Mercredi 30 Novembre 2022
PATRICE
mo28ph
 
Morante : Pour l’éternité (1)…
 
Ce fut au quatrième.
 
Que se passa la chose.
 
 
 
Le noir s’appelle.
 
«Derribado».
 
 
 
Il est né.
 
En février 2018.
 
 
 
Ce mois-là.
 
Les tempêtes «Carmen» et «Eleonor» balayaient la France.
 
 
 
A Séville.
 
Cinquante-cinq mois après.
 
 
 
Le Levante.
 
A calé.
 
 
 
Un susurro.
 
De caracolas.
 
 
 
Pour que la fête.
 
Commence.
 
 
 
« Derribado » pèse.
 
49.4 arrobas.
 
 
 
« Esqueleto y expresión.
 
Tiene.»
 
 
 
Lira-t-on.
 
Le lendemain.
 
 
 
José Antonio Camacho.
 
« Morante de la Puebla »
 
 
 
Est habillé d’anis.
 
Et or.
 
 
 
Noire la cravate.
 
Noire la faja.
 
 
 
Deux pochettes blanches.
 
Flottent sur la chaquetilla.
 
 
 
Morante.
 
A quarante-trois ans.
 
 
 
La silhouette affiche.
 
La pesanteur des sphères.
 
 
 
Celle du Siegfried.
 
De L’Anneau du Nibelung.
 
 
 
Le visage marque.
 
La gravité de l’harmonie.
 
 
 
Celle.
 
Des pêcheurs de Barbate.
 
 
 
Les yeux disent
 
L’insolence.
 
 
 
Celle.
 
Des fusillés républicains.
 
 
 
La bouche va.
 
D’arrogance.
 
 
 
Celle.
 
De Curro.
 
 
 
Magnifique.
 
De prestance.
 
 mo28h
 
Est Morante.
 
Au bord du Guadalquivir aux étoiles.
 
 
 
Au premier lance de cape.
 
Le noir titube.
 
 
 
Se décompose.
 
Une « pequeña descoordinación».
 
 
 
Lira-t-on.
 
Le lendemain.
 
 
 
Le public proteste
 
Le noir.
 
 
 
José Antonio Camacho.
 
L’entend.
 
 
 
Morante et la cuadrilla.
 
Se retirent.
 
 
 
On attend le mouchoir vert.
 
Il n’en est rien.
 
 
 
« Derribado » se laisse piquer.
 
Deux fois.
 
 
 
Apretando más.
 
En el primero.
 
 
 
Morante «quite.
 
Por chicuelinas de enorme naturalidad ».
 
 
 
Lira-t-on.
 
Le lendemain.
 
 
 
Avec la demi-véronique.
 
Qui s’impose.
 
 
 
Immense.
 
De dédain.
 
 
 
A la deuxième.
 
Le noir lui vient por dentro.
 
 
 
Compliqué.
 
Est «Derribado».
 
 
 
Et Morante.
 
Le sait.
 
 
 
Il pourrait.
 
Abréger.
 
 
 
Nul.
 
Lui en voudrait.
 
 
 
Mais il est.
 
José Antonio Morante Camacho.
 
 
 
Fis de Rafael Morante.
 
Et de Josefa Camacho.
 
 
 
Il est.
 
«Morante de la Puebla».
 
 
 
Matador de toros.
 
Depuis vingt-cinq ans.
 
 
 
Et à Séville.
 
A vingt et un kilomètres de chez lui.
 
 
 
Deux pochettes blanches.
 
Flottent sur sa chaquetilla.
 
 
A suivre…
 
Patrice Quiot
 
(Photos : Maestranza)
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels