Vendredi 02 Décembre 2022
MONT DE MARSAN
tr21ph
 
Tomás Rufo a sauvé l’honneur avec le dernier García Jiménez…
 
Arènes pleines, chaleur. Six toros de García Jiménez plus un sobrero du même fer (4bis) formant un lot juste de forces et manquant globalement de race, ce qui a limité l’impact de la plupart des faenas.
 
Morante de la Puebla : silence aux deux.
 
Juan Ortega : silence aux deux.
 
Tomás Rufo : silence et oreille.  
 
Corrida de expectación… vous connaissez hélas la suite ! C’est ce qui s’est globalement produit lors de cette course qui avait rempli les arènes, mais qui malgré quelques pinceladas des uns et des autres, a aussi douché l’enthousiasme du respectable… jusqu’à l’ultime toro de Matilla qui permit toutefois à Rufo de se sauver de la quema. 
 
mo21h
 
Morante de la Puebla se distingua au capote sur la réception de son premier puis lors de l’entame de faena avec notamment un superbe changement de mains. Par la suite, ses mouvements n’ont guère pu impacter à cause d’un opposant manquant singulièrement d’allant. Son second a été changé après un premier puyazo pour invalidité avérée et sortit alors un suppléant de la même maison protesté à son tour, qui n’a pas permis au maestro de la Puebla de réussir le desquite.
 
jo21h
 
Juan Ortega a démarré avec un autre toro manquant de fonds, brindant à Christophe Andiné un trasteo qui malgré quelques gestes de qualité eut du mal à connecter sur les travées. Avec le quinto, qui permettait un peu plus, le Sévillan a étalé la finesse de son toreo sur plusieurs séquences, sans toutefois totalement transmettre, les aciers finissant toutefois de rabaisser l’impact de sa prestation. 
 
tr21k
 
Tomás Rufo a vu sa première faena contrariée par les piètres conditions de son opposant malgré quelques passages décidés, mais par la suite, avec l’ultime, les choses allaient prendre une tout autre tournure. En effet, alors que e’on pouvait se demander si ça pouvait exister, est sorti des chiqueros un animal plus propice au bon toreo. Le Toledano le reçut par larga agenouillée puis bon capoteo et après deux rencontres, dont la seconde ovationnée pour un arrancada soutenue depuis le centre. Salut de Fernando Sánchez au second tercio, Rufo brindant ensuite au public une faena qui allait enfin décoller. Débutée à genoux, la confrontation allait être relativement bien soutenue, Rufo parvenant à transmettre aux aficionados qui certainement par déception, montraient davantage leur penchant pour la « Goffa Lolita » que pour ce qui se passait dans le ruedo ! Et comme l’épée s’avéra rapidement concluante, la séance finissait sur une note plus enjouée. Il était temps !
 
Matin. Environ 2000 personnes. Erales dans l’ordre de sortie d’Alma Serena, Astarac, La Espera, Camino Santiago puis en supplément, offert par le maire et la commission taurine, un sobrero d’Alma Serena pour Tristán.
 
Juanito : saluts.
 
Tristán Barroso : saluts puis oreille
 
Manuel Román : vuelta.
 
Cristiano Torres : oreille.
 
tb21h
 
On a pu vérifier ce matin combien le résultat de ce genre de course est aléatoire dans la mesure où tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Le facteur chance est donc important dans l’attribution du bétail issu de différentes provenances. Ce jour, il est évident que par rapport à son potentiel, Tristán Barroso a connu une grosse désillusion avec son adversaire de l’Astarac, perturbé par un déficit de caste qui le laissa sans guère d’options. Plus tard, ce fut mieux avec le sobrero d’Alma Serena, et malgré quelques scories, Tristán a pu toutefois signer une copie plus méritoire… brindée au maire en guise de remerciements.  A noter encore qu’après son premier passage, Morante de la Puebla était venu le réconforter dans le callejón. Bieennn…
 
juan21h
 
Pour reprendre l’ordre chronologique, Juanito avait ouvert le bal avec un Alma Serena face auquel il étala plusieurs séquences de bon goût dans un ensemble inégal, l’épée privant certainement l’élève d’Adour Aficion d’un trophée après final plus encimista.
 
mr21h
 
Manuel Román, vainqueur en mai du Bolsín de Bougue, a dû s’entendre avec un bon pensionnaire de La Espera, égrenant sa faena brindée à Morante de gestes soignés et templés, mais le Cordouan eut aussi quelques difficultés à conclure, voyant à son tour les trophées s’envoler.
 
ct21h
 
Cristiano Torres, récent triomphateur à Arzacq et remarqué aussi à Arles, a coupé l’unique oreille de cette matinée au terme d’une faena entreprenante face à Un Camino de Santiago de bon son, débutée à genoux puis comprenant plusieurs séries décidées, l’ensemble s’avérant un peu inégal, mais ses ganas étaient bien présents et malgré un accrochage, heureusement sans conséquences, on notera encore une bonne estocade.
 
mdm21nsp
 
A l’issue de la course, Christophe Andiné, président de la commission taurine, et Bernard Langlade ont remis à Román et Torres le prix au triomphateur qui a été partagé.
 
 
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels