Samedi 26 Novembre 2022
PATRICE
Vendredi, 11 Novembre 2022
pq11ph
 
Mi bastón…
 
Un autre brindis à ma canne.
 
Fidèle.
 
Pas capricieuse.
 
Serviable.
 
Toujours déjà là.
 
 
 
Sans état d’âme.
 
Elle m’accompagne partout.
 
De la solitude de mon bureau.
 
A la foule des arènes.
 
 
 
A l’érable.
 
Au tremble, à l’aulne.
 
Elle a préféré.
 
Le simple bois du châtaigner dont elle est faite.
 
 
 
Elle n’est pas jeune.
 
Pas vieille non plus.
 
Elle est colora’ sarda quant à la couleur.
 
Et porte avec élégance l’écaillé des cornadas de sa vie.
 
 
 
Elle n’a rien du dandy.
 
Du makila.
 
De la badine de Charlot.
 
Ou de la canne de Balzac.
 
 
 
Sobre comme le Viti.
 
Solide comme Paquirri.
 
Humble comme Dámaso.
 
Anonyme comme le Meursault de Camus.
 
 
 
Elle est née en Moselle.
 
Dans ce pays où on parle encore.
 
La même langue.
 
Que celle que parlait Charlemagne.
 
 
 
Revenue dans un Sud.
 
De pluie et de champignons.
 
Elle est nostalgique.
 
D’un midi de soleil et de triomphes.
 
 
 
Quand je l’oublie dans un coin.
 
Elle me manque.
 
Et sans elle.
 
Je suis peu.
 
 
 
Je lui fais partager mes lectures.
 
Elle aime Cervantès.
 
Voltaire.
 
Et Yourcenar.
 
 
 
Elle dort près de moi.
 
En rêvant d’autres aventures pour son Quijote.
 
Et de celles de Zénon.
 
Ou de Zadig.
 
 
 
Elle connaît mes joies.
 
Je lui fais part de mes peines.
 
Elle les écoute.
 
Et je crois qu’elle les entend.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      
 
La paume de ma main.
 
A pris la forme de son pommeau.
 
Elle se tient à la hauteur de ma hanche.
 
Celle qui s’avance pour donner la passe naturelle.
 
 
 
Elle aime voyager la nuit.
 
Allongée sur la banquette arrière.
 
Seule.
 
Elle pense à la faena du lendemain.
 
 
 
Elle connaît Nîmes.
 
Sa lumière des novilladas du matin.
 
Ses rues des nuits de féria
 
Les abrazos des amis et le décolleté des filles.
 
 
 
Elle connaît l’Espagne.
 
Celle des villes en habit de lumière.
 
Et du campo.
 
Dont elle aime la sécheresse.
 
 
 
Elle connaît la vie.
 
Ses pleins.
 
Ses déliés.
 
Et ses terribles extravagances.
 
 
 
Elle garde ses souvenirs.
 
Enfouis dans la poussière.
 
Grise et sèche.
 
De son embout de caoutchouc.
 
 
 
Comme les toreros.
 
Elle hait la pluie et les pisos trop meubles.
 
Et comme eux.
 
Elle déteste le vent.
 
 
 
Elle aime les mises à mort.
 
Qu’elle regarde debout.
 
La poser au sol en ces occasions.
 
Serait pour elle une offense.
 
 
 
Elle écoute mes divagations.
 
Elle obéit au moindre de mes toques.
 
Elle me suit comme un mozo son maestro.
 
Et me guide dans mes coups d’épée à l’ordinaire.
 
 
 
C’est mon amie.
 
Elle n’a pas de nom.
 
Mais le convenio d’une histoire commune.
 
Nous lie à jamais.
 
 
 
Quand, un jour, fatiguée de me soutenir.
 
Elle se brisera.
 
Je demanderai au palco céleste.
 
De l’honorer d’une vuelta.
 
 
 
Autour d’un monde.
 
Qu’avec elle j’ai découvert.
 
Et qu’avec elle j’aimerais.
 
Longtemps encore continuer de découvrir.
 
 
Patrice Quiot
 
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels