Jeudi 23 Mai 2024
PATRICE
Mardi, 10 Janvier 2023
chb10ph
 
Mouchoir vert : Le «Taureau de Wall Street»…
 
La chose se trouve à New-York City.
 
Au nord du parc de Bowling Green.
 
 
 
Au coin.
 
De Broadway. 
 
 
 
Le «Taureau de Wall Street» est une sculpture en bronze de plus de trois tonnes. 
 
De trois mètres de haut et cinq de long. 
 
 
 
Son créateur Arturo Di Modica artiste d'origine italo américaine.
 
S’est installé à New York dans les années 70.
 
 
 
Di Modica estimait qu'il devait quelque chose aux Américains.
 
Son travail a commencé après le crash boursier de 1987.
 
 
 
Il déboursa 360 000 dollars.
 
Pour construire la chose.
 
 
 
Qui veut dans sa charge du bas vers le haut.
 
Symboliser la force et l'espoir.
 
 
 
Et représenter.
 
La hausse boursière et l'économie florissante.
 
 
 
Le 15 décembre 1989 Di Modica eut l’idée.
 
D’installer la chose sous l'arbre de Noël géant de Broad Street.
 
 
 
En face.
 
Wall Street.
 
 
 
La Bourse.
 
Fit la gueule.
 
 
 
L’outrance.
 
N’est pas son corte.
 
 
 
Plus John D. Rockefeller.
 
Que Miguel Mateo «Miguelín» elle est.
 
 
 
Le service de police fut appelé.
 
Et le «Charging Bull» emmené par la grua à la fourrière.
 
 
 
Mais.
 
Les habitants had fallen in love de la chose.
 
 
 
Et exigèrent.
 
Qu'elle soit rendue.
 
 
 
Le département des espaces urbains de New York.
 
Accéda à la demande.
 
 
 
La statue fut placée.
 
A deux blocs de la Bourse de New York.
 
 
 
Et, le 21 décembre 1989.
 
Fut inaugurée.
 
 
 
La chose.
 
Est.
 
 
 
Laide.
 
Comme une carte de crédit.
 
 
 
Aux couleurs.
 
De l’«American Express».
 
 
 
Vulgaire.
 
Comme un double-cheese-burger.
 
 
 
Du Mc Donalds.
 
D’Union Square.
 
 
 
Lourde.
 
Comme une saillie de Trump.
 
 
 
Agressive.
 
Comme William Cody.
 
 
 
L’exterminateur.
 
Des bisons des plaines.
 
 
 
Des yeux comme ceux.
 
Des capuches du Ku Klux Klan.
 
 
 
Des cornes.
 
Qui disent l’or de Fort Knock.
 
 
 
Des oreilles.
 
En vueltas de B52.
 
 
 
Un hocico.
 
En cannelloni de la «Little Italy» de Vito Genovese.
 
 
 
Des sabots.
 
Comme le dentier des vieillards du « Jour de fête à l’hospice » de John Updike.
 
 
 
Une bouche.
 
En sourire imbécile de Shirley Temple.
 
 
 
Y un rabo.
 
Comme un churro de Thanksgiving.
 
 
 
Drapeau sin luceros.
 
De la brutalité.
 
 
 
Sans bienveillance
 
D’un fermier du Middle West.
 
 
 
Coiffé du Stetson.
 
Du JR de «Dallas».
 
 
 
Et du casque.
 
De George Patton.
 
 
 
Bandera.
 
D’un libéralisme sans indulgence
 
 
 
Que aplasta
 
Los clarines del hambre.
 
 
 
Des rizières.
 
De Hanoï.
 
 
 
Et des peones.
 
De Santiago du Chili.
 
 
 
Dans l’idéologie machiste.
 
D’un John Wayne.
 
 
 
Et l’esprit en grimace.
 
D’Halloween.
 
 
 
Tel est.
 
Le « Charging Bull» de Wall Street.
 
 
 
Además.
 
Se dice.
 
 
 
Que toucher.
 
Les cojones de la chose.
 
 
 
Traeria.
 
Suerte.
 
 
 
En réalité.
 
 
 
Loin des taureaux.
 
De Lascaux.
 
 
 
De ceux.
 
De Guisando.
 
 
 
Et à des millions de verges.
 
Des «Gardiens d’une brume pâle» de Federico.
 
 
 
Le «Taureau de Wall Street».
 
N’est qu’un vil sobrero.
 
 
 
Du Kuro no Bōgyū du Royaume de Clover.
 
Des mangas japonais.
 
 
 
Un bovidé de pacotille.
 
De carrousel de fête foraine.
 
 
 
La pauvre figure.
 
D’un ordre sans grâce.
 
 
 
Une charlotada.
 
De la sculpture.
 
 
 
Un desecho.
 
De Praxitèle.
 
 
 
Un fracaso.
 
De François Pompon.
 
 
 
Une cagade.
 
De Brancusi.
 
 
 
Alors.
 
 
 
Plutôt que.
 
Devuelta.
 
 
 
Aux corrales.
 
Du vulgaire.
 
 
 
De la forme.
 
Et du fond.
 
 
 
Je souhaiterais.
 
Que la chose fut.
 
 
 
Puntillée.
 
Par les hoboes.
 
 
 
Du Bowery.
 
De Kerouac.
 
 
 
Les livres.
 
De Neruda.
 
 
 
Et les va nu pieds des voies de chemin de fer.
 
De Woodie Guthrie.
 
 
 
Avant d’être.
 
Arrastrée.
 
 
 
Par les damnificados.
 
Du napalm.
 
 
 
Les guapes.
 
De Reinaldo Arenas.
 
 
 
Et les maletillas.
 
Du monde entier.
 
 
 
Vers le
 
Matadero.
 
 
 
De la boue.
 
Que roule l’Hudson.
 
 DATOS
 
Arturo Di Modica est un artiste italo-américain, né le 26 janvier 1941 à Vittoria en Sicile et mort le 19 février 2021 dans son village natal rendu célèbre par sa sculpture Charging Bull, appelée aussi Wall Street Bull (« Le Taureau de Wall Street »).
 
L'œuvre, qui a été prêtée au New York City Department of Parks and Recreation, est actuellement située près du Bowling Green Park.
 
 Patrice Quiot