Samedi 26 Novembre 2022
MANOLO
Mardi, 08 Novembre 2022
mv08ph
 
A J-5 du Festival de Vauvert, rencontre avec Didier Cabanis et Manolo Vanegas afin de faire le point sur les derniers détails…
 
Pour Manolo, une journée très importante se profile dans la mesure où il y a pensé souvent ces quatre dernières années et par sa réalisation, ce sera comme l’accomplissement d’un rêve qui lui tient tant à cœur, bien en phase avec sa générosité et son envie d’aider les autres…
 
Tous les aficionados s’en souviennent, le 16 mai 2018 à Ledesma, en plein Campo Charro, Manolo s’est fait très sérieusement blesser par un toro de Hoyo de la Gitana. Depuis, alors que le corps médical ne lui laissait guère d’espoir de se rétablir, à force de volonté et de courage, le jeune Vénézuélien a récupéré bien plus que ce qu’on lui avait pronostiqué. Tout n’est pas parfait, certes, mais Manolo marche et mène une vie à peu près normale, tout en poursuivant sa rééducation afin de récupérer encore tout ce qui peut l’être…
 
Rencontré ce mardi avec son mentor Didier Cabanis, il m’a confié ses espoirs pour la réussite du prochain festival de Vauvert pour lequel il s’est totalement impliqué…
 
mv09h
 
« Depuis le 16 mai 2018, ma vie est devenue particulièrement difficile, car je dépendais de nombreuses personnes. Je ne pouvais plus bouger, les médecins prédisant une blessure très grave, les cervicales 3, 4 et 5 détruites nécessitant la pose d’une prothèse. Le plus important problème a été que la moelle épinière était touchée, ce qui m’a fait perdre ma mobilité, comme à l’époque pour les maestros Nimeño II et Julio Robles. A partir de nombreuses heures de rééducation, et sans trop faire cas de ce que me disaient les docteurs, j’ai réussi à me remettre sur pieds. Je peux à présent marcher, conduire, et être indépendant. Mais si je ne peux pas courir, c’est déjà beaucoup de pouvoir à nouveau marcher. Sur le plan physique, je ne peux donc pas dire que je suis mal car ça pourrait être bien pire par rapport à la gravité de la blessure.  
 
mv09a
 
Cela étant, ma vie a changé et ne correspond pas à celle que j’espérais, à savoir celle d’un torero important. Je crois que pour le peu de temps que j’ai pu exercer ma profession, j’en ai été digne, je l’ai respectée et les aficionados me l’ont bien rendu, ce qui est très important pour moi. Je vois pas mal de toreros qui se retirent et… qui sont oubliés l’année suivante ! Aujourd’hui, ça fait quatre ans passés que je n’ai plus toréé, mais il y a encore pas mal de gens qui se souviennent de moi…
 
mv21w
 
Durant ces dernières années, j’était totalement impliqué par ma rééducation, c’était le plus important. On m’invitait pour assister à des corridas, vivre des ferias, mais j’y allais peu car ce n’était pas l’essentiel pour moi. Maintenant, je me sens mieux sur le plan physique, je sais que ne pourrai plus à nouveau toréer, même si on ne peut pas prédire l’avenir. Pour le moment, ce que je tiens à faire, c’est d’aider les autres. Quand j’ai voulu être torero, ma motivation principale était de pouvoir aider ma famille et à présent, elle vit bien mieux. C’est pourquoi dans mon nouveau projet, je voudrais réaliser des choses importantes dans les toros et en dehors.
 
L’idée de monter ce festival ne vient pas de cette année, beaucoup de gens voulaient me rendre hommage et tant que j’ai été sur un fauteuil roulant, je ne l’ai pas accepté car je ne savais pas encore à cent pour cent si je pourrais marcher ! Qu’on me fasse des cadeaux, ça ne me plait pas. Ce qui me plait, c’est de me les gagner ! Je suis à présent indépendant, j’ai ma maison, et je ne voulais pas un festival pour moi, mais pour que ce soit en faveur de ceux qui en ont besoin. Cette année, j’ai accepté car selon moi, c’est le moment. Bien sûr, je suis reconnaissant envers tous ceux qui sont autour de moi dans ce projet. Mais tout ça n’a été possible qu’à une seule condition, c’est que la totalité de l’argent que l’on va recevoir aille pour aider en premier lieu l’école taurine de mon pays car ils n’ont aucune aide de qui que ce soit. Mais une partie ira aussi aux écoles d’Arles et de Nîmes qui ont collaboré à ce projet. Et plus généralement, parce que la France m’a beaucoup aidé !
 
mv28a
 
En ce qui concerne la phrase que j’ai voulu inscrire pour la présentation de ce festival, « Sentimiento de un Torero por la Vida », elle vient du fait que tout vient de la vie. On parle d’un torero qui a beaucoup souffert, mais qui à présent est sur pieds. Pourquoi ? Parce qu’un torero n’est pas une personne normale ! En apprenant de la part des médecins qu’un blessé est condamné à passer le reste de sa vie sur un fauteuil roulant, une personne lambda va se résigner, ne va pas lutter comme un torero peut le faire. On n’est pas fait pareil ! C’est une forme d’amour-propre et en se sentant torero, tu repars pour un autre combat…
 
Concernant les cartels, tout le monde vient bénévolement, ganaderos, toreros, et tous ceux qui accompagnent ce projet… A l’heure d’organiser ce festival, les membres de ma peña ne sont pas intervenu pour contacter les différents protagonistes, éleveurs comme toreros, ils ont tenu à ce que soit moi qui le fasse ! Un jour, est parue une photo de moi pour annoncer l’idée de ce festival du 13 novembre et en suivant, de nombreux ganaderos et toreros m’ont alors contacté. En outre, des maestros comme Emilio de Justo, Antonio Ferrera et Pablo Aguado m’ont signifié qu’ils aimeraient se joindre à nous pour ce festival, mais à cause de la date, ils ne pourront pas être présent, se trouvant alors de l’autre côté du « charco ». 
 
mv28d
 
Mais selon moi, le cartel est attractif, avec pour l’ouvrir un excellent torero, mon parrain d’alternative Curro Díaz, le torero colombien Sebastian Ritter, puis David de Miranda, qui a ouvert la grande porte de Madrid avant la pandémie, voyant ensuite sa trajectoire freinée pour cette raison, ainsi que des matadors français avec Tibo Garcia et El Rafi, puis deux novilleros pour fermer le cartel, le Vénézuélien José Antonio Valencia et plus près d’ici Nino, qui vient de passer en piquée. Au sujet de Valencia, je tenais qu’il y ait dans ce cartel un de mes compatriotes pour qu’il soit à la fois international et représentatif du caractère de cette course.
 
Au sujet du bétail, je suis très content parce que tous les ganaderos qui seront présents avec qui durant ma courte carrière, j’ai pu avoir d’excellents contacts et de belles satisfactions. J’ajoute qu’il y aura un sorteo, d’un côté pour les cinq matadors, avec des Gallon, Cuillé, Pagès-Mailhan, San Sebastian et Margé et d’un autre, avec des novillos de Jalabert, pour les deux novilleros. J’ajoute qu’un festival ne peut se faire sans l’aide de tous et comme je l’ai déjà évoqué pour certains, il faut ajouter aussi les areneros, le corps médical, l’ambulance, la cuadra de caballos de Bonijol, les areneros, la musique de la Peña Ricard d’Alès, sans oublier les trois peñas vauverdoises, El Campo, Manzanares et le CT « Les Amis de la Camargue ». Bien entendu, il faut remercier le maire, Jean Denat, qui a permis que ce festival puisse se tenir dans les arènes Jean Brunel, sans oublier les services municipaux !
 
mv28g
 
Pour revenir un peu en arrière, je tiens à préciser que la journée débutera le matin avec l’idée que si la France rend hommage à Manolo Vanegas, je tenais pour ma part à rendre hommage à la France ! C’est pourquoi toutes les tauromachies seront représentées ce jour-là avec deux taureaux pour l’école de raset vauverdoise de la Petite Camargue, un becerro de Pascal Mailhan en classe pratique pour les élèves de l’école taurine du Pays d’Arles et un autre pour ceux du CFT, ainsi qu’un toro de la Véronique pour l’écarteur Baptiste Bordes, le sauteur Kevin Ribeiro, initialement prévu mais blessé, étant remplacé par un autre. J’ajoute que lors de cette matinée, il y aura une surprise, mais par définition, une surprise doit rester secrète, alors on ne détaillera pas… »
 
A l’issue de cet entretien, Didier Cabanis est intervenu pour apporter quelques précisions sur le déroulement de la journée avec quelques détails importants concernant le repas, et surtout les réservations… 
 
mv28s
 
D’abord, il faut savoir que la veille, samedi 12 novembre, à 19h à la Brasserie le Cartel à Vauvert, chez Hadrien Poujol, vernissage d’une exposition collective à caractère caritatif réunissant notamment Philippe Latour, Felipe Gil Mir, Gilles Chapel, Mélanie Huertas, Christian Sloma, Raquel Iglesias, de Salamanque, Julie Bérard, Elisa Laugier Martinez et Jean-Claude Lemelle. La soirée sera animée bénévolement par le chanteur Stéphane Damour. 
 
A noter encore qu’un clip a été réalisé par Verónica Mata et qu’après le festival, les prix seront remis au même endroit.
 
mv28q
 
Enfin, remerciements aussi à Renaud Vinuesa pour son apport à la partie artistique de l’organisation.
 
Pour revenir globalement à cette journée, sachez encore que viendront d’un peu partout des aficionados qui tiennent à rendre hommage à Manolo, comme le président du Club Taurin de Milan, des éleveurs et imprésarios espagnols, des aficionados du Sud-Ouest, de Salamanque et même un président d’une peña du Venezuela… Tout porte à croire que cette journée sera mémorable !
 
mv08h
 
RÉSERVATIONS
 
Matinée : 10€ - Festival : 20€ - Journée complète : 25€
 
06 27 60 77 70
 
A noter encore qu’est ouverte une File 0 pour les aficionados qui ne pourront pas se déplacer mais qui par leur don souhaitent marquer leur soutien à cette cause. Pour cela, contacter les responsables au numéro indiqué ci-dessus…
 
mv28k
 
REPAS
 
En ce qui concerne la restauration, deux chefs cuisiniers de Salamanque se déplaceront spécialement pour élaborer une paella vendue au prix de 15€ et qui sera servie autour des arènes. Il est prudent de réserver le plus tôt possible pour cette paella au numéro ci-dessus…
 
mv28u
 
Tout semble réuni pour vivre un moment chargé de torería et d’émotion dimanche prochain avec cet hommage pour un jeune maestro méritant qui avant l’heure a déjà gagné son pari, celui du cœur et de la solidarité pour ce qui sera sa plus belle faena. Enhorabuena y Suerte, Fenómeno !!!
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels