquoi crier autant ? Bon capoteo avec le cuarto qui y alla de sa vuelta de campana avant une bonne pique. Brindis à son mentor El Boni, « Johnny », comme on l’appelait à l’époque, qui n’a rien perdu de sa légendaire blondeur. Antonio se lança dès lors dans des échanges au tracé harmonieux, mais le bicho finit rajado et tout alla a menos, la ferraille n’arrangeant rien. 
 
sol03h
 
Solalito, désormais apodéré par Luisito, a eu avec son premier largement de quoi s’exprimer et il ne laissa pas passer l’aubaine. Capoteo très décidé débuté par larga arrodillada puis véroniques au fil des planches et placement au cheval par chicuelinas marchées pour une bonne actuation de Mathias. Banderilles posées lui-même pour un salut après une troisième paire au quiebro, Solal ayant alors le geste d’adresser un émouvant brindis aux parents de Mathilde Reynes, si durement éprouvés ces derniers jours. S’ensuivit alors une faena variée et ajustée qui après une entière au second envoi lui valut deux trophées très fêtés, ayant valeur de clé pour la grande porte. Le Nîmois dut s’entendre plus tard avec un quinto bien armé et charpenté qui prit deux bonnes piques avant une autre tercio de banderilles à sa charge, marqué par un violent accrochage subi par le banderillero Juan Sierra, bloqué contre le burladero. Il dut alors se rendre à l’infirmerie où il a été soigné pour un varetazo. Brindis au public qui face à un adversaire sérieux qui réfléchissait, adapta son trasteo aux conditions de son opposant, en tirant ce qu’il pouvait dans un corte différent de son premier passage, plus âpre, mais tout aussi convaincant… jusqu’à un échec cinglant, hélas, avec les aciers, ce qui le priva de récompense.
 
cp03h Copie
 
Christian Parejo, le local de l’étape, se fit remarquer par un excellent quite varié avant de brinder au public une faena initiée par deux cambios au centre qui donnèrent le ton. Le plus Biterrois des Chiclaneros, ou le plus Chiclanero des Biterrois, au choix, s’est montré calme et templé, interprétant une partition de haut niveau, mais alors que l’on pouvait logiquement penser qu’il venait de se gagner la sortie a hombros en compagnie de Solal, tout se conclut en eau de boudin à cause d’une rapière désastreuse. Ce ne fut toutefois que partie remise avec le sixième où Christian fit oublier de la meilleure des façons sa contre-performance initiale, réussissant le desquite  après avoir brindé lui aussi aux parents de Mathilde une faena qui s’avéra aboutie, au grand soulagement d’un conclave très enthousiaste, après entière mettant un terme à une novillada entretenue, meilleur point final s’il en était.
 
margé03h
 
En matinée, devant environ un tiers d’arène et face à des erales de Margé dont le premier a été gratifié de la vuelta, intéressante non piquées sous un grasillas à faire cuire des œufs au plat sur les têtes !
 
Miriam Cabas : oreille.
 
Fabien Castellani : applaudissements.
 
Lenny Martin : oreille.
 
Leonardo : vuelta.
 
mc03h
 
Miriam Cabas a ouvert la séance avec un ensabanado sucio qui dès sa sortie a affiché une certaine classe dans ses attaques. La protégée de Serge Alméras s’est tout de suite adaptée à ses bonnes conditions capote en mains avant de brinder à l’assistance une faena bien rythmée, débutée au centre et poursuivie par une succession de tandas allurées qui ont transmis sur les travées. On pouvait alors penser que deux trophées et la grande porte lui tendaient les bras, mais deux pinchazos avant entière l’ont privé de la seconde oreille. Quoi qu’il en soit, l’élève du Campo de Gibraltar a laissé une très bonne impression aux portes de Béziers, le public ne s’y est pas trompé…
 
fc03h
 
Fabien Castellani est venu remplacer Antonio Plazas. Il a reçu son eral par deux largas à genoux puis a brindé à l’auditoire une faena enlevée couronnée d’un final près des cornes, l’ensemble étant hélas gâché par une atravesada sur le flanc.
 
lm03h
 
Lenny Martin y alla lui aussi de deux largas de réception puis face à un opposant juste de forces, le Biterrois exécuta une faena variée conclue par entière après avoir pinché. Plus tard, José Gomez lui remit en piste une muleta, ayant été proclamé vainqueur de cette matinée.
 
leo03h
 
Leonardo, un jeune portugais de Villafranca de Xira, suivi depuis la planche par Victor Mendes, a sacrifié à la tradition de son pays en banderillant son adversaire, puis brinda aux gradins une faena qui lui valut une spectaculaire voltereta suspendu sur les cornes, heureusement sans dégâts apparents. Trasteo volontaire bien qu’inégal, mais entrecoupé toutefois de gestes de qualité, avant conclusion délicate.
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels