Mercredi 08 Février 2023
BOUILLARGUES
Dimanche, 09 Octobre 2022
bou08ph1
 
Le prix au meilleur novillero à Pedro Andrés, celui au meilleur novillo à l’exemplaire de Hubert Yonnet…
 
Arènes quasiment pleines, ciel couvert, temps frisquet. Six erales sortant dans l’ordre suivant : Hubert Yonnet, François André, Christophe Yonnet, Alain et Frédérique Tardieu, Malaga et Pagès-Mailhan. Au préalable, il a été lu au micro un message des Jeunes Aficionados de Provence et du Languedoc revenant sur la problématique du prochain vote à la Chambre des députés, suite à une intention d’abolition de la corrida. Approbation du message sur tous les bancs !
 
bou08g
 
Ensuite, vibrante Marseillaise, puis minute de silence à la mémoire des professionnels et aficionados qui nous ont quittés au cours de cette année.
 
jv08h
 
Enfin, Juan Villanueva a été honoré en piste par les représentants de la Peña La Embestida.
 
nino08g
 
Enfin, ce fut au tour de José Gomez de venir en piste pour remettre à Nino cape et muleta au nom de son association Tore’Art qui récompense en cours de temporada des apprentis toreros méritants afin de leur donner un coup de pouce. Olé !
 
Miriam Cabas : vuelta puis saluts.
 
Nino Julián : saluts et vuelta.
 
Pedro Andrés : saluts et deux vueltas avec pétition.
 
tu08h
Thomas Ubeda a salué au sixième.
 
 mc08h
 
Miriam Cabas débuta avec un exemplaire d’Hubert Yonnet charpenté et très armé face auquel elle afficha sa décision au capote avant un beau quite par farols de Nino. L’élève de l’école taurine du Campo de Gibraltar, à présent bien connue par chez nous, fit front face à un opposant pour le moins exigeant et enracé, sans pouvoir totalement le dominer, certes, mais elle mit dans l’affaire pas mal d’huile de coude pour s’en tirer honorablement et connecter avec les tendidos. Entière au second envoi.
 
mc08g
 
Son second, un castaño du couple Tardieu, avait fort belle allure et après un bon second tercio, Miriam brinda sa faena au groupe d’areneras locales, beau geste de solidarité féminine s’il en est. Son trasteo se déroula en dent de scie, la protégée de Serge Alméras alliant le bon, avec plusieurs passages allurés sur la bonne corne gauche, et le moins bon, notamment avec deux désarmés. Conclusion médiocre ternissant un peu le bilan, mais prestation tout de même méritoire qui a su transmettre son envie.
 
nino08h
 
Nino Julián mettait aujourd’hui un terme à sa période de novillero en non piquée avant son passage dans la classe supérieure samedi prochain à Istres. Il démarra avec un François André juste de forces, mais qui allait afficher par la suite une belle noblesse. Le Nîmois allait étaler des ganas et une réelle envie de triompher, transmettant tout ça aux gradins, y compris avec un second tercio qui lui valut une belle ovation. Une entrega qui après un final par manoletinas aurait mérité d’être récompensée, mais la conclusion traina un peu trop. Avec le quinto, de Malaga, Nino a été applaudi au capote avant un brindis à sa peña, se montrant à nouveau dynamique et généreux dans une faena accélérée comprenant toutefois de bons moments, malgré un peu trop de nervosité. Final à nouveau terni par la conclusion. 
 
pa08h
 
L’inconnu du jour, Pedro Andrés, de Salamanque, eut quelque peine à prendre le dessus d’un sérieux exemplaire de Christophe Yonnet venu remplacer un novillo du Scamandre initialement prévu. Trasteo décousu, Pedro toréant excessivement à la voix, mais signant au passage quelques détails intéressants. Epée sans éclat. Sortit ensuite un Pagès-Mailhan qui n’était certes pas le plus baraqué, mais qui afficha une « toréabilité » que le Salmantino ne se priva pas d’exploiter. Répétant systématiquement, il permit à Andrés d’aligner des séries en transmettant aux étagères, se comportant « en novillero », avec une certaine fougue et une visible envie de s’imposer. Epée trasera puis descabello, pétition non suivie d’effet. Perso, dans le contexte d’une non piquée, j’aurais bien vu un mouchoir blanc et un autre bleu. Mais les voix du palco sont impénétrables, alors…