Mardi 04 Octobre 2022
PATRICE
Mercredi, 14 Septembre 2022
pq14ph
 
Vomitoire 110 revisited…
 
En partant de la buvette des arènes.
 
On prend à gauche.
 
 
 
D’un côté, des grilles de fer.
 
De l’autre, des pierres séculairement scellées.
 
 
 
Au -dessus des arches.
 
Où volettent des pigeons.
 
 
 
Des gens qui marchent.
 
Seuls ou en petits groupes.
 
 
 
On en connait beaucoup.
 
Les mêmes.
 
 
 
Depuis.
 
Toujours.
 
 
 
D’autres non.
 
On ne sait rien d’eux.
 
 
 
Si ce n’est que tous.
 
Allons voir la même chose.
 
 
 
La même chose.
 
Ce n’est pas certain.
 
 
 
Et c’est bien ainsi.
 
 
 
Après une cinquantaine de mètres, rappelée par un panneau.
 
La romanité du lieu.
 
 
 
« Vomitoires 101 à 111 ».
 
On tourne à gauche.
 
 
 
Pour entrer dans les profondeurs.
 
Où la lumière n’arrive presque pas.
 
 
 
Le sombre.
 
 
 
Celui des rétiaires.
 
Des thraces.
 
 
 
Des mirmillons.
 
Des samnites.
 
 
 
Puis, un couloir d’où on revoit le jour du ciel.
 
Souvent bleu.
 
 
 
Et les gradins d’en face.
 
Encore  presque vides.
 
 
 
A gauche, le V104.
 
Un homme en chemise siglée y autorise l’accès.
 
 
 
A droite le V105.
 
Un autre homme en chemise siglée pareil pour autoriser la même chose.
 
 
 
Très doucement, je marche.
 
V106, V107, V108, V109.
 
 
 
Le vomitoire 110 est l’avant dernier.
 
Après, il y a le V111.
 
 
 
Puis, rien, si ce n’est une grande porte en bois.
 
Fermée, secrète.
 
 
 
C’est bien ainsi.
 
 
 
Un autre homme en chemise siglée.
 
Maintenant, je luis serre la main.
 
 
 
Quelques marches en vieilles pierres.
 
Pour monter.
 
 
 
Une dame en chemise siglée et en sourire m’y accueille.
 
Brigitte est son nom.
 
 
 
Quatre marches en bois recouvert de plastic noir pour descendre.
 
Brigitte m’aide à le faire.
 
 
 
Bancs en bois gris.
 
Les mêmes depuis toujours.
 
 
 
Numéros noirs les mêmes depuis toujours.
 
Peints sur leur dossier.
 
 
 
Dépouillement précieux.
 
En face, pas d’horizon.
 
 
 
Derrière, un bruissement.
 
A droite, l’aigreur de notes solitaires.
 
 
 
A gauche.
 
Le vacant d’une tribune d’autorité.
 
 
 
Dans le couloir d’en bas.
 
Une douce fièvre.
 
 
 
D’allées-venues.
 
Comme un ressac.
 
 
 
Et des capes roses.
 
Sur les planches rouges.
 
 
 
Une piste de sable clair.
 
Nette de traces.
 
 
 
Les lignes de l’ordre.
 
En suivent la circonférence.
 
 
 
Rien ne bouge.
 
 
 
Je m’assois.
 
Mes bras posés sur le boudin.
 
 
 
Lisse.
 
De rugosité.
 
 
 
J’attends en observant la porte.
 
D’où ils sortiront.
 
 
 
Il est dix-sept heures et dix-huit minutes.
 
Patrice Quiot
 
PAUSE POUR FERIA DES VENDANGES.
 
REPRISE DES LIVRAISONS : MARDI 20/09/2022.
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 

 ist30aff