Jeudi 02 Février 2023
PATRICE
Mardi, 11 Octobre 2022
pq11ph
 
Faena sous cloche…
 
C’est.
 
Comme quand.
 
Le maître d’hôtel soulève la cloche.
 
 
 
Masquant le plat.
 
Qu’on attend.
 
Avec la perspective.
 
 
 
D’un moment rare.
 
Intime.
 
Et précieux.
 
 
 
On connaît.
 
La grandeur.
 
Du produit.
 
 
 
On connaît.
 
Le chef.
 
Et son talent.
 
 
 
Comme.
 
On connaît
 
L’histoire que porte l’animal dont le sang est plus que bleu.
 
 
 
Comme.
 
On sait.
 
La légende de celui en toque de lumières.
 
 
 
Alors.
 
 
 
Quand le gusanillo soulève la cloche.
 
On imagine.
 
Une congruence.
 
 
 
La conjonction.
 
D’un état donné.
 
Par la nature.
 
 
 
Et le.
 
Savoir-faire.
 
De la grâce.
 
 
 
L’harmonie.
 
Des deux.
 
Pour un accord de cartel.
 
 
 
Un foie d’oie gavé de figues.
 
Voulu par Marcus Gavius Apicius.
 
 
 
Un faisan de chasse.
 
Interprété par François Vatel.
 
 
 
Un homard bleu.
 
Mis en scène par Antonin Carême.
 
 
 
Un Victoriano.
 
Toréé par Morante.
 
 
 
Alors.
 
 
 
Quand le souvenir soulève la cloche.
 
Reviennent en bouche.
 
Des enchantements.
 
 
 
Ce foie d’une oie.
 
« Tuée après lui avoir fait boire.
 
Du vin miellé » proposé par Marcus Gavius et rapporté par Sénèque.
 
 
 
Cette crème Chantilly « aspergée d’eau de rose ».
 
Inventée par François pour le banquet de quatre-vingts tables.
 
Donné par le surintendant Fouquet.
 
 
 
Cette pièce montée inspirée de l’architecture.
 
Elaborée par Antonin.
 
« Avec des meringues, des choux, de la pâte d’amande et du sucre filé » et servie à Talleyrand.
 
 
 
Et la demi-véronique "que aún no ha terminado".
 
De José Antonio au quatrième Nuñez del Cuvillo.
 
A Séville le 15 avril 2013.
 
 
 
Alors.
 
 
 
Quand les clarines.
 
Soulèvent la cloche.
 
De l’heure.
 
 
 
On attend.
 
Une autre.
 
Même chose.
 
 
 
Ou.
 
Mieux.
 
Encore.
 
 
 
Sans imaginer.
 
Qu’il puisse.
 
En être autrement.
 
 
 
Une recherche.
 
Du vrai.
 
Sous une forme rare.
 
 
 
Sans fard.
 
Sans apprêt.
 
Sans concession.
 
 
 
Une quête.
 
De l’improbable.
 
De l’exceptionnel.
 
 
 
De ce qui là.
 
Ou ailleurs.
 
Nous fait vivants.
 
 
 
Alors.
 
 
 
Dans un silence.
 
De nappes de lin.
 
Et de verres de cristal.
 
 
 
D’abanicos.
 
De ciel bleu.
 
Et d’effluves de jabón Maja.
 
 
 
Quand
 
Le torilero.
 
Ouvre la cloche de bois.
 
 
 
Les yeux.
 
Etincelants.
 
De gourmandise.
 
 
 
La fourchette et le couteau.
 
De l’émotion.
 
Comme seules armes.
 
 
 
La serviette.
 
Du cœur.
 
Nouée autour du cou.
 
 
 
Les papilles.
 
Du plaisir.
 
En fête
 
 
 
Et les dents.
 
Prêtes à croquer.
 
La vie.
 
 
 
On passe à table.
 
Datos 
 
Marcus Gavius Apicius est une figure de la haute société romaine, dont l'existence est signalée sous les règnes des empereurs Auguste et Tibère. Sa naissance est située approximativement en 25 av. J-C. et son décès aux alentours de 37 apr. J-C.
 
C'était un millionnaire amateur de plaisirs (notamment les plaisirs de la table), qui dépensait sans compter pour s'en procurer, et qui finit par se suicider quand sa fortune s'en trouva compromise.
 
François Vatel, né à Tournai le 17 janvier 1631 et mort à Chantilly le 24 avril 1671, est un pâtissier - traiteur, intendant et maître d'hôtel français, issu d'une famille originaire de Suisse. Il a principalement été au service de Nicolas Fouquet, surintendant des Finances, puis du prince Louis II de Bourbon-Condé, le Grand Condé.
 
 Il est passé à la postérité en tant qu'organisateur de fêtes et de festins d’exception au château de Vaux le Vicomte, puis au château de Chantilly durant le règne de Louis XIV.
 
 Il se suicide lors de la grande fête organisée par le prince de Condé en l'honneur de Louis XIV en avril 1671, parce que sa commande de poisson pour le repas du vendredi 24, jour maigre, n'était pas arrivée à l'heure prévue.
 
Marie-Antoine Carême, dit Antonin Carême, est un pâtissier et un chef français né le 8 juin 1784 à Paris où il meurt le 12 janvier 1833.
 
Surnommé « le roi des chefs et le chef des rois », il est le premier à porter cette appellation de « chef ».
 
Praticien précoce et représentant éminent du concept français de la haute gastronomie, il est considéré comme le fondateur de ce style grandiose, recherché à la fois par les cours royales et les nouveaux riches de Paris. 
 
Il est l'un des premiers cuisiniers à avoir acquis une renommée  internationale.
 
Patrice Quiot