Lundi 15 Octobre 2018
Chroniques du Mardi
Mardi, 21 Juillet 2015

Marea Atlántica, Lacouture, Ventas, Châto, Sanse, Bombe...

 MAREA ATLÁNTICA

Conséquence du changement de municipalité, avec l’arrivée de « Marea Atlántica », une composante de Podemos, les toros sont désormais prohibés à La Coruña et la prochaine feria a donc été annulée, du moins sur le plan taurin.

Ainsi en a décidé le nouveau maire, Xulio Ferreiro, s’asseyant sur le contrat passé avec l’empresa pour des raisons « d’intérêt public » (sic) !

Derrière ces termes, et aussi l’affirmation que selon des enquêtes, une majorité de ses concitoyens ne veut plus de corridas (mais quelles enquêtes ?) se cachent une fois de plus des motifs politiques avancés par des minorités, hélas soutenues par certains partis en place qui ont favorisé leur ascension pour conserver leur poste. On voit le résultat !

Reste que Tomás Entero, l’empresa, ne compte pas en rester là et outre le problème de l’indemnisation, il évoque un plan B qui consisterait à monter sa feria aux alentours, dans une portative. Bien sûr, ça aurait moins de gueule, mais ce serait mieux que rien. Du moins, jusqu’aux prochaines élections... car les sièges éjectables, heureusement que ça existe ! Voyez San Sebastián...

Quant à l’ancien maire, Francisco Vázquez, du PSOE, il a déclaré que cette décision n’était pas en phase avec des convictions animalistes, mais plutôt indépendantistes, avec la remise en cause de la notion de « Fiesta Nacional » !

Et pour mieux étayer son propos, il a fait remarquer que dans une région spécialisée dans la consommation de langoustes et de homards, ébouillantés avant d’être servis, personne, là, ne pipe mot !

« Je ne sais pas si maintenant, ils vont aussi supprimer les crustacés ! », a-t-il ajouté insidieusement...

LACOUTURE

Jean Lacouture est décédé la semaine dernière. Ecrivain, journaliste, biographe, historien, chroniqueur, il a parcouru le monde au service des grands journaux en tant qu’homme engagé.

Auteur de nombreux ouvrages dans des domaines variés, poussé par ses passions du rugby, de l’opéra comme de la tauromachie, on retiendra ici ses chroniques pour le journal Le Monde et sa contribution à plusieurs ouvrages taurins, ainsi que son engagement pour la défense de la corrida.

Une authentique« figura » qui a marqué son époque...

VENTAS

La révolution en marche à Madrid ? Pas tout à fait, mais quelques aménagements décidés par les responsables de Las Ventas seront appliquées à titre d’essai dès ce mois d’août...

Dans le détail, et en ce qui concerne les principales modifications souhaitées, il est prévu de limiter le nombre de coups d’épée et de descabello, avec obligation de faire participer le puntillero de la plaza, de modifier les entrées et sorties du picador de turno afin de gagner du temps sur le déroulement de la lidia, de laisser bien en vue le mouchoir blanc, parfois retiré trop tôt, de mieux évaluer la pétition d’oreille en tenant compte qu’outre les mouchoirs, les gens la réclament autrement, de lancer une étude pour modifier le degré de pente du ruedo jugé trop important, de supprimer l’habit de torero pour le remplacer par le traje corto pour le torilero et le préposé aux banderilles, diminuer la taille de l’oreille concédée et pour les présidents, de faire entrer plus vite les mules d’arrastre pour ne pas créer de pression supplémentaire au moment de l’octroi des trophées.

En outre, les responsables ont repoussé une demande des peñas taurines qui réclamaient l’ouverture de la Puerta Grande pour deux oreilles sur le même toro...

Franchement, on est davantage sur la forme que sur le fond et pour certaines de ces mesures, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on aurait pu y penser - et les appliquer – avant, non ?

Mais concernant le rôle des vétérinaires et différents délégués, la reconnaissance des toros et parfois leur changement au dernier moment, motus et bouche cousue. On ne peut pas penser à tout...

CHÂTO

Parmi les agissements anti-taurins du week-end lors des différentes courses données en France, s’ils ont été insignifiants dans plusieurs communes, ne serait-ce que par le nombre famélique de participants, on retiendra tout de même ce qui s’est passé à Châteaurenard où la veille de la feria, des individus se sont introduits dans les arènes pour maculer les sièges d’huile de vidange, éparpillant aussi du verre pilé sur le ruedo.

Des actes honteux de sabotage et je ne pense pas que ce soit avec de tels agissements que quiconque puisse faire avancer une cause. Surtout lorsque l’on se prétend pacifiste !

Plainte a été déposée par le député-maire. Affaire à suivre...

SANSE

Si vous êtes déjà allé à San Sebastián de los Reyes, sur les hauteurs de Madrid, vous vous serez certainement vite aperçus combien le coin est taurin. Par son arène, une espèce de soucoupe qui domine la plaine et que l’on voit de très loin, pour hélas la tragédie du Yiyo, et bien sûr, pour toutes les ganaderías des alentours.

Depuis toujours, « Sanse » donne des toros au mois d’août pour sa feria et jusqu’à présent, rien n’était vraiment remis en cause, les toros étant ici a ussi un vecteur économique non négligeable.

Mais voilà, comme en d’autres communes, Zorro est arrivé, avec son cheval, son grand chapeau et ses grandes idées... En l’occurrence, Francisco Pérez, un conseiller municipal Vert, apparenté à Podemos, qui a présenté une motion demandant l’abolition générale de tous les spectacles taurins.

Pas de bol, le Paco... Rejetée par les représentants du PP et ceux de Ciudadanos, approuvée par les différentes tendances gauchistes et écolos, mais avec l’abstention de la Gauche Indépendante et de « Ganemos San Sebastián », le compte n’y était pas et sa motion a fini à la corbeille !

Comme quoi, contrairement à ce que l’on voudrait bien nous faire croire, même si l’époque est difficile, rien n’est définitivement perdu et les nouveaux arrivants feraient bien de prendre en compte qu’on ne supprime pas du jour au lendemain une composante économique et culturelle d’un pays. Même si ça leur donne des boutons... Qu’ils y réfléchissent... et achètent de la crème !!!

BOMBE

Encore un bel exemple d’humanisme et de démocratie de la part de ceux qui sont arrivés aux affaires en Espagne à la suite des dernières élections. Avec la canicule, il semble que ce soit monté à la tête de quelques-unes d’entre eux...

Ainsi, Marisol Moreno, conseillère municipale d’Alicante pour la jeunesse et la protection animale, a envoyé un effroyable message sur les réseaux sociaux qui a provoqué d’ailleurs l’ouverture d’une enquête par le Ministère de l’intérieur.

A  partir d’une photo d’aficionados, son commentaire est : « Regardez ces fils de pute ! Je vous enverrais bien une bombe ! »...

Le niveau monte !!! Encore une pacifiste dans l’âme...

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 

 sc222aff