Samedi 26 Novembre 2022
CULTURES TAURINES
Mardi, 15 Novembre 2022
musée15ph
 
Le Musée des Cultures Taurines a célébré… les 70 ans de la Feria de Nîmes… 
 
Ravivons les mémoires qui ont, souvent, une fâcheuse tendance à oublier… Rendons donc, comme nous l’avons fait à plusieurs reprises ici-même, hommage au Sénateur-Maire Edgar Tailhades, père institutionnel de la Féria de Nîmes. Et souvenons-nous du docteur Jean Lauret, de l’Académie de Nîmes qui, président du Cercle Taurin, en fut la cheville ouvrière avec quatre autres associations taurines. Saluons le travail du docteur Claude Baillet, de M. le Bâtonnier Jean Ménard qui mirent la partition en musique. Et soulignons que Jean-Paul Fournier décida, dès son élection, de créer un vrai musée des Cultures taurines auquel, pour notre part, nous avons consacré nos efforts afin que, l’année suivant notre arrivée en Mairie, le musée ouvre ses portes. Il était donc légitime et indispensable qu’à l’occasion des 70 ans de la Féria, une expo fasse mémoire de ces 7 (excellent chiffre et nombre…) décennies au service des tauromachies, moteur et cœur de LA fête nîmoise.    
 
dj11h
« Cartel » chez les Miura, à Zahariche
 
Après Christiane Lassalle (au musée du Vieux-Nîmes) et Mmes Nougarède et Jourdan, il est revenu à Mme Laborie-Barrière, nouvelle directrice du Musée des Cultures taurines, de “monter” cette expo. Gilles Raoux, matador de toros et collaborateur si expert du musée ; Isabelle Morfin, régisseur des collections ; Jean-Marie Mercier, historien et membre de l’équipe du musée ont constitué le cartel des concepteurs et acteurs de l’expo. Brigitte Weymann, qui consacre ses talents esthétiques dans le cadre de la direction de la communication municipale, a conçu le catalogue richement illustré et dont nous vous recommandons l’achat pour un prix d’ailleurs modique.
 
Visitons… Le hasard (?) nous a fait entrer dans la présentation sous le regard de cette publicité pour un produit miracle pour tous les participants aux férias (mais il ne doit plus être aujourd’hui disponible malgré les besoins criants de ce remède !..) : l’Hépatior !  
 
nim15k
 
L’image montre une torera, banderilles de ce produit en mains, assaillir et guérir un (grand) foie très malmené par les excès de Pentecôte !!! Ce placebo voisine avec l’échiquier tauromachique créé par Eddie Pons et une série d’éventails dessinés par Marie-Chloé Pujol, désormais adjointe à la Culture de Tarascon et dont nous avons, dès la dernière année de l’ancien… millénaire, repéré, salué et exposé les talents. Photos très artistiques de flamenco ; robe andalouse de Françoise Gillot, épouse de Picasso (et la seule à quitter le Minotaure  de sa propre et courageuse initiative !) ; nombreuses affiches de toutes époques ; photos de campos de férias espagnoles dont celui, sous un onirique ciel de perles bleues, de Jerez ; l’emblématique affiche de la féria de Séville 2000 (dont un - grand - format dit, dans notre bureau municipal, notre attachement culturel à la ville de la Giralda) sont autant d’éléments présents. Une salle est consacrée à la course landaise, notre cousine, et à celle née en Camargue, notre sœur. On y voit un coup de barrière peint par Jean Lafont ; un ex-voto du truculent Gérard Lattier, « peintre et razeteur » narrant un épisode fameux de la vie de Claude Viallat, collectionneur qui dépose ses achats innombrables au musée. Une huile superbe d’Edouard Doigneau témoigne de la passion des Aigues-mortais pour la bouvine. José Pirès est, par de multiples, travaux, toujours présent parmi nous. Un ‘sas’ offre un mur de photos de toutes années de Férias. Dans la plus vaste salle, une arène sert de présentoir à un choix d’affiches, de billets, de programmes. Le livre d’or du Cercle taurin y figure à la page précieuse de la Féria de 1952. Les deux affiches de ce moment fondateur sont au mur : celle de l’ensemble des festivités voisine avec celle qui fut au commencement de ce cycle : « 37ième congrès national de la fédération des sociétés taurines de France ». On sera admiratif du placard de conception et couleurs magnifiques annonçant « Les fêtes du taureau » du 8 au 16 mai 1937. Veille sur ces souvenirs, l’affiche des corridas du 10 au 14 mai 1863, Napoléon III « Le petit » (cf. Victor H.) étant « empereur ». Après avoir vu d’autres gravures et ouvrages, on fera une halte, en partant, dans l’espace bodega où l’humour et les verres… solidement fixés sur le comptoir, annoncent les couleurs (des boissons traditionnelles…). 
 
En vous recommandant la lecture des articles qui complètent cette exposition, nous vous précisons qu’un entretien entre Alain Montcouquiol « Nimeño I » et Claude Viallat figure au sommaire dont est absent Simon Casas… qui, organisateur de tant de férias de Pentecôte emblématiques, inventa la Feria des Vendanges, deux axes si fondamentaux pour la corrida et… l’économie locale !
 
jt15f
 
La Féria a donc 70 ans, l’âge de la maturité. De fait, et de réalité, elle est sans âge car toujours passionnément jeune par les générations successives qui la vivifient. Par les temps qui courent, sachons nous mobiliser, avec pugnacité, ferveur et créativité pour la renouveler en permanence, avec noblesse et bravoure !
 
Daniel Jean Valade
 
Découvrez les multiples facettes du Musée des Cultures Taurines…
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels