Samedi 20 Août 2022
PATRICE
Samedi, 23 Juillet 2022
bozo23ph
 
Bozo…
 
C’était le hasard.
 
Ses parents auraient pu choisir Caligula pour les méchants tigres.
 
Homère pour les sirènes nageuses.
 
 
Hannibal pour éléphants furieux.
 
Ou Cyrus pour les noires panthères.
 
 
Hercule pour les lions.
 
Mycènes pour les graciles jongleurs.
 
 
Socrate pour le public et la ciguë tachetée.
 
Ou Cicéron pour le «Quo usque tandem abutere, Catilina, patientia nostra? ».
 
 
Mais ils s’arrêtèrent sur Bozo.
 
Parce que c’est simple.
 
 
Court.
 
Pas bégueule.
 
 
Facile à prononcer ou à écrire.
 
Et que ça fait souvent sourire.
 
 
Ce fut donc Bozo.
 
Il n’y était pour rien.
 
 
Lui.
 
Aurait aimé s’appeler.
 
 bozo23h
 
Juan pour les cinq véroniques sans corriger la position du 12 juin 1913 à Madrid.
 
François-René pour la poésie des ruines et la fuite du temps.
 
 
José, comme «Gallito», né dans le ventre d’une vache.
 
Ou Victor, celui de «L’Expiation».
 
 
Manuel, comme celui de Palma Del Río, pour les poules volées.
 
Emile, celui du «J’accuse».
 
 
Francisco, comme ceux de Camas ou celui de Sanlúcar, ceux du Grand Fleuve qui roule d’Hispalis à son embouchure.
 
Ou Albert, celui de Mondovi, dont la mère était illettrée et à moitié sourde.
 
 
Antonio, comme celui de Ronda.
 
Luis Miguel, comme celui en barrera avec Ava.
 
 
Ou John, celui de Salinas.
 
De «Grapes of Wrath» ou «Uvas de la Ira» si on préfère.
 
 
Oui.
 
 
Il aurait aimé être torero.
 
Ou écrivain.
 
 
Il savait qu’il ne le serait jamais.
 
Et il mit ça sur le compte de son prénom.
 
 
Alors il choisit une autre voie.
 
Et devint clown.
 
 
Ça s’appelle chance en français.
 
Fortuna en latin.
 
 
Certains le nomment aussi.
 
Suerte.
 
Patrice Quiot
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 

cer16aff.jpg

bay20aff

arl14b_-_aff.jpg